e89 excerpts from ben okri’s ‘artists must confront the climate crisis’

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e89 excerpts from ben okri’s ‘artists must confront the climate crisis’
/
episode 89 features quotes from Artists must confront the climate crisis – we must write as if these are the last days by Nigerian novelist and poet Ben Okri from the November 12, 2021 edition of The Guardian newspaper. Okri writes about existential creativity and call for a new philosophy for these times, with an excerpt from episode 87 kendra fanconi. Cover art is a collection of flowers and fruits by Jeannine Schryer of Ottawa. 

conscient podcast episode 89, Sunday, December 5, 2021, 7.32 pm

I’m back in Ottawa and I’m going to record this monologue in one take, as I have been doing since the beginning of season 3 of this podcast. So here we go. 

Today’s episode features quotes from Artists must confront the climate crisis – we must write as if these are the last days by Nigerian novelist and poet Ben Okri from the November 12, 2021 edition of The Guardian newspaper.

Here is the first quote from Ben Okri’s article: 

Here we are on the edges of the biggest crisis that has ever faced us. We need a new philosophy for these times, for this near-terminal moment in the history of the human. It is out of this I want to propose an existential creativity. How do I define it? It is the creativity wherein nothing should be wasted. As a writer, it means everything I write should be directed to the immediate end of drawing attention to the dire position we are in as a species. It means that the writing must have no frills. It should speak only truth. In it, the truth must be also beauty. It calls for the highest economy. It means that everything I do must have a singular purpose. It also means that I must write now as if these are the last things I will write, that any of us will write. If you knew you were at the last days of the human story, what would you write? How would you write? What would your aesthetics be? Would you use more words than necessary? What form would poetry truly take? And what would happen to humour? Would we be able to laugh, with the sense of the last days on us?

Words like this provide clarity and insight, don’t they?

I think they help contextualize complexity and they help us cut through destructive fantasies like endless growth.

They literally lay out the truth so that we can see, and hear, the world in which we live, as it really is and it reminds me what a zen teacher once told me: 

Zen practice shows us how to take care and take responsibility with, and as each moment, by opening attention to reality and responding to what actually needs to be done.

It being December, Okri’s words are all the more poignant as we enter this crazy period of hyper consumerism that we call the holiday season. 

This is how Okri concludes his article and I encourage you to read the entire thing: 

This is the best and most natural home we are ever going to have. And we need to become a new people to deserve it. We are going to have to be new artists to redream it. This is why I propose existential creativity, to serve the unavoidable truth of our times, and a visionary existentialism, to serve the future that we must bring about from the brink of our environmental catastrophe. We can only make a future from the depth of the truth we face now.

I’m intrigued by this notion of existential creativity, and I wonder what it might sound like?

(Sound of a piece of paper ripping)

Maybe it sounds like a piece of paper being torn. 

Once torn, the paper cannot be put back together again, like Humpty-Dumptyand one is left holding the pieces. 

More on the sound of some of these concepts in a future episode. 

I’ll end with an excerpt from episode 87, where theatre artist Kendra Fanconi comments upon Ben Okri’s article: 

We are all artists of the Anthropocene. We inherently are because this is the world that we’re living in right now. There’s no other world. We were down earlier at Robert’s Creek (BC) and it’s a salmon bearing stream. I think of it like we’re artists in the Anthropocene, like fish would be in the ocean: the water is all around us and the Anthropocene is all around us. I think it may be what Ben Okri is tasking us with is: can you describe the water? It’s all we know, but we need to be able to look from this moment now into the future and maybe that’s the job of artists. We’re the visionaries, we can see the future and we can envision it in different ways. I think he speaks to that too at the end of the article about saying part of why we need to talk about the times we’re in now is in relationship to a future, whatever that future looks like. And I do spend a lot of time trying to negotiate my belief in the future.

I wish you peace, peace of mind as you negotiate your own belief in the future.  

I want to thank Ben Okri and The Guardian newspaper for sharing these words and Kendra for her reflections upon them. 

And I thank you, for listening. 

The act of listening, to me, and maybe I should say the art of listening, true listening, sincere and radical listening, through to the depth of the truth, is at the heart of this moment.

*

L'épisode d'aujourd'hui présente des citations de Artists must confront the climate crisis – we must write as if these are the last days par le romancier et poète nigérian Ben Okri, tirées de l'édition du 12 novembre 2021 du journal The Guardian. Okri écrit sur la créativité existentielle et appelle à une nouvelle philosophie pour notre époque, avec un extrait de l'épisode 87 kendra fanconi.

balado conscient, épisode 89, dimanche 5 décembre 2021, 19h32

Je suis de retour à Ottawa et je vais enregistrer ce monologue en une seule prise, comme je le fais depuis le début de la saison 3 de ce podcast. C’est parti. 

L’épisode d’aujourd’hui présente des citations de Artists must confront the climate crisis – we must write as if these are the last days par le romancier et poète nigérian Ben Okri, tirées de l’édition du 12 novembre 2021 du journal The Guardian.

Voici la première citation de l’article de Ben Okri : 

Nous sommes ici au bord de la plus grande crise à laquelle nous n’ayons jamais été confrontés. Nous avons besoin d’une nouvelle philosophie pour ces temps, pour ce moment quasi-terminal de l’histoire de l’humain. C’est de cela que je veux proposer une créativité existentielle. Comment la définir ? C’est la créativité où rien ne doit être gaspillé. En tant qu’écrivain, cela signifie que tout ce que j’écris doit avoir pour objectif immédiat d’attirer l’attention sur la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvons en tant qu’espèce. Cela signifie que l’écriture ne doit pas avoir de fioritures. Il ne doit dire que la vérité. En elle, la vérité doit être aussi la beauté. Cela demande la plus grande économie. Cela signifie que tout ce que je fais doit avoir un but singulier. Cela signifie aussi que je dois écrire maintenant comme si c’était les dernières choses que j’écrirais, que chacun d’entre nous écrira. Si vous saviez que vous en êtes aux derniers jours de l’histoire humaine, qu’écririez-vous ? Comment écririez-vous ? Quelle serait votre esthétique ? Utiliseriez-vous plus de mots que nécessaires ? Quelle forme prendrait vraiment la poésie ? Et qu’adviendrait-il de l’humour ? Serions-nous capables de rire, avec le sentiment des derniers jours sur nous ?

Des mots comme ceux-ci apportent clarté et perspicacité, n’est-ce pas ?

Je pense qu’ils aident à contextualiser la complexité et qu’ils nous aident à couper court aux fantasmes destructeurs comme la croissance sans fin.

Ils exposent littéralement la vérité afin que nous puissions voir, et entendre, le monde dans lequel nous vivons, tel qu’il est vraiment et cela me rappelle ce qu’un professeur zen m’a dit un jour : 

La pratique du zen nous montre comment prendre soin et assumer nos responsabilités à chaque instant, en portant notre attention sur la réalité et en répondant à ce qui doit être fait.

Maintenant que nous sommes en décembre, les mots d’Okri sont d’autant plus poignants que nous entrons dans cette folle période d’hyperconsommation que nous appelons la période des fêtes. 

C’est ainsi qu’Okri conclut son article et je vous encourage à le lire en entier : 

C’est le meilleur et le plus naturel foyer que nous ayons jamais eu. Et nous devons devenir un nouveau peuple pour le mériter. Nous devons être de nouveaux artistes pour le redessiner. C’est pourquoi je propose une créativité existentielle, au service de l’inévitable vérité de notre époque, et un existentialisme visionnaire, au service de l’avenir que nous devons créer au bord de notre catastrophe environnementale. Nous ne pouvons créer un avenir qu’à partir de la profondeur de la vérité à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui.

Maintenant, je suis intrigué par cette notion de créativité existentielle et je me demande à quoi elle peut ressembler ? 

(Bruit d’une feuille de papier qui se déchire)

Peut-être que cela ressemble à une feuille de papier que l’on déchire. 

Une fois déchiré, le papier ne peut pas être recollé, comme Humpty-Dumpty, et on se retrouve avec les morceaux. 

Nous reviendrons sur le son de certains de ces concepts dans un prochain épisode. 

Je terminerai par un extrait de l’épisode 87, où l’artiste de théâtre Kendra Fanconi commente l’article de Ben Okri : 

Nous sommes tous des artistes de l’Anthropocène. Nous le sommes par nature, car c’est le monde dans lequel nous vivons en ce moment. Il n’y a pas d’autre monde. Nous étions tout à l’heure à Robert’s Creek (BC) et c’est un ruisseau à saumon. Je pense que nous sommes des artistes dans l’Anthropocène, comme des poissons dans l’océan : l’eau est tout autour de nous et l’Anthropocène est tout autour de nous. Je pense que ce que Ben Okri nous demande, c’est de décrire l’eau. C’est tout ce que nous savons, mais nous devons être capables d’envisager l’avenir à partir de ce moment présent, et c’est peut-être là le travail des artistes. Nous sommes les visionnaires, nous pouvons voir l’avenir et nous pouvons l’envisager de différentes manières. Je pense qu’il en parle aussi à la fin de l’article en disant qu’une partie de la raison pour laquelle nous devons parler de l’époque dans laquelle nous sommes maintenant est en relation avec un avenir, quel que soit cet avenir. Et je passe beaucoup de temps à essayer de négocier ma foi en l’avenir.

Je vous souhaite la paix, la paix de l’esprit alors que vous négociez votre propre croyance en l’avenir.  

Je tiens à remercier Ben Okri et le journal The Guardian pour avoir partagé ces mots et Kendra pour ses réflexions à leur sujet. 

Et je vous remercie d’avoir écouté. 

L’acte d’écouter, pour moi, et peut-être devrais-je dire l’art d’écouter, la véritable écoute, l’écoute sincère et radicale, jusqu’à la profondeur de la vérité, est au cœur de ce moment.

Leave a Reply

Your email address will not be published.