e42 rosen – when the climate threat becomes real

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e42 rosen - when the climate threat becomes real
/

The idea of enough is very interesting to me. The idea that the planet doesn’t have enough for us on our current trajectory is at the heart of that. The question of whether the planet has enough for everyone on the planet, if we change the way we do things is an interesting way. Can we sustain seven, eight, nine billion people on the planet if everyone’s idea of enough was balanced with that equation? I don’t know, but I think it’s possible. I think that if we’ve shown nothing else as a species, as humans, it’s adaptability and resiliency and when forced to, we can do surprisingly monumental things and changes when the threat becomes real to us.

mark rosen, conscient podcast, may 2, 2021, ottawa

I’ve known Mark Rosen, as well as his brother Brian and sister Melanie all my life. I saw them being dutifully raised by their parents, Robert and Debbie, while I lived and worked in Banff, Alberta in the 1980s. I’ve seen Mark become an outstanding architect and national a leader in green building practices. 

One of the reasons I thought of Mark for a conscient conversation was when he mentioned that his generation was a ‘lost ‘or transitional generation because of deferred ecological debt. This idea struck me as tragic, but true. I was pleased when he accepted my invitation for conversation to explore a range of issues in and around architecture and design, including his understanding of ‘hope’ and the emergence of a new set of values from his generation. 

I enjoyed our conversation, including this excerpt: 

One of the things that I find very interesting in my design process as an architect is that if you were to show me two possible building sites, one that is a green field wide open, with nothing really influencing the site flat, easy to build, and then you show me a second site that is a steep rock face with an easement that you can’t build across. Inevitably, it seems to be that the site with more constraints results in a more interesting solution and the idea that constraints can actually be of benefit to the creative process is one that I think you can apply things that, on the surface, appear to be barriers instead of constraints. Capitalism, arguably, is one of those, if we say we can’t do it because it costs too much, we’re treating it as a barrier, as opposed to us saying the solution needs to be affordable, then it becomes a constraint and we can push against constraints and in doing so we can come up with creative solutions and so, one way forward, is to try and identify these things that we feel are preventing us from doing what we know we need to do and bringing them into our process as constraints, that influence where we go rather than prevent us from going where we need to go.

This conversation was recorded on May 2, 2021, on a long walk from Mark’s home in Ottawa along bike paths and into the Ottawa Arboretum.   

As I did with all previous episodes this season, I have integrated excerpts from e19 reality in this episode. 

I would like to thank Mark for taking the time to speak with me, for sharing his deep knowledge of green architecture, for being frank about the challenges we face and for his vision on how to move forward.  

For more information on Mark’s work, see https://www.linkedin.com/in/marktrosen/ and https://www.webuildahome.ca/

Links

 *

Extrait (traduction)

L’idée d’en avoir assez est très intéressante pour moi. L’idée que la planète n’a pas assez pour nous sur notre trajectoire actuelle est au cœur de cette question. La question de savoir si la planète en a assez pour tous ses habitants, si nous changeons notre façon de faire les choses, est intéressante. Pourrions-nous faire vivre sept, huit ou neuf milliards de personnes sur la planète si l’idée que chacun se fait de ce qui suffit était équilibrée par cette équation ? Je ne sais pas, mais je pense que c’est possible. Je pense que si nous n’avons rien montré d’autre en tant qu’espèce, en tant qu’humains, c’est notre capacité d’adaptation et de résilience et quand nous y sommes forcés, nous pouvons faire des choses et des changements étonnamment monumentaux quand la menace devient réelle pour nous.

mark rosen, balado conscient, 2 mai 2021, ottawa

J’ai connu Mark Rosen, ainsi que son frère Brian et sa sœur Melanie toute ma vie. Je les ai vus être élevés consciencieusement par leurs parents, Robert et Debbie, alors que je vivais et travaillais à Banff, en Alberta, dans les années 1980. J’ai vu Mark devenir un architecte exceptionnel et, à l’échelle nationale, un chef de file des pratiques de construction écologique. 

L’une des raisons pour lesquelles j’ai pensé à Mark pour une conversation consciente, c’est lorsqu’il m’a dit que sa génération était une génération “perdue” ou en transition à cause de la dette écologique différée. Cette idée m’a paru tragique mais vraie. J’ai été ravi qu’il accepte mon invitation à discuter avec moi pour explorer toute une série de questions liées à l’architecture et au design, notamment sa conception de l'”espoir” et l’émergence d’un nouvel ensemble de valeurs au sein de sa génération. 

J’ai apprécié notre conversation, dont voici un autre extrait : 

L’une des choses que je trouve très intéressantes dans mon processus de conception en tant qu’architecte est que si vous me montrez deux sites de construction possibles, l’un est un champ vert grand ouvert, sans rien qui influence vraiment le site plat, facile à construire, et puis vous me montrez un deuxième site qui est une paroi rocheuse abrupte avec une servitude que vous ne pouvez pas construire à travers. Inévitablement, il semble que le site présentant le plus de contraintes aboutisse à une solution plus intéressante et l’idée que les contraintes peuvent en fait être bénéfiques au processus créatif est une idée que je pense que vous pouvez appliquer à des choses qui, à première vue, semblent être des obstacles plutôt que des contraintes. Le capitalisme, sans doute, est l’un de ceux-là, si nous disons que nous ne pouvons pas le faire parce que ça coûte trop cher, nous le traitons comme une barrière, au lieu de dire que la solution doit être abordable, alors il devient une contrainte et nous pouvons pousser contre les contraintes et ce faisant, nous pouvons trouver des solutions créatives et ainsi de suite, une façon d’aller de l’avant, c’est d’essayer d’identifier ces choses qui, selon nous, nous empêchent de faire ce que nous savons que nous devons faire et de les intégrer dans notre processus comme des contraintes, qui influencent ce que nous faisons plutôt que de nous empêcher d’aller là où nous devons aller.

Cette conversation a été enregistré le 2 mai 2021, lors d’une longue marche depuis la maison de Mark à Ottawa, le long de pistes cyclables et dans l’Arboretum d’Ottawa.   

Comme je l’ai fait pour tous les épisodes précédents de cette saison, j’ai intégré des extraits de e19 reality dans cet épisode. 

Je tiens à remercier Mark d’avoir pris le temps de me parler, d’avoir partagé ses connaissances approfondies de l’architecture verte, d’avoir été franc au sujet des défis auxquels nous sommes confrontés et d’avoir exprimé sa vision sur la façon d’aller de l’avant.  

Pour plus d’informations sur le travail de Mark, voir https://www.linkedin.com/in/marktrosen/  et https://www.webuildahome.ca/.

Liens

Discours sur la voiture autonome avec Tony Seba mentionné dans l’épisode : YouTube.

Le livre Climate Capitalism de Tom Rand : https://www.tomrand.net/  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *