e91 keith barker – telling a really good story

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e91 keith barker - telling a really good story
/
My #conscientpodcast conversation with indigenous playwright, actor & director Keith Barker, artistic director of Native Earth Performing Arts on Dec 8, 2021 in Tkaronto about indigenous theatre & storytelling including a reading of his 'APOLOGY, MY' 5 minute play for the 2021 Climate Change Theatre Action with voice actors Riel Schryer and Sabrina Mathews. Also with excerpts from e92 santee smith and e44 bilodeau.

Keith Barker is from the Métis Nation of Ontario and is artistic director of Native Earth Performing Arts in Tkaronto. He is the winner of the Dora Mavor Moore Award and the Playwrights Guild’s Carol Bolt Award for best new play. He received a Saskatchewan and Area Theatre Award for Excellence in Playwriting for his play, The Hours That Remain, as well as a Yukon Arts Award for Best Art for Social Change.

He’s a kind, generous and thoughtful person. 

I met Keith while we were both working at the Canada Council in the mid 2010’s. We reconnected at the National Arts Centre’s 2019 Summit on Theatre and Climate Change presented at The Banff Centre. 

Our conversation touched upon indigenous theatre, the impact of telling a good story and the impact of placing artists in spaces with community members, telling their stories and talking about the crisis ands includes excerpts from e92 santee smith – about SKéN:NEN and interconnectedness and e44 bilodeau – the arts are good at changing culture

There were many memorable moments in our conversation. This quote in particular resonated with me: 

To me, artists being right in on the conversation, being present and actually pushing the agenda is absolutely the thing we need to be. That’s where we need to be. Too many politicians and policy and all that stuff. You’re watching that stuff fail right now and to put artists in spaces with community members, telling their stories and talking about the crisis… that’s happening and engaging people, that’s the power of theatre and that’s the power of art. That, to me, is the thing that’s gonna push people to make changes or to start talking or to enter into dialogue. Because right now we have a left and a right that isn’t gonna speak. They don’t like each other. They don’t like their politics, but you get them in a room together and they actually break bread and start having food. They realize that both their kids go to the same school. They both drive the same car. They both love hockey. You know, if we start finding those connections through art, then they they’re gonna engage. And it doesn’t matter if it’s an indigenous artist telling that story or you know, another, IBPOC person or anybody else. If you’re telling a good story, people are gonna be engaged and, and it’ll compel you to wanna do something.

I also have a special treat for you in the last 5 minutes of this episode. You’ll hear near the end of my conversation with Keith that I accepted to produce a radio version of his APOLOGY, MY play which was commissioned by the 2021 Climate Change Theatre Action (CCTA) project. You’ll hear my son Riel playing a political advisor and my wife Sabrina Mathews playing the Prime Minister of Canada. Big thanks to Riel and Sabrina for this powerful reading of the play and big thanks to Keith and Climate Change Theatre Action for permission to produce this amazing play that anticipates a future we can still avoid.

Note: Here is the APOLOGY, MY play by Keith Barker, performed by Riel Schryer and Sabrina Mathews as a stand alone audio file:

This is one of 6 episodes recorded during the Gathering Divergence Multi-Arts Festival & Conference Fall 2021 | Art in the Time of Healing: The Importance of IBPOC Arts in Planetary Renewal event from December 8 to 10, 2021 in Toronto.

The others are:

  • episode 90 is a conversation with dance artist, choreographer, director and embodiment facilitator Shannon Litzenberger and reading her State of Emergence: Why We Need Artists Right Now essay
  • episode 92 is a presentation (including audience questions) by Santee Smith from the National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change panel
  • episode 93 is a presentation (including audience questions) by Anthony Garoufalis-Auger from the National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change panel
  • episode 94 is a presentation (including audience questions) by Devon Hardy from the National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change panel
  • episode 95 is my conversation with CPAMO Executive Director Charles Smith and artistic programmer Kevin Ormsby from a keynote address including excerpts from their conversation about the Living in the Skin I am In: Experiential Learnings, Approaches and Considerations Towards Anti-Black Racism in the Arts publication  

Links mentioned in this episode:

Script of APOLOGY, MY by Keith Barker

(published with permission of the author) 

This play came out of exchanges I’ve had with my uncle over the years. He is a fervent climate change denier who believes it is a hoax drummed up by lefty pinkos. This play is me writing out my disillusion by imagining a revelation about the climate crisis through the eyes of a Prime Minister who finds himself (or herself) on the wrong side of history.

I’m sorry. I truly am.

You can’t say that.

Why not?

You’re making it personal. Don’t do that.

It’s an apology.

You need to think bigger picture here.

Fine…On behalf of the country–

The country, the people, whatever you want to call them, are not the ones who are

sorry, the government is.

…On behalf of the party–

Whoa whoa whoa, it’s not one party’s fault, it’s every party’s fault. Got it?

(Prime Minister sighs)

Mr. Speaker I stand before you today to offer an official apology.

There you go.

The denial of climate change is a sad and regrettable chapter in our history.

I like the chapters – That was a sad chapter. This? This is a new chapter.

In the last hundred-and-fifty years populations were introduced to widespread

electrification, internal combustion engines, the car, and the airplane.

Sweet. Keep it in the past, stay away from the future.

This massive shift to fossil fuels exponentially increased material prosperity and

measures of well-being. But we were wrong.

We’re never wrong.

It was a mistake.

Mistakes are just as bad as being wrong. Neither will get you votes.

It was regrettable.

Mm, better.

We are past the tipping point of climate change. Now we must deal with the full

consequences of government failure.

Way too negative.

Now we must deal with the consequences of inaction… and a multi-generational culture

of denial to maintain the status quo.

Cut the last part.

I think we need it.

And I think we don’t. Keep going.

…Unprecedented warming cycles have melted the ice caps, causing the mass extinction

of species. The acidification of the oceans has destroyed the majority of marine and

mammal food chains. The occurrence of extreme weather events has vastly increased as

sea levels continue to rise.

You can’t say all that.

People already know this.

Then why are we saying it again?

Because it’s true.

Truth is overrated.

Then why am I even giving this speech?

Because, politically it’s a smart move if we do it right. It also makes you look like a

Prime Minister–

I am the Prime Minister

Yeah, well, you know what I mean.

I don’t think I do.

Listen, don’t focus on the small stuff. You need to ignore your instincts. Whatever

feels right, is wrong. You won’t win this if you repeat mistakes.

Don’t put this all on me.

Says the guy who stood up in the House of Commons and denied the existence of

climate change on the same day scientists announced the Arctic Circle was ice-free.

They did that on purpose to make me look bad.

What, melt the Arctic Circle?

You know what I mean.

I don’t think I do.

You really think you can fix this?

What do you think?

You always answer a question with a question?

Only the dumb ones.

Right…Where were we?

Somewhere between mass extinction and extreme weather conditions.

…Today, we recognize the denial of climate change was wrong

Not wrong but –

Regrettable.

Beauty.

I’ve already said regrettable…

Yeah, and you’re going to say it a hundred more times so get used to it.

…The fossil fuel industry actively misled the public and is largely to blame for the

inaction on climate change with capitalism being the driving force.

Don’t say the C word.

Why not?

You can’t be seen placing the blame on industry.

Just over a hundred companies are responsible for 71% of all the Global Greenhouse

Gas Emissions.

That is debatable.

Not if we’re using science it’s not.

Wow, and where was this guy a few years ago?

I am trying to make up for my past mistakes.

And that my friend is how you kill your political career.

I need to say this.

No, you don’t. You’re talking to the base. Card carrying members. They voted for you

because of your ideology. You can’t just bait and switch these folks. Do that and you

can kiss the election goodbye.

You’re right. Thank you for that.

For what?

It didn’t really hit me until you said my words back to me.

What’d I say? Sorry, I’ve said a lot.

Mass extinction.

Oh come on. I’m just trying to get you re-elected here.

This isn’t about politics anymore.

Everything is about politics.

Sorry, but I need to do this.

Let me do my job here. I’m a fixer, it’s what I’m paid to do. Fix things. And if you want this fixed Mr. Prime Minister, then you need to start listening to me pronto. Do.  Not. Apologize. These altruistic feelings are fleeting. Trust me. You think you’ve found some clarity, but you haven’t. And when those feelings pass, and they will pass, you will regret having made a decision in a moment of weakness. You understand me?

Perfectly. I think you need to go.

You’re making a big mistake.

Maybe, maybe not.

Let me help you.

No, I think you’ve helped enough. Now if you’ll excuse me, I’ve got a speech to write.

Last chance… Really? Fine, it’s your funeral… You know what? I wasn’t going vote for

you anyways.

Aww, you broke your own rule.

And what is that?

Don’t make it personal.

END

*

Ma conversation #baladonconscient avec le dramaturge, acteur et metteur en scène autochtone Keith Barker, directeur artistique de Native Earth Performing Arts, le 8 décembre 2021 à Tkaronto, sur le théâtre et les contes autochtones, y compris une pièce de théâtre de 5 minutes, APOLOGY, MA écrite pour Climate Change Theatre Action 2021 (l'action théâtrale sur le changement climatique) avec Riel Schryer et Sabrina Mathews. Cet épisode présente aussi des extraits de e92 santee smith et e44 bilodeau.

Keith est originaire de la nation métisse de l’Ontario et est directeur artistique de Native Earth Performing Arts à Toronto. Il a remporté le prix Dora Mavor Moore et le prix Carol Bolt de la Playwrights Guild pour la meilleure nouvelle pièce. Il a reçu le Saskatchewan and Area Theatre Award for Excellence in Playwriting pour sa pièce The Hours That Remain, ainsi que le Yukon Arts Award for Best Art for Social Change. C’est une personne gentille, généreuse et réfléchie. 

J’ai rencontré Keith alors que nous travaillions tous deux au Conseil des Arts du Canada, au milieu des années 2010. Nous avons repris contact lors du Sommet 2019 du Centre national des Arts sur le théâtre et le changement climatique, qui a eu lieu au Banff Centre. 

Notre conversation a porté sur le théâtre autochtone, l’impact de raconter une bonne histoire et l’impact de placer des artistes dans des espaces avec des membres de la communauté, pour raconter leurs histoires et parler de la crise. Cet épisode comprend des extraits de e92 santee smith – sur SKéN:NEN et l’interconnexion et e44 bilodeau – the arts are good at changing culture.

Notre conversation a donné lieu à de nombreux moments mémorables. Cette citation en particulier a résonné en moi : 

Pour moi, le fait que les artistes soient au cœur de la conversation, qu’ils soient présents et qu’ils fassent avancer les choses est absolument ce que nous devons faire. C’est là que nous devons être. Il y a trop de politiciens, de politiques et de tout ça. Vous regardez ces choses échouer en ce moment et mettre des artistes dans des espaces avec des membres de la communauté, racontant leurs histoires et parlant de la crise… c’est ce qui se passe et engage les gens, c’est le pouvoir du théâtre et c’est le pouvoir de l’art. Pour moi, c’est ce qui va pousser les gens à faire des changements, à commencer à parler ou à entamer un dialogue. Parce qu’en ce moment, nous avons une gauche et une droite qui ne veulent pas parler. Ils ne s’aiment pas. Ils n’aiment pas leurs politiques, mais vous les mettez dans une pièce ensemble et ils rompent le pain et commencent à manger. Ils réalisent que leurs enfants vont dans la même école. Ils conduisent tous les deux la même voiture. Ils aiment tous les deux le hockey. Vous savez, si nous commençons à trouver ces connexions à travers l’art, alors ils vont s’engager. Et peu importe que ce soit un artiste autochtone qui raconte cette histoire ou une autre personne, IBPOC (PANDC) ou autre. Si vous racontez une bonne histoire, les gens vont s’engager et, et ça va vous pousser à faire quelque chose.

J’ai aussi une belle surprise pour vous dans les 5 dernières minutes de cet épisode. Vous entendrez vers la fin de ma conversation avec Keith que j’ai accepté de produire une version radiophonique de sa pièce APOLOGY, MY qui a été commandée par le projet 2021 Climate Change Theatre Action (CCTA). Vous entendrez mon fils Riel jouer le rôle d’un conseiller politique et ma conjointe Sabrina Mathews jouer le rôle du premier ministre du Canada. Un grand merci à Riel et Sabrina pour cette lecture puissante de la pièce et un grand merci à Keith et à Climate Change Theatre Action pour la permission de produire cette pièce étonnante qui anticipe un futur que nous pouvons encore éviter.

Note : J’ai également placé un enregistrement de la pièce ‘APOLOGY, MY’ dans les notes de l’épisode. Voir version de ce texte en anglais.

Ceci est l’un des 6 épisodes enregistrés lors du festival et de la Gathering Divergence Multi-Arts Festival & Conference Fall 2021 | Art in the Time of Healing: The Importance of IBPOC Arts in Planetary Renewal du 8 au 10 décembre 2021 à Toronto. Les autres sont:

  • L’épisode 90 est une conversation avec l’artiste de la danse, chorégraphe, metteur en scène et facilitatrice d’incarnation Shannon Litzenberger et une présentation de son essai State of Emergence : Pourquoi nous avons besoin d’artistes maintenant
  • L’épisode 92 est une présentation (avec questions du public) par Santee Smith à la table ronde National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change.
  • l’épisode 93 est une présentation (avec des questions du public) par Anthony Garoufalis-Auger à la table ronde National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change.
  • L’épisode 94 est une présentation (avec questions du public) par Devon Hardy à la table ronde National Cultural Policy and arts in Response to Climate Change.
  • l’épisode 95 est ma conversation avec Charles Smith, directeur général du CPAMO, et Kevin Ormsby, programmateur artistique, lors de leur présentation ‘keynote’, y compris des extraits de leur exposé sur le projet Living in the Skin I am In: Experiential Learnings, Approaches and Considerations Towards Anti-Black Racism in the Arts (Apprentissages expérientiels, approches et considérations concernant la lutte contre le racisme noir dans les arts). 

Liens mentionnés dans cet épisode :

Scénario de APOLOGY, MY par Keith Barker

(publié avec permission de l’auteur) 

Cette pièce est née d’échanges que j’ai eus avec mon oncle au fil des ans. C’est un fervent négationniste du changement climatique qui croit que c’est un canular inventé par les gauchistes roses. Cette pièce est l’expression de ma désillusion en imaginant une révélation sur la crise climatique à travers les yeux d’un Premier ministre (ou une Première ministre) qui se trouve (ou se trouve) du mauvais côté de l’histoire.

Je suis désolé. Je le suis vraiment.

Vous ne pouvez pas dire ça.

Pourquoi pas ?

Vous en faites une affaire personnelle. Ne fais pas ça.

C’est une excuse.

Tu dois penser à une plus grande image ici.

Bien… Au nom du pays…

Le pays, les gens, peu importe comment vous les appelez, ne sont pas ceux qui sont

désolé, c’est le gouvernement.

…Au nom du parti…

Whoa whoa whoa, ce n’est pas la faute d’un parti, c’est la faute de tous les partis. Compris ?

(Le premier ministre soupire)

Monsieur le Président, je me tiens devant vous aujourd’hui pour présenter des excuses officielles.

Et voilà.

Le déni du changement climatique est un chapitre triste et regrettable de notre histoire.

J’aime les chapitres – C’était un triste chapitre. Et celui-là ? C’est un nouveau chapitre.

Au cours des 150 dernières années, les populations ont été initiées à l’électrification généralisée, l’électrification, les moteurs à combustion interne, la voiture et l’avion.

Sympa. Gardez ça dans le passé, restez loin de l’avenir.

Ce passage massif aux combustibles fossiles a augmenté de manière exponentielle la prospérité matérielle et lesles mesures du bien-être. Mais nous avions tort.

Nous n’avons jamais tort.

C’était une erreur.

Les erreurs sont tout aussi mauvaises que d’avoir tort. Aucun des deux ne vous apportera des votes.

C’était regrettable.

Mm, mieux.

Nous avons dépassé le point de basculement du changement climatique. Maintenant nous devons faire face à toutes les conséquences de l’échec du gouvernement.

Beaucoup trop négatif.

Maintenant nous devons faire face aux conséquences de l’inaction… et à une culture multi-générationnelle de déni pour maintenir le statu quo.

Coupe la dernière partie.

Je pense qu’on en a besoin.

Et je pense qu’on n’en a pas besoin. Continuez.

…Des cycles de réchauffement sans précédent ont fait fondre les calottes glaciaires, provoquant l’extinction massive d’espèces. L’acidification des océans a détruit la majorité de la marine et des chaînes alimentaires marines et mammifères. L’occurrence d’événements météorologiques extrêmes a considérablement augmenté alors que le niveau des mers continue de monter.

Vous ne pouvez pas dire tout ça.

Les gens le savent déjà.

Alors pourquoi le dire à nouveau ?

Parce que c’est vrai.

La vérité est surfaite.

Alors pourquoi est-ce que je fais ce discours ?

Parce que, politiquement, c’est un geste intelligent si on le fait bien. Ça vous fait aussi ressembler à un Premier Ministre…

Je suis le Premier Ministre

Oui, et bien, vous savez ce que je veux dire.

Je ne pense pas.

Ecoute, ne te focalise pas sur les petites choses. Tu dois ignorer tes instincts. Tout ce que ce qui semble juste, est faux. Tu ne gagneras pas si tu répètes tes erreurs.

Ne me mets pas tout sur le dos.

Dit le gars qui s’est levé à la Chambre des communes et a nié l’existence du changement climatique le même jour où les scientifiques ont annoncé que le cercle arctique était libre de glace.

Ils l’ont fait exprès pour que j’aie l’air mauvais.

Quoi, faire fondre le cercle arctique ?

Tu sais ce que je veux dire.

Je ne pense pas.

Tu penses vraiment que tu peux réparer ça ?

Et toi, qu’en penses-tu ?

Tu réponds toujours à une question par une question ?

Seulement les plus stupides.

Bien… Où en étions-nous ?

Quelque part entre l’extinction massive et les conditions météorologiques extrêmes.

…Aujourd’hui, nous reconnaissons que le déni du changement climatique était une erreur.

Pas faux mais…

Regrettable.

Beauté.

J’ai déjà dit regrettable…

Ouais, et tu vas le dire une centaine de fois de plus, alors habitue-toi.

…L’industrie des combustibles fossiles a activement trompé le public et est largement responsable de l’inaction sur le changement climatique, le capitalisme étant la force motrice.

Ne dites pas le mot en C.

Pourquoi pas ?

Vous ne pouvez pas être vu en train de rejeter la faute sur l’industrie.

Un peu plus d’une centaine d’entreprises sont responsables de 71% de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre de gaz à effet de serre.

C’est discutable.

Non, si nous utilisons la science, ça ne l’est pas.

Wow, et où était ce gars il y a quelques années ?

J’essaie de rattraper mes erreurs passées.

Et ça mon ami, c’est comme ça que tu tues ta carrière politique.

Je dois le dire.

Non, tu ne dois pas. Tu parles à la base. Des membres qui ont leur carte. Ils ont voté pour vous à cause de votre idéologie. Vous ne pouvez pas simplement appâter et changer ces gens. Faites ça et vous pouvez dire adieu à l’élection.

Vous avez raison. Merci pour ça.

Pour quoi ?

Ça ne m’a pas vraiment frappé jusqu’à ce que tu me répètes mes mots.

Qu’est-ce que j’ai dit ? Désolé, j’en ai dit beaucoup.

Extinction massive.

Oh, allez. J’essaie juste de vous faire réélire.

Il ne s’agit plus de politique.

Tout est à propos de la politique.

Désolé, mais je dois le faire.

Laissez-moi faire mon travail ici. Je suis un réparateur, c’est ce que je suis payé pour faire. Réparer les choses. Et si vous voulez que ça s’arrange, M. le Premier ministre, alors vous devez commencer à m’écouter pronto. Faites-le.  Non. Vous excuser. Ces sentiments altruistes sont éphémères. Faites-moi confiance. Vous pensez avoir trouvé une certaine clarté, mais ce n’est pas le cas. Et quand ces sentiments passeront, et ils passeront, vous regretterez d’avoir pris une décision dans un moment de faiblesse. Tu me comprends ?

Parfaitement. Je pense que tu dois partir.

Vous faites une grosse erreur.

Peut-être, peut-être pas.

Laisse-moi t’aider.

Non, je pense que vous avez assez aidé. Maintenant si vous voulez bien m’excuser, j’ai un discours à écrire.

Dernière chance… Vraiment ? Bien, c’est ton enterrement… Tu sais quoi ? Je n’allais pas voter pour toi de toute façon.

Ah, tu as brisé ta propre règle.

Et c’est quoi ?

Ne pas en faire une affaire personnelle.

FIN

Leave a Reply

Your email address will not be published.