é80 manifeste – accélérer l’action climatique grâce au pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
é80 manifeste - accélérer l'action climatique grâce au pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine
/
é80 est ma lecture #baladoconscient du manifeste 'Accélérer l'action climatique grâce au pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine’ élaboré par le Climate Heritage Network pour résumer les messages culturels clés de la COP26 et activer le secteur des arts, de la culture et du patrimoine. Vous trouverez plus d'informations sur les origines et les co-auteurs du manifeste sur cultureatcop.com.

Note: la prestation lors de l’enregistrement a été improvisée à partir du scénario ci-dessous.

On est le 8 novembre 2021 et je suis sur une plage au Parc Stanley à Vancouver. Je vais vous lire dans quelques instants un manifeste et celui-ci est particulièrement bon et opportun. Je vous explique un peu comment ça s’est passé…. 

J’ai rencontré l’archéologue et le champion des musées  le Dr. Robert R. Janes,lors d’une rencontre du regroupement Leadership Sectoriel des Arts pour l’Urgence de la Transition écologique (LeSAUT)  alors que Bob parlait de son travail avec le Coalition of Museums for Climate Justice et nous nous parlons régulièrement. Il y a quelques jours Bob m’a envoyé un lien vers le manifeste Accélérer l’action climatique grâce au pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine élaboré par le Climate Heritage Network. J’avoue que je ne connaissais pas ce manifeste et que c’est important qu’on en prenne note et qu’on écoute ce qu’ils ont à dire.

Personnellement j’ai été profondément ému par la clarté et la puissance de ces mots.

J’ai demandé, et obtenu des auteurs, la permission d’enregistrer le manifeste pour mon balado, en français avec cet épisode 80 and also an English version, episode 79). Une des raisons que je l’enregistre et je suis une personne, peut-être pas la seule, qui préfère écouter au lieu de lire et j’ai voulu faire une version audio afin de pouvoir l’écouter et je le partage avec vous, les auditeurs du balado et je voulais le faire pendant la COP26. C’est le 7 novembre 2021 et c’est donc le huitième jour de la COP26 donc c’est très à jour et j’espère que ça vous intéressera. L’enregistrement comprend la note d’introduction du manifeste, suivie du manifeste dans son intégralité. Je fais d’un coup, sans arrêt et son montage alors pardonnez-moi s’il y a des petits lapsus ici et là dans la lecture.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur le manifeste et les co-auteurs sur le site web cultureatcop.com et vous trouverez les liens dont j’ai parlé dans les notes de l’émission.  Je tiens à remercier Bob et tous les co-auteurs du manifeste pour ce cadeau et ce réveil revigorant.

Alors, je commence avec l’introduction, voici. 

Ce Manifeste fournit des messages clés sur la culture et le changement climatique en vue de la Conférence des Nations Unies sur le climat de 2021 (COP26) et au-delà. Il vise à inciter les acteurs des arts, de la culture et du patrimoine à prendre des mesures en faveur du climat par le biais de la communication et de l’engagement, en inspirant et en aidant leurs électeurs, leurs membres et leurs publics à accroître leurs ambitions, à modifier leurs propres comportements et à s’engager dans l’élaboration de politiques en matière de changement climatique au niveau des gouvernements locaux et nationaux et au niveau intergouvernemental. Simultanément, afin de répondre à l’urgence de la situation climatique, ce Manifeste s’efforce d’inspirer et d’encourager une plus grande collaboration synergique sur l’action climatique avec d’autres secteurs et partenaires qui ne se sont pas traditionnellement engagés avec les acteurs culturels. Nous invitons la société civile, les gouvernements à tous les niveaux, les organisations de peuples autochtones, les organisations et institutions culturelles, les entreprises, les universités et les organismes de recherche et les autres parties prenantes à nous rejoindre en signant ce Manifeste, signalant ainsi notre ambition commune de créer des communautés justes, prospères et résilientes aujourd’hui et à l’avenir. 

Donc cela était l’introduction et maintenant je vais vous lire le manifeste au complet : 

Accélérer l’action climatique grâce au pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine

Un manifeste pour ne pas perdre de vue l’objectif de 1,5°

COP26

Nous, les soussignés, déclarons que les peuples, leurs cultures et le patrimoine naturel et culturel de la Terre sont profondément menacés par le changement climatique causé par les êtres humains et par l’inaction climatique qui aggrave la crise climatique en cours, tout en réaffirmant l’immense pouvoir des arts, de la culture et du patrimoine pour inspirer l’action climatique et permettre une transition juste vers un avenir à faible émission de carbone et résilient face aux changements climatique. 

Le changement climatique a déjà un impact sur les individus et la planète, avec des effets durables et irréversibles. Pour éviter le pire, il faut limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degrés au-dessus des niveaux préindustriels. Or, le monde ne parvient même pas à atteindre l’objectif de 2 degrés fixé par l’Accord de Paris, les concentrations actuelles de gaz à effet de serre (GES) étant les plus élevées jamais enregistrées. 

La pandémie actuelle de COVID-19, et les souffrances qu’elle a causées, ont rendu la réponse au changement climatique encore plus difficile, tout en révélant des leçons essentielles, notamment l’impératif de tenir compte de la science, les conséquences de la séparation entre les êtres humains et la nature, l’importance de se concentrer sur les besoins des plus vulnérables, et le fait qu’un changement social et économique rapide et de grande envergure est possible lorsque les individus qui forment la société le souhaite et travaillent ensemble. 

Pour reconstruire en mieux, faire face aux crises du climat et de la biodiversité et parvenir à un développement durable, il faut prendre des mesures ambitieuses et transformatrices à grande échelle, notamment des réductions importantes des émissions de GES dans tous les secteurs, un large éventail d’options d’atténuation et d’adaptation et une augmentation significative des investissements dans ces options. L’équité et la justice doivent être au coeur de toutes les actions afin de pouvoir inverser les disparités croissantes en matière d’économie et de santé. La culture et les arts reflètent et influencent les modes de consommation, en reliant notre conscience de la nature et de la planète à notre relation à l’environnement. 

La culture permet d’ancrer les individus dans des lieux et entre eux. Elle peut créer une cohésion qui permet le développement de communautés et d’actions collectives. Les artistes et les voix du monde de la culture stimulent la sensibilisation et l’action du public ; leur travail peut être un outil puissant de mobilisation en faveur du climat. Grâce à l’accessibilité et à la confiance du public, les institutions culturelles telles que les musées et les bibliothèques constituent des plateformes d’écoute des communautés et des centres d’échanges multiculturels et intergénérationnels, de renforcement des capacités et de partage des connaissances. 

L’intégration des valeurs naturelles et culturelles met en évidence les liens entre les fonctions écologiques et sociales des paysages de manière à promouvoir des modes de vie en harmonie avec la nature. L’environnement historique incarne les investissements passés en matière de carbone, désormais gérés par les propriétaires et les utilisateurs des paysages et des bâtiments. Le patrimoine culturel contient les histoires des peuples et les connaissances des communautés locales (ce que l’Accord de Paris appelle les “technologies endogènes”). Les archives archéologiques illustrent les causes des changements passés et l’adaptation à ces changements. 

Pourtant, les talents de nombreux acteurs, opérateurs et défenseurs des arts, de la culture et du patrimoine n’ont toujours pas été mobilisés pour l’action climatique. Il s’agit d’artistes, d’anthropologues, d’archéologues, d’architectes, d’architectes paysagistes, d’administrateurs, d’archivistes, d’artisans, de conservateurs, d’ingénieurs, de géographes, d’historiens, de bibliothécaires, de musiciens, de muséologues, d’écrivains, d’artistes, d’urbanistes et de gestionnaires de sites, ainsi que de scientifiques, de chercheurs, d’enseignants, d’universitaires et de porteurs de savoirs autochtones, dont les connaissances uniques n’ont pas encore été appliquées de manière adéquate au changement climatique ou prises en compte dans la science du climat. 

Nous représentons des institutions et des organisations qui s’engagent à changer ce paradigme et à libérer le potentiel des arts, de la culture et du patrimoine pour réaliser les ambitions de l’Accord de Paris. Nous reconnaissons que cela doit inclure une transformation au sein du secteur culturel également, en adoptant des pratiques durables et une bonne gestion, en faisant entendre la voix des communautés défavorisées et en donnant la priorité à la solidarité avec les communautés en première ligne face au changement climatique, ainsi qu’en préservant, enregistrant et rendant la culture et le patrimoine disponibles de manière inclusive, y compris par le biais de formes artistiques traditionnelles et innovantes ainsi que de nouvelles technologies. 

Ce changement de paradigme et de mentalité exige également que les dimensions culturelles de l’action climatique soient prioritaires dans les cadres scientifiques, politiques, de planification et fiscaux pour l’atténuation et l’adaptation au climat, la réduction des risques de catastrophe et la planification des pertes et dommages. L’intégration des considérations culturelles doit se faire à toutes les échelles (locale, régionale, nationale et internationale) et dans tous les secteurs, de l’énergie aux bâtiments, de la mobilité à l’agriculture. 

Nous reconnaissons le lien profond entre les droits culturels, la survie de la culture et l’action climatique. Nous considérons également que ce Manifeste est une contribution aux approches centrées sur les êtres humains et fondées sur les droits, qui place la culture comme une dimension explicite et opérationnelle du développement et qui permet aux acteurs culturels (société civile et institutions) d’avoir voix au chapitre afin d’y parvenir. 

Il est temps d’agir.

Nous devons combler les lacunes en matière d’émissions et d’ambition. Pour parvenir à un monde à 1,5° Celsius, il faut accorder plus d’attention aux dimensions culturelles des modes de vie et des moyens d’existence, à la compréhension publique des impacts climatiques, à l’acceptation sociale des changements de systèmes, aux approches diversifiées et sensibles au genre, et aux sources de l’ambition climatique. En bref, nous devons transcender les clivages entre la culture et la science, les personnes et les politiques, la mémoire et les pratiques évolutives. 

La COP26 doit être un tournant pour une action à plusieurs niveaux afin de réaliser le potentiel de la culture pour lutter efficacement contre la crise climatique. Il est de notre responsabilité commune de garantir l’héritage culturel et les droits culturels des générations actuelles et futures, de préserver une planète saine, prospère et résiliente, et d’assurer la réduction des émissions dont dépendent ces résultats. Dans tout ce travail, comptez sur nous ! Comptez sur la culture !

Moi sur une plage du parc Stanley, Vancouver, le 8 novembre 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *