e35 salas

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e35 salas
/

I find that more and more artists are interested in understanding how to change their practice and how to adapt it to current circumstances. I really believe artists need help in this process. Like we all do. I’m not an environmental expert nor a climate expert, I’m just a very sensitive human being who is worried about what we are leaving behind for future generations. I’m doing what I can to really be more ethical with my work, but I’m finding more and more artists who are also struggling to understand what they can do. I think when in a conversation between curators or producers like myself and people like you – thinkers and funders – that we need to come together and to understand the current situation, to accept reality, then we can strategize about how we can put things into place and how we can provide more funding for different types of projects.

carmen salas, conscient podcast, april 30, 2021, Spain

I first learned about Carmen Salas’ work through her article What should we expect from art in the next few years/decades? And what is art, anyway?. It was the spring of 2020, and I thought her ideas were fresh and connected to our troubling times. She was raising many of the same issues that I will was thinking about, notably the evolving role of the artist and the value of community engaged arts. I read more of Carmen’s work on her website, https://carmensp.com/ and followed her curatorial work with the Connecting the Dots forum in Mexico. I was pleased when Carmen accepted to speak with me for a conscient conversation, which took place on April 30, 2021, remotely between Ottawa and Spain. 

Carmen asked me to include this quotation from neuroscientist Dan Burnett in the episode notes for context in relation to reality: 

The human brain, powerful as it is, can still be overwhelmed by the complex world we inhabit, so when it comes to creating mental models of how the world works, it operates a general “stick to what you know” policy. As such, things that are different or unfamiliar, especially if they’re confusing and uncertain or introduce an element of perceived threat or danger, are met with suspicion, doubt, dismissal and so on. All are defence mechanisms, in a way; it’s the brain saying ‘this is NOT how the world is meant to work, so I must dismiss this challenging new information.’

Carmen also suggested a link to this article : https://www.theguardian.com/science/brain-flapping/2018/may/15/mental-health-awareness-is-great-but-action-is-essential. Also, during our conscient conversation Carmen mentioned Gilberto Esparza’s Nomadic Plants project and her Shifting Paradigms article.

As I did with all episodes this season, I have integrated excerpts from e19 reality.

I would like to thank Carmen for taking the time to speak with me, for sharing her deep knowledge of curation and the arts and her insights on how the arts can reinvent themselves.  

Gracias. 

For more information on Carmen’s work, see https://carmensp.com/

*

Je constate que de plus en plus d’artistes cherchent à comprendre comment changer leur pratique et à mieux l’adapter aux circonstances actuelles. Je crois vraiment que les artistes ont besoin d’aide dans ce processus. Comme nous en avons tous besoin. Je ne suis pas un expert en environnement, ni un expert en climat; je suis juste un être humain très sensible qui s’inquiète de ce que nous laissons aux générations futures. Je fais donc ce que je peux pour être plus éthique dans mon travail et je trouve de plus en plus d’artistes qui luttent également pour comprendre ce qu’ils peuvent faire. Je pense que lorsqu’il y a des conversations entre des commissaires ou producteurs comme moi et des gens comme vous, – penseurs et des bailleurs de fonds – afin de se réunir, de comprendre la situation actuelle, d’accepter la réalité, et d’élaborer une stratégie sur la façon dont nous pouvons mettre les choses en place et comment fournir plus de financement pour différents types de projets.

carmen salas, balado conscient, 30 avril 2021, Espagne

J’ai découvert le travail de Carmen Salas grâce à son article intitulé What should we expect from art in the next few years/decades? And what is art, anyway?. (Que devons-nous attendre de l’art dans les prochaines années/décennies ? Et qu’est-ce que l’art, d’ailleurs ?). C’était au printemps 2020, et je trouvais ses idées fraîches et liées à notre époque troublée. Elle soulevait bon nombre des questions auxquelles je réfléchissais également, notamment le rôle de l’artiste et la valeur des arts engagés avec la communauté. J’ai lu davantage sur le travail de Carmen sur son site web, https://carmensp.com/ , et j’ai suivi son travail comme commissaire pour le forum Connecting the Dots au Mexique. J’ai été ravie lorsque Carmen a accepté de s’entretenir avec moi dans le cadre d’une conversation consciente, qui a eu lieu le 30 avril 2021, à distance entre Ottawa et l’Espagne. 

Carmen m’a demandé d’inclure cette citation du neuroscientifique Dan Burnett dans les notes de l’épisode pour le contexte : 

Le cerveau humain, aussi puissant soit-il, peut toujours être dépassé par le monde complexe dans lequel nous vivons, donc lorsqu’il s’agit de créer des modèles mentaux de la façon dont le monde fonctionne, il opère une politique générale de “s’en tenir à ce que vous savez”. Ainsi, les choses différentes ou peu familières, surtout si elles sont déroutantes et incertaines ou si elles introduisent un élément de menace ou de danger perçu, sont accueillies avec suspicion, doute, rejet, etc. Ce sont tous des mécanismes de défense, d’une certaine manière ; c’est le cerveau qui dit ‘ce n’est PAS comme ça que le monde est censé fonctionner, donc je dois rejeter cette nouvelle information difficile.’ 

Carmen a également suggéré un lien vers cet article : https://www.theguardian.com/science/brain-flapping/2018/may/15/mental-health-awareness-is-great-but-action-is-essential.

Au cours de la conversation, Carmen a mentionné le projet Nomadic Plants de Gilberto Esparza et son article Shifting Paradigms

Comme je l’ai fait pour tous les épisodes de cette saison, j’ai intégré des extraits de e19 reality dans cet épisode.

Je tiens à remercier Carmen d’avoir pris le temps de s’entretenir avec moi, de m’avoir fait part de ses connaissances approfondies en matière de commissariat et d’art et de m’avoir fait part de son point de vue sur la façon dont les arts peuvent se réinventer.  

Gracias. 

Pour en savoir plus sur le travail de Carmen, consultez le site https://carmensp.com/ . 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *