Season 4 (2023) : Sounding Modernity – your weekly 5-minute sound meditation

e98 epilogue – perspectives on season 3

This episode is a reading of my January 2022 #conscientpodcast blog about some of the high and lows of season 3 of this podcast and my interest in layering words and soundscapes that create new contexts for listening, with excerpts from episodes 65, 69, 81, 86, 96 and a preview of e99 Winter Diary Revisited. Also available as a blog: https://www.conscient.ca/conscient-podcast-blog-january-2022/

conscient podcast, episode 98. 

This episode is a reading of my conscient podcast blog for the month of January 2022.

Some might recall that I started the 3rd season of this podcast with a fictional case study:

(Teacher) Today, we’re going to do a case study today of the second season of the conscient podcast, which ran from March to August 2021. It was produced by an Ottawa based sound artist, Claude Schryer, who is passed away now, but I was very fortunate that his children, Riel and Clara, kindly helped me do some of the research for this class. I want to check if you have all had a chance to listen to the course materials, which were… conscient podcast episodes…   19 reality and 62 compilation. Were you…

(Male student, interrupting) Excuse me, but can you tell us why did you choose this podcast? Historically speaking, you know, there were other podcasts in Canada in 2021 that also explored issues of art and environment. Why this one?

(Teacher) That’s a very good question. I chose the second season of this podcast because Schryer was exploring the themes of reality and ecological grief, which were timely in 2021 and still are today. Also, because it gives us a snapshot of what artists and cultural workers were thinking about in relation to the ecological crisis.

I had fun doing that episode with my family. I presented it to a couple of university classes in the fall of 2021 and got some good feedback. For example, I appreciated this question from a student in an arts policy, equity and activism class at centennial college: 

My question is more towards the arts industry in terms of activism. I feel like there’s a really high risk for burnout and for a lack of reward in terms of the work that you do. I think a lot of the time it falls on deaf ears and so I was wondering in your experience, what support systems have been put in place to support arts activists in their journey?

You can hear my answer and more conversation about art activism in episode 86.

I will conclude season 3 with episode 99, a soundscape composition called Winter Diary Revisited, my homage to composer R. Murray Schafer, who passed away in August of 2021. The piece features excerpts from an unpublished essay that Schafer wrote after a 10-day field recording trip that we undertook in rural Manitoba in February 1997 to record a radio program about winter soundscapes for the west German radio. L’épisode 100 du balado conscient sera la version française de cette composition de paysages sonores : Journal d’hiver revisité.

After publishing episode 100, I will take a break from podcast production and think about next steps. During this time, I invite you to get caught up on topics of interest in season 3, which started with episode 65, recorded while floating on a kayak at the cottage:

… There’s a duck… you hear…. di-di-di… the wings are so beautiful … – and share the process of failure and attempts to change that didn’t work, in a very straightforward kind of way, because that’s life: where we make mistakes and stumble and learn and get excited and then look back and we observe that. So that’s what season three will begin like as like. Actually, I can’t predict what it will end like, because, well, I’m just starting ….

did make mistakes, stumble, learn and get excited in season 3. For example, my promise to do short episodes, of doing everything in a ‘single take’ or asking all guests about radical listening. I learned and adjusted my ways as season 3 unfolded and I got better at listening, sometimes quite radically, to my guests during conversations. I was able to do most of my conversations live in Vancouver, Toronto or Montreal, which improved the sound quality of the show. 

However, some episodes did not work out as I had hoped. For example, here  is the beginning of e69 soundwalk in the dark

Good morning. It’s 4.56am on Wednesday September 29th and I’m about to go for soundwalk in the dark. I wanted to share with you this experience and see what happens. 

At the time it seemed like a good idea to share my experience of improvising a soundwalk in the dark however, the result, in this case, was a lot of fun to produce but did not make for good podcast listening. In retrospect, I should have only kept the best moments from that soundwalk, like this one: 

I’m on a hill so you can feel gravity. The pull towards downwards is an interesting sensation, like dancing with the mountain. 

So, I’ll continue to experiment with new formats and uncomfortable situations in this podcast but next time I will ensure higher production values. My apologies for episode 69 and some of my other rambling monologues.

On a more positive note, one of things I realized during season 3 is my sensitivity to tone of voice. For example, episode 81 is this called inspiration and explores how ‘the tone and emotion in the voice of each person inspires and uplifts me every time I listen to it’. Here is the first minute of e81.

Art is a practice of expanding consciousness, which gives us a tremendous opportunity to explore and to embody possibility (Rebecca Mwase)

We want to awaken in order to be a service to everyone. (David Loy)

Creative cultural allegiance and how do we use that in a purposeful way is a critical question for us all. (Alison Tickell)

Comment faire en sorte de nourrir une nouvelle realité? Comment créer de l’art qui soit régénératif? Qui nourrisse quelque chose. (Anne-Catherine Lebeau)

I also came to realize during season 3 that I am deeply moved by the layering of words and soundscapes that create new contexts for listening. It’s like the spirits of the sounds are speaking to me. I can hear and feel their presence. I always have felt this but rarely talk about it because it sounds … strange and it’s hard to explain. Maybe you have had similar experiences? Feel free to let me know. Here’s an example (and a preview) from episode 99:

When Murray and I recorded Winter Diary in 1997, we recorded a lot of different winter sounds, but not cross-country skiing and it is a typical sound of winter in Canada and a very rich one. You can hear me skiing now as well as people skiing beside me. Skiing sounds have a number of different of elements: there the push and pull of the ski and the poles that hit in the snow and of course the breath of the skier and sometimes you can hear the wind in the trees: snowmobiles in the distance, dog…

See you in season 4.

I don’t know what the theme or format of season 4 will be yet but I anticipate that it will continue to be about art and the ecological crisis. I’ll update the website and rework the format a bit. Je pense aussi séparer les balados en francais pour faciliter l’accès et la visibilité de ces épisodes. I should be back during the spring of 2022. 

One theme that interests me in future episodes is the idea of liminal space that Joan Sullivan talks about in episode 96  : 

We find ourselves in a liminal space right now and liminal space means it’s that time between what was and what’s next. That’s where we are. It’s a place of not knowing and unless all of us humans, and not just artists, recognize that we are already in a transition – not just an energy transition – but a cultural, a democratic, a social transition. There is an end. We will come out of this. No one knows how, but we will pass through. It’s inevitable and what waits on the other side is up to us to design.

See you on the other side.

Thanks for listening.

*

Cet épisode est une lecture de mon blogue #baladoconscient de janvier 2022 sur les hauts et les bas de la saison 3 de ce balado et mon intérêt pour la superposition de mots et de paysages sonores qui créent de nouveaux contextes d'écoute, avec des extraits des épisodes 65, 69, 81, 86, 96 et une avant-première du é100 journal d’hiver revisité. Également disponible en format blogue: https://www.conscient.ca/blogue-du-balado-conscient-janvier-2022/?lang=fr 

balado conscient, épisode 98. 

Cet épisode est une lecture de mon blogue du balado conscient pour le mois de janvier 2022.

Certains se souviendront peut-être que j’ai commencé la troisième saison de ce balado par une étude de cas fictive :

(Enseignant) Aujourd’hui, nous allons faire une étude de cas de la deuxième saison du podcast conscient, qui s’est déroulée de mars à août 2021. Il a été produit par un artiste sonore d’Ottawa, Claude Schryer, qui est maintenant décédé, mais j’ai eu la chance que ses enfants, Riel et Clara, m’aient gentiment aidé à faire certaines des recherches pour ce cours. Je veux vérifier si vous avez tous eu la chance d’écouter le matériel du cours, qui était… des épisodes podcast conscients… 20 réalité et 62 compilation. Avez-vous…

Excusez-moi, mais pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez choisi ce podcast ? Historiquement parlant, vous savez, il y avait d’autres balados au Canada en 2021 qui exploraient aussi les questions d’art et d’environnement. Pourquoi celui-là ?

(Enseignant) C’est une très bonne question. J’ai choisi la deuxième saison de ce balado parce que Schryer explorait les thèmes de la réalité et du deuil écologique, qui étaient d’actualité en 2021 et le sont encore aujourd’hui. Et aussi parce qu’elle nous donne un aperçu de ce à quoi les artistes et les travailleurs culturels pensaient par rapport à la crise écologique.

Je me suis amusé à faire cet épisode avec ma famille. Je l’ai présenté à quelques classes universitaires à l’automne 2021 et j’ai eu de bons retours. Par exemple, j’ai apprécié cette question d’un étudiant d’un cours sur la politique, l’équité et l’activisme artistiques au Centennial College : 

Ma question s’adresse davantage à l’industrie artistique en termes d’activisme. J’ai l’impression qu’il y a un risque très élevé d’épuisement et de manque de récompense pour le travail que vous faites. Je pense que la plupart du temps, on tombe dans l’oreille d’un sourd et je me demandais donc, d’après votre expérience, quels systèmes de soutien ont été mis en place pour soutenir les activistes artistiques dans leur parcours ?

Vous pouvez entendre ma réponse et d’autres conversations sur l’activisme artistique dans l’épisode 86.

Je conclurai la saison 3 avec l’épisode 99, une composition de paysage sonore intitulée Winter Diary Revisited mon hommage au compositeur R. Murray Schafer, décédé en août 2021. La pièce présente des extraits d’un essai non publié que Schafer a écrit après un voyage d’enregistrement de 10 jours que nous avons entrepris dans la campagne du Manitoba en février 1997 pour enregistrer une émission de radio sur les paysages sonores hivernaux pour la radio ouest-allemande. L’épisode 100 du balado conscient sera la version française de cette composition de paysages sonores : journal d’hiver revisité.

Après la publication de l’épisode 100, je ferai une pause dans la production de podcasts et réfléchirai aux prochaines étapes. Pendant ce temps, je vous invite à vous rattraper sur les sujets d’intérêt de la saison 3, qui a commencé avec l’épisode 65 enregistré en flottant sur un kayak au chalet :

… Il y a un canard qui passe… tu entends…. di-di-di… les ailes sont si belles… – et partager le processus d’échec et les tentatives de changement qui n’ont pas fonctionné, de manière très directe, parce que c’est la vie : on fait des erreurs et on trébuche et on apprend et on s’enthousiasme, puis on regarde en arrière et on observe cela. C’est donc comme ça que la saison 3 va commencer. En fait, je ne peux pas prédire comment elle se terminera, parce que, eh bien, je ne fais que commencer …..

J’ai commis des erreurs, j’ai trébuché, j’ai appris et je me suis enthousiasmé dans la saison 3. Par exemple, ma promesse de faire des épisodes courts, de tout faire en une seule prise ou d’interroger tous les invités sur l’écoute radicale. J’ai appris et ajusté mes méthodes au fur et à mesure que la saison 3 se déroulait et j’ai appris à mieux écouter, parfois de manière radicale, mes invités pendant les conversations. J’ai pu réaliser la plupart de mes conversations en direct à Vancouver, Toronto ou Montréal, ce qui a amélioré la qualité sonore de l’émission. 

Cependant, certains épisodes ne se sont pas déroulés comme je l’avais espéré. Par exemple, voici le début du e69 soundwalk in the dark.

Bonjour. Il est 4h56 du matin, mercredi 29 septembre, et je m’apprête à faire une promenade dans le noir. Je voulais partager avec vous cette expérience et voir ce qui se passe. 

Sur le moment, cela semblait être une bonne idée de partager mon expérience d’improvisation d’une marche sonore dans l’obscurité ; cependant, le résultat, dans ce cas, était très amusant à produire mais n’a pas donné lieu à une bonne écoute de balado. Rétrospectivement, j’aurais dû ne garder que les meilleurs moments de cette marche sonore, comme celui-ci : 

Je suis sur une colline, donc vous pouvez sentir la gravité. L’attraction vers le bas est une sensation intéressante, comme danser avec la montagne. 

Je vais donc continuer à expérimenter de nouveaux formats et des situations inconfortables dans ce balado, mais la prochaine fois, je veillerai à ce que les valeurs de production soient plus élevées. Je m’excuse pour l’épisode 69 et certains de mes autres monologues un peu décousus.

Sur une note plus positive, l’une des choses que j’ai réalisées au cours de la saison 3 est ma sensibilité au ton de la voix. Par exemple, episode 81 s’intitule ‘inspiration’ et explore comment ‘le ton et l’émotion dans la voix de chaque personne m’inspirent et m’élèvent chaque fois que je l’écoute’. Voici un extrait du début de l’épisode 81 :

L’art est une pratique d’expansion de la conscience, qui nous donne une formidable opportunité d’explorer et d’incarner les possibilités (Rebecca Mwase).

Nous voulons nous éveiller afin d’être au service de tous. (David Loy)

L’allégeance culturelle créative et la façon dont nous l’utilisons de manière ciblée est une question cruciale pour nous tous. (Alison Tickell)

Comment faire en sorte de nourrir une nouvelle réalité ? Comment créer de l’art qui soit régénératif ? Qui nourrit quelque chose. (Anne-Catherine Lebeau)

J’ai également réalisé au cours de la saison 3 que je suis profondément émue par la superposition de mots et de paysages sonores qui créent de nouveaux contextes d’écoute. C’est comme si les esprits des sons me parlaient. Je peux entendre et sentir leur présence. J’ai toujours ressenti cela, mais j’en parle rarement car cela semble … étrange et difficile à expliquer. Peut-être avez-vous eu des expériences similaires ? N’hésitez pas à me le faire savoir. Voici un exemple (une avant premiere) dans l’épisode 99 :

Lorsque Murray et moi avons enregistré Winter Diary en 1997, nous avons enregistré beaucoup de sons d’hiver différents, mais pas de ski de fond et c’est un son typique de l’hiver au Canada et très riche. Vous pouvez m’entendre skier maintenant, ainsi que les gens qui skient à côté de moi. Les sons de ski ont un certain nombre d’éléments différents : il y a la poussée et la traction du ski et les bâtons qui frappent dans la neige et bien sûr le souffle du skieur et parfois vous pouvez entendre le vent dans les arbres : les motoneiges au loin, le chien…

Rendez-vous donc dans la saison 4.

Je ne sais pas encore quel sera le thème ou le format de la saison 4, mais je pense qu’elle continuera à porter sur l’art et la crise écologique. Je vais mettre à jour le site web et retravailler un peu le format. Je pense aussi séparer les balados en français pour faciliter l’accès et la visibilité de ces épisodes. Je devrais être de retour au printemps 2022. 

Un thème qui m’intéresse pour les prochains épisodes est l’idée d’espace liminal dont parle Joan Sullivan dans l’épisode 96

Nous nous trouvons dans un espace liminal en ce moment et l’espace liminal signifie que c’est ce temps entre ce qui était et ce qui est à venir. C’est là que nous sommes. C’est un endroit où l’on ne sait pas, et à moins que tous les humains, et pas seulement les artistes, reconnaissent que nous sommes déjà dans une transition – pas seulement une transition énergétique – mais une transition culturelle, démocratique, sociale. Il y a une fin. Nous nous en sortirons. Personne ne sait comment, mais nous passerons à travers. C’est inévitable et ce qui nous attend de l’autre côté, c’est à nous de le concevoir.

On se voit de l’autre côté.

Merci de votre écoute.


Posted

in

by

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *