e18 ccl usa compilation

conscient podcast / balado conscient
e18 ccl usa compilation
/

Creative Climate Leadership USA  (ccl usa) was developed by Julie’s Bicycle, an international  leader in arts, culture and climate change based in London (led by Alison Tickell) and brought together 25 arts and culture leaders from the US and Canada to Biosphere 2 in Oracle, Arizona from March 8-14, 2020 thanks to a collaboration of EcoArts Connections, the University of Arizona and the Colorado European Union Center of Excellence  (CEUCE) based at the University of Colorado-Boulder.

e18 excerpts from e08-17 brings together 10 excerpts from conscient podcast episodes 8 to 17 drawn from the Creative Climate Leadership USA series. To hear the complete interviews, go to :

e08 johnston

e09 mcmahon

e10 mwase

e11 dunlap

e12 liverman

e13 freiband

e14 kirn

e15 chasansky

e16 delaparra

e17 piro

Audio introduction for this series, Saturday, March 14th, 20 + complete excerpts

Note: below is transcription of an audio introduction for this series of episodes that I recorded on Saturday, March 14th, 2020.

I’m at the biosphere in Oracle, Arizona. 

I just ended my participation in the creative climate leadership course, and I recorded a number of episodes for the conscient podcast during this week. 

I decided to present them as a series because they are a set of conversations with participants and they all have interconnections in terms of discussions about leadership, climate change, cross sectoral collaboration between art and environment and other things: storytelling, circus arts, aesthetic, technical, methodological… 

There’s lots of very interesting content that I was able to capture here and so I present them as a set of podcast episodes that have connections between them and that I encourage listeners to explore, because they all, in one way or another, touch upon the theme of leadership in and around the climate crisis. 

What happened this week was also very troubling for all of us because the COVID-19 virus started hitting very strong this week and many governments around the world started imposing restrictions and self-imposed isolation, for people like me, for instance, coming back from the US to Ottawa. 

What was really interesting was how this group of leaders discussed and developed language about the role of the arts in times of crisis. (note: see Crisis: Principles for Just and Creative Responses)

I was part of that group and it was certainly a highlight for me, having had the privilege to be here and having spent time thinking through not only the role of art, in and around change, but specifically in situations of crisis, which, of course, the climate, is, in crisis. 

We had the opportunity to think as a group about what we want to move forward as a proposal in terms of the increased role of arts and culture in and around climate change. 

I hope you enjoy the series and explore the work of these artists and cultural workers.

I thank them from the bottom of my heart for sharing the knowledge, their tools and resources so generously and I wish you the listener lots of good encounters about how the arts can better contribute to environmental awareness and action.

Note: below is a transcription of excerpts of interviews recorded the week of March 8-14 2020 at the Creative Climate Leadership USA course. See https://www.conscient.ca/series/conscient-english/ to hear the individual podcast episodes from this course (e-08 to e17)

Creative strategist, coach and facilitator Sholeh Johnston

  • I think the arts and culture more widely has a huge role to play in shaping our belief systems and values that determine the way that we relate to the environment.
  • The leadership challenges is one both of being conscious that how we make and what we make in the cultural sector influences the consciousness of our society and therefore the cultural paradigm that people are living in and living out their lives through, so that means that the concepts that we present and work with, but also the ways that we behave, the ways that we make work with what materials, in what spaces, really tells the story of who we are. I really think cultural leadership connects in the climate crisis, connects everything from greening, the spaces that we work in, to become beacons of what’s possible, the possible and emerging future and also using the creative skills that we have to really facilitate, empowerment and change.

Artist and Professor in the School of Art and Associate Dean for Research in the College of Fine Arts at the University of Arizona in Tucson Ellen McMahon

  • In the broadest sense, it’s like this critter, this virus, this nature, has moved in to this realm of culture and we’re watching things drop away that we created : music events, art, everything… school, all the things that basically we use to define ourselves to ourselves as human, versus animal, this little virus is just going Bing, Bing, Bing, Bing being these aren’t real.

Theatre and performance artist, consultant, and cultural organizer Rebecca Mwase

  • Art is a practice (or it can be, I should say: I don’t think it always is) a practice of expanding consciousness. So much of what we do as artists is find relationality and connection points, and then explore the possibility of a present or a future that we haven’t quite attained yet and so thinking about that in the age of the climate crisis, I think gives us a tremendous opportunity to explore and to embody possibility for engaging with the earth as it continues to change, for engaging with each other and for doing so in ways that are more, symbiotic and hopefully interdependent than we currently are. I think the way that we interpret and tell the story of ourselves – arts in a way to reflect back to ourselves who we are and how we came into being that – that then also offers the opportunity to shift a narrative, to become more in alignment with who we want to be and how we want to operate, as opposed to what is.

Multidisciplinary and circus artist Eliana Dunlap

  • I would say ask yourself a lot of questions. Ask yourself, what are you, what do you, as an artist, want to perpetuate in the world and, and ask whether what you’re doing is perpetuating that. I often I talked to a lot to other circus artists and something I’ve noticed is there’s a lot of people that end up performing things that they don’t actually feel that great performing, because it sort of puts forward or perpetuates some sort of cultural narrative that they don’t agree with and they feel uncomfortable about that. I’ve been in that position before where I’ve been told, okay, this is what you’re performing. This is how you’re doing it and I felt very uncomfortable on stage and I realized that you don’t always have to, as an artist, sometimes, as a circus performer, your role is to interpret someone else’s vision. So you don’t always have that control, but I would just encourage people that when they do have that control or when, whenever there is a dialogue between the performer and the director to kind of bring up those ideas of what are we trying to perpetuate in the world and is what we’re doing now doing that. Is it perpetuating the values and the culture that we want to see? I think starting from that fundamental place there are a lot of different avenues you can take in that exploration, but I think you kind of need to start from that foundation.

Climate scientist and Regents Professor and Director of the School of Geography and Development at the University of Arizona Diana Liverman

  • One of the things I look for is for artists and the cultural sector to help us envisage a future that’s positive. I’m not really looking for more, the vision of the apocalypse that science is presenting is hard enough, I’m not sure whether we need to elaborate on what we’re saying, but what we’re looking for as scientists is ways to have human behavior change. So that emissions come down and we’re helping the disadvantaged to adapt to climate change and to the extent the cultural sector can help us imagine those positive futures. That’s one of the gaps. I think we’ve tended to spend our whole time talking to each other about how bad it is and I’m always looking for some hope. And I think maybe the partnership for hope would be a good place to look.

Artist, filmmaker and educator Andrew Freiband

  • Our outcomes, the products of our work, are the very tiniest part of our existence as artists. Our processes are really fast: thinking and reflection, engagement with others, participation in our surroundings and our environment and our community, our relationships. I talk about this sometimes in terms of three texts. I’m using texts here in a kind of loose form: a film as a text or a picture as a text. So, the kind of artists texts, the final text is the artwork itself, the painting let’s say. Then there’s an audience text or a set of audience texts: audience texts are responses to that painting for people’s feelings, emotions, questionnaires, like whatever it might be reviews. It’s basically the people experiencing the artwork itself. And then the biggest thing of all is what we call the producer texts. Producer texts are all of our sketchbooks, our memos, our notes and in that body of text there’s a huge amount of knowledge that is really valuable, because that’s actually how we spend most of our time as artists, producing producers texts. The stuff that no one ever sees, the stuff that never finds a home on a gallery wall or in a theatre but it’s really, really valuable. That’s where we do all our learning.
  • There’s another metaphor, there’s like a textile metaphor, of culture where our actions just weave into the weft that’s already there and change the pattern and shift things, alter things, but not in a profoundly impact way. So we need activism because we do have things like elections and we do have structures that respond to that, but we also live in a super divisive society that’s being divided algorithmically right now. I often fear that activism feeds into that and the art that I’m excited about really actually brings people together in a way that doesn’t satisfy this kind of righteous spirit. A lot of people feel in an activist moment, like, no, we’re right and they’re wrong. We have to beat them, you know. But that’s gonna get us, that’s gonna ruin us all. And, not to be like too pious about it, but art is something we should all be able to respond to and allow us to all like recognize our flaws and our faults and then grow through them and get better. I think the art that I’m excited about has unifying potential but is kind of slow acting as opposed to activism.

Ecoarts activist, art-science connector and founding director of EcoArts Connections (EAC), Marda Kirn

  • I realized that it’s one thing to have the scientists and the artists coming together and a very important thing, but to go beyond awareness and into action, you really have to have the sustainablists involved. And I sort of came up with this equation: the scientists can tell us the, what the observable evidence of what’s happening or what’s what they believe to be coming. The artists can provide the, so what, why is it important? What does it mean? Why should we care? The sustainablists can provide the now what, what do we do and how do we move forward?
  • A quote that I love so much from the native American activist, Wynonna LaDuc. And she said, one time it’s as if we’re on a raft and we all know we’re drowning. She said, but if we could, and we don’t know how to swim, she said, but if we could see another raft up ahead, even those of us who can’t swim would dive into that water and make our way to that raft. Help me build that raft. I feel like that’s one of the things that artists can be so incredibly involved and helpful at this moment, along with scientists and sustainablists and all kinds of people to really come and say, we have to shift, it could be really hard. It could be really fun. We just have to try and go for it.

Municipal arts funder and museums educator Matthew Chasansky

  • The way to think about this is that the way to make artists and arts organizations thrive is to make sure that climate change is a part of their thoughts, their business plan and their strategic plans. Now that we know that the timeline is short and severe climate change effects are within a time horizon that is within a strategic planning time horizon. So if we hope for them to thrive, we need to help them move that forward. And so hopefully through our grants and policies, that’s going to happen.
  • We need to ensure that current artists, but also two and three generations down, are building on what they’re doing to make sure that by the time we are dealing with the most difficult part of climate change, which is certainly coming, that we have the right sort of mental, psychological tools to protect and go on and, and be successful.

Writer, artist, and climate resilience planner Lauren de la Parra 

  • I think you kind of got at it in the way that you framed the question, you know, it’s, it’s about asking where do I start? And maybe you don’t know exactly where, where you want to end up yet, but if you start somewhere and you do that in a way that is curious and you try things and you get feedback and you keep iterating and keep trying things, I think ultimately meaningful things will emerge, if not at the outset, then over time, because we’re all in this constant learning process.

Change agent, disruptor, artist, counselor, sparkplug and community architect Em Piro For me, some of the things is I was kind of working through this question of like, what does it mean to be essentially creative facilitators in the age of climate change in the midst of a disaster? Some of the things that were really resonant for me were the idea that self-care is community care. That solution scale up more effectively than they trickled down and something I’ve been paying a lot of attention to is the real position prime position that we’re in to work, especially with Asian Pacific Islander producers, and practitioners and neighbors who, who I think have been disproportionately targeted in this time and I think we’ve created these really mechanisms of mutual support that can also be really targeted and engage a broader community, kind of through addressing the people who are being the most unfairly kind of attacked in this moment.

Note: This is the last episode of season 1 of the conscient: art & environment podcast. I’ll be back with season 2 during the spring of 2021.

*

Creative Climate Leadership USA  a été développé par Julie’s Bicycle, un leader international des arts, de la culture et du changement climatique basé à Londres (dirigé par Alison Tickell) et a rassemblé 25 leaders des arts et de la culture des États-Unis et du Canada à Biosphere 2 à Oracle, Arizona du 8 au 14 mars 2020 grâce à une collaboration entre EcoArts Connections, la University of Arizona et le Colorado European Union Center of Excellence  (CEUCE) basé à l’Université du Colorado-Boulder.

e18 extraits de e08-17 rassemble 10 extraits du podcast conscient : art & environnement, épisodes 8 à 17, tirés de la série Creative Climate Leadership USA. Vous allez entendre :

e08 johnston

e09 mcmahon

e10 mwase

e11 dunlap

e12 liverman

e13 freiband

e14 kirn

e15 chasansky

e16 delaparra

e17 piro

Note : ci-dessous est la transcription d’une introduction l’audio pour cette série d’émissions que j’ai enregistrée le samedi 14 mars 2020.

Je suis à la biosphère à Oracle, en Arizona. 

Je viens de terminer ma participation au cours de ‘climate leadership course’ (leadership créatif en matière de climat) et j’ai enregistré un certain nombre d’épisodes pour le podcast conscient au cours de cette semaine. 

J’ai décidé de les présenter sous forme de série parce qu’il s’agit d’un ensemble de conversations avec les participants qui ont des interconnexions avec des discussions sur le leadership, le changement climatique, la collaboration intersectorielle entre l’art et l’environnement et d’autres choses : narration, arts du cirque, esthétique, technique, méthodologique… 

Il y a beaucoup de contenus très intéressants que j’ai pu capter ici et je les présente comme un ensemble d’épisodes de podcast qui ont des liens entre eux et que j’encourage les auditeurs à les explorer, parce qu’ils touchent tous, d’une manière ou d’une autre, au thème du leadership dans le cadre, et autour, de la crise climatique. 

Ce qui s’est passé cette semaine a également été très troublant pour nous tous, car le virus COVID-19 a commencé à frapper très fort cette semaine et de nombreux gouvernements dans le monde ont commencé à imposer des restrictions et à s’isoler, pour des gens comme moi, par exemple, qui reviennent des États-Unis à Ottawa. 

Ce qui était vraiment intéressant et c’est la façon dont ce groupe de leaders a discuté et développé un langage sur le rôle des arts en temps de crise. (note : voir Crise : principes pour des réponses justes et créatives)

Je faisais partie de ce groupe et ce fut certainement un moment fort pour moi, ayant eu le privilège d’être ici et ayant passé du temps à réfléchir non seulement sur le rôle de l’art, dans le cadre, et autour du changement, mais spécifiquement dans des situations de crise, dont, bien sûr, le climat, est en crise. 

Nous avons eu l’occasion de réfléchir en groupe sur ce que nous voulons faire avancer comme proposition en termes de rôle accru des arts et de la culture dans le cadre, et autour, du changement climatique. 

J’espère donc que vous apprécierez cette série et que vous explorerez le travail de ces artistes et travailleurs culturels.

Je les remercie du fond du cœur d’avoir si généreusement partagé leurs connaissances, leurs outils et leurs ressources, et je vous souhaite à vous, auditeurs, de nombreuses bonnes rencontres sur la façon dont les arts peuvent mieux contribuer à la sensibilisation et à l’action environnementales.

Note : ci-dessous est une transcription d’extraits d’entretiens enregistrés la semaine du 8 au 13 mars 2020 lors du cours de Creative Climate Leadership USA. Voir https://www.conscient.ca/series/conscient-english/  pour écouter (en anglais seulement) les différents épisodes podcasts de ce cours (e-08 à e17) 

Sholeh Johnston, stratège créatif, coach et facilitateur

  • Je pense que les arts et la culture en général ont un rôle énorme à jouer dans le façonnement de nos systèmes de croyance et des valeurs qui déterminent la façon dont nous sommes en relation avec l’environnement.
  • Le défi du leadership consiste à être conscient que la façon dont nous fabriquons et ce que nous faisons dans le secteur culturel influence la conscience de notre société et donc le paradigme culturel dans lequel les gens vivent et à travers lequel ils vivent leur vie, ce qui signifie que les concepts que nous présentons et avec lesquels nous travaillons, mais aussi les manières dont nous nous comportons, les façons dont nous faisons fonctionner les matériaux, dans quels espaces, racontent vraiment l’histoire de qui nous sommes. Je pense vraiment que le leadership culturel est lié à la crise climatique, qu’il relie tout, de l’écologisation, aux espaces dans lesquels nous travaillons, pour devenir des phares de ce qui est possible, de l’avenir possible et émergent, et aussi pour utiliser les compétences créatives dont nous disposons pour vraiment faciliter, autonomiser et changer.

Artiste et professeur à la School of Art et doyen associé pour la recherche au College of Fine Arts de l’Université de l’Arizona à Tucson Ellen McMahon

  • Au sens large, c’est comme si cette créature, ce virus, cette nature, s’était déplacé dans ce domaine de la culture et que nous regardions les choses que nous avons créées s’effondrer : les événements musicaux, l’art, tout… l’école, toutes les choses que nous utilisons pour nous définir comme humain, par opposition à l’animal, ce petit virus fait juste Bing, Bing, Bing, Bing n’étant pas réel.

Rebecca Mwase, artiste de théâtre et de performance, consultante et organisatrice culturelle 

  • L’art est une pratique (ou peut-être, je devrais dire : je ne pense pas qu’il le soit toujours) une pratique d’expansion de la conscience. En tant qu’artistes, nous trouvons des points de relation et de connexion, puis nous explorons la possibilité d’un présent ou d’un avenir que nous n’avons pas encore tout à fait atteint. Ainsi, en pensant à cela à l’ère de la crise climatique, je pense que nous avons une occasion extraordinaire d’explorer et d’incarner la possibilité de nous engager avec la terre alors qu’elle continue à changer, de nous engager les uns avec les autres et de le faire de manière plus symbiotique et, espérons-le, plus interdépendante que nous ne le sommes actuellement. Je pense que la façon dont nous interprétons et racontons notre histoire – les arts de manière à nous renvoyer à nous-mêmes, à notre identité et à la façon dont nous sommes nés – offre également l’opportunité de nous engager dans la lutte contre le changement climatique.

L’artiste multidisciplinaire et de cirque Eliana Dunlap

  • Je dirais qu’il faut se poser beaucoup de questions. Demandez-vous ce que vous êtes, ce que vous, en tant qu’artiste, voulez perpétuer dans le monde et, et demandez si ce que vous faites perpétue cela. J’ai souvent parlé à d’autres artistes de cirque et j’ai remarqué qu’il y a beaucoup de gens qui finissent par faire des spectacles qu’ils ne trouvent pas vraiment excellents, parce que cela met en avant ou perpétue une sorte de récit culturel avec lequel ils ne sont pas d’accord et qui les met mal à l’aise. J’ai déjà été dans cette situation où on m’a dit : “D’accord, c’est ce que vous faites. C’est comme ça que vous le faites. Je me suis sentie très mal à l’aise sur scène et j’ai réalisé que vous n’avez pas toujours à le faire, en tant qu’artiste, parfois, en tant qu’artiste de cirque, votre rôle est d’interpréter la vision de quelqu’un d’autre. On n’a donc pas toujours ce contrôle, mais j’encourage les gens, lorsqu’ils ont ce contrôle ou lorsqu’il y a un dialogue entre l’artiste et le metteur en scène, à évoquer ces idées sur ce que nous essayons de perpétuer dans le monde et ce que nous faisons maintenant. Est-ce que c’est perpétuer les valeurs et la culture que nous voulons voir ? Je pense qu’à partir de ce point fondamental, il y a beaucoup de voies différentes que l’on peut emprunter dans cette exploration, mais je pense qu’il faut en quelque sorte partir de cette base.

Diana Liverman, climatologue, professeur et directrice de la School of Geography and Development de l’Université d’Arizona

  • L’une des choses que je recherche, c’est que les artistes et le secteur culturel nous aident à envisager un avenir positif. Je ne cherche pas vraiment à en savoir plus, la vision de l’apocalypse que la science présente est déjà assez difficile, je ne suis pas sûr qu’il faille développer ce que nous disons, mais ce que nous recherchons en tant que scientifiques, ce sont des moyens de faire changer le comportement humain. Pour que les émissions diminuent et que nous aidions les personnes défavorisées à s’adapter au changement climatique et dans la mesure où le secteur culturel peut nous aider à imaginer ces futurs positifs. C’est l’une des lacunes. Je pense que nous avons eu tendance à passer tout notre temps à nous parler de la gravité de la situation et je suis toujours à la recherche d’un peu d’espoir. Et je pense que le partenariat pour l’espoir serait peut-être un bon endroit où chercher.

Andrew Freiband, artiste, cinéaste et éducateur 

  • Nos résultats, les produits de notre travail, sont la partie la plus infime de notre existence en tant qu’artistes. Nos processus sont vraiment rapides : la réflexion, l’engagement avec les autres, la participation à notre environnement et à notre communauté, nos relations. Je parle parfois de cela en termes de trois textes. J’utilise ici des textes sous une forme assez libre : un film comme texte ou une image comme texte. Donc, le type de textes d’artistes, le texte final est l’œuvre d’art elle-même, la peinture disons. Ensuite, il y a un texte pour le public ou un ensemble de textes pour le public : les textes pour le public sont des réponses à cette peinture pour les sentiments, les émotions, les questionnaires des gens, comme tout ce qui peut être des critiques. Il s’agit essentiellement des personnes qui font l’expérience de l’œuvre d’art elle-même. Et puis le plus important de tout, c’est ce que nous appelons les textes du producteur. Les textes du producteur sont tous nos carnets de croquis, nos mémos, nos notes et dans ce corps de texte, il y a une énorme quantité de connaissances qui sont vraiment précieuses, parce que c’est en fait comme ça que nous passons la plupart de notre temps en tant qu’artistes, à produire des textes du producteur. Les choses que personne ne voit jamais, celles qui ne trouvent jamais leur place sur un mur de galerie ou dans un théâtre, mais qui sont vraiment, vraiment précieuses. C’est là que nous faisons tout notre apprentissage.
  • Il y a une autre métaphore, comme une métaphore textile, de la culture, où nos actions s’inscrivent dans la trame déjà existante et modifient le schéma et déplacent les choses, modifient les choses, mais pas de manière à avoir un impact profond. Nous avons donc besoin d’activisme parce que nous avons des choses comme les élections et nous avons des structures qui répondent à cela, mais nous vivons aussi dans une société super divisée qui est divisée de façon algorithmique en ce moment. Je crains souvent que l’activisme n’alimente cela et l’art qui me passionne rassemble vraiment les gens d’une manière qui ne satisfait pas ce genre d’esprit vertueux. Beaucoup de gens ont l’impression que dans un moment d’activisme, on a raison et on a tort. Nous devons les battre, vous savez. Mais ça va nous avoir, ça va tous nous ruiner. Et, sans vouloir être trop pieux à ce sujet, mais l’art est une chose à laquelle nous devrions tous pouvoir répondre et qui nous permet de reconnaître nos défauts et nos fautes, puis de grandir à travers eux et de nous améliorer. Je pense que l’art qui me passionne a un potentiel unificateur mais qu’il est plutôt lent à agir par opposition à l’activisme.

Marda Kirn, militante des éco-arts, connecteur art-science et directrice fondatrice d’EcoArts Connections (EAC)

  • J’ai réalisé que c’est une chose de réunir les scientifiques et les artistes et que c’est très important, mais pour aller au-delà de la sensibilisation et passer à l’action, il faut vraiment impliquer les défenseurs du développement durable. Et j’ai trouvé cette équation : les scientifiques peuvent nous dire quelles sont les preuves observables de ce qui se passe ou de ce qu’ils pensent être en train de faire. Les artistes peuvent nous fournir les, et alors, pourquoi est-ce important ? Qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi devrions-nous nous en soucier ? Les défenseurs du développement durable peuvent nous dire ce qu’il faut faire maintenant, ce que nous faisons et comment nous allons de l’avant.
  • Une citation que j’aime tant de la militante amérindienne Wynonna LaDuc. Et elle a dit, une fois, c’est comme si nous étions sur un radeau et que nous savions tous que nous nous noyons. Elle a dit, mais si nous le pouvions, et nous ne savons pas nager, a-t-elle dit, mais si nous pouvions voir un autre radeau devant nous, même ceux d’entre nous qui ne savent pas nager plongeraient dans cette eau et se dirigeraient vers ce radeau. Aidez-moi à construire ce radeau. J’ai l’impression que c’est l’une des choses auxquelles les artistes peuvent être incroyablement impliqués et utiles en ce moment, avec les scientifiques et les défenseurs du développement durable et toutes sortes de gens qui viennent vraiment dire, nous devons changer, cela pourrait être vraiment difficile. Cela pourrait être très amusant. Nous devons juste essayer et foncer.

Matthew Chasansky, bailleur de fonds municipal pour les arts et éducateur dans les musées

  • La façon d’y penser est que la façon de faire prospérer les artistes et les organisations artistiques est de s’assurer que le changement climatique fait partie de leurs réflexions, de leur plan d’affaires et de leurs plans stratégiques. Maintenant que nous savons que le délai est court et que les graves effets du changement climatique se situent dans un horizon temporel qui s’inscrit dans un horizon de planification stratégique. Donc, si nous espérons qu’ils prospèrent, nous devons les aider à aller de l’avant. Et donc, nous l’espérons, grâce à nos subventions et à nos politiques, cela va se produire.
  • Nous devons nous assurer que les artistes actuels, mais aussi les deux ou trois générations à venir, s’appuient sur ce qu’ils font pour s’assurer que d’ici à ce que nous soyons confrontés à la partie la plus difficile du changement climatique, qui est certainement à venir, nous ayons le bon type d’outils mentaux et psychologiques pour protéger et continuer, et réussir.

Lauren de la Parra, écrivain, artiste et planificateur de la résilience au changement climatique 

  • Je pense que vous avez en quelque sorte formulé la question, vous savez, c’est, c’est à propos de demander par où je commence ? Et peut-être que vous ne savez pas encore exactement où, où vous voulez finir, mais si vous commencez quelque part et que vous faites cela d’une manière curieuse et que vous essayez des choses et que vous obtenez un retour d’information et que vous continuez à répéter et à essayer des choses, je pense qu’en fin de compte des choses significatives vont émerger, si ce n’est au début, alors avec le temps, parce que nous sommes tous dans ce processus d’apprentissage constant.

Agent de changement, perturbateur, artiste, conseiller, bougie d’allumage et architecte communautaire Em Piro En ce qui me concerne, j’ai en quelque sorte travaillé sur la question suivante : que signifie être un facilitateur essentiellement créatif à l’ère du changement climatique au milieu d’une catastrophe ? Certaines des choses qui ont vraiment résonné pour moi étaient l’idée que l’autosoin est un soin communautaire. Cette solution est plus efficace qu’elle ne l’est en réalité et j’ai prêté beaucoup d’attention à la position de premier plan dans laquelle nous nous trouvons, en particulier avec les producteurs, les praticiens et les voisins des îles du Pacifique asiatique qui, je pense, ont été ciblés de manière disproportionnée au cours de cette période et je pense que nous avons créé ces mécanismes de soutien mutuel qui peuvent également être ciblés et engager une communauté plus large, en s’adressant aux personnes qui sont les plus injustement attaquées en ce moment.

Note : Ceci est le dernier épisode de la saison 1 du podcast conscient : art & environnement. Je serai de retour avec une 2e saison au printemps 2021.