qui suis-je?

This post is also available in: Anglais

Je suis un compositeur (voir ma page Électro CD pour ma biographie et une liste de mes compositions et publications) et un administrateur des arts (voir ma page LinkedIn pour mes activités administratives).

Vous trouverez ci-dessous un aperçu chronologique de « qui je suis », présenté à travers la musique et l’art sonore que j’ai écrits et mes principales influences.

Présentement, je suis producteur du balado conscient et un membre du comité de coordination du projet Leadership Sectoriel des Arts sur l’Urgence de la Transition écologique (LeSAUT), un regroupement national pour les organismes artistiques et culturels du Canada, avec la proposition de valeur unique qu’ils offrent, afin de développer des stratégies, d’aligner les activités et d’activer le leadership du secteur dans l’urgence climatique.   

1960

Je suis né à Ottawa en 1959. J’ai grandi dans la région de North Bay, Ontario, où j’ai été pianiste, clarinettiste, compositeur, chasseur et pêcheur. J’ai été sensibilisé à la science grâce à mon père Maurice, qui était médecin, et à la culture grâce à ma mère Jeannine, qui est artiste. J’ai donc développé une passion à la fois pour l’environnement et l’art, et cela est devenu un point central de ma vie.

1970…

Voici quelques enregistrements de mes premières compositions : 

J’ai étudié la clarinette a l’école secondaire. J’ai écris ma première composition pour clarinette en 1976, Pièce pour clarinette seule (5:30) est interprété par mon ami André Moisan que j’ai rencontré au Centre d’art d’Orford en 1974 et qui demeure un ami.

J’ai étudié la composition à l’Université Wilfrid Laurier, à Waterloo, Ontario quand j’avais 17 ans. Voici ma première composition électroacoustique, Canine Aria #1 (5;50) qui a été crée en 1977 dans le studio électronique de l’Université Wilfrid Laurier sous la direction de Owen Underhill. La pièce est fait partir d’un enregistrement de notre chien Toxo.

J’ai composé ma première (et seule) oeuvre pour chorale, Érable rouge (7:40) en 1979, pour la North Bay Boys Choir. Le libretto est le poème Érable rouge d’Albert Lozeau. Cet enregistrement est par le North Bay Boys Choir avec moi-même au piano.

1980…

Je suis allé 2 fois au Banff Centre for the Arts pour une ‘résidence d’hiver’, en 1981-82 et 1993-94. Plusieurs bonsoirs (8:30) a été composé en 1981 pour deux virtuoses, Stacey Phelps, violin et Philip Bush, piano, qui étaient en residence avec moi à Banff.

Plusieurs bonsoirs fait référence aux bonnes soirées que nous passions à faire de la musique et à explorer le territoire géographique et culturel du Banff Centre. La pièce raconte l’histoire d’une relation inachevée. Les émotions sont souvent fortes et fragmentées, cachant des vulnérabilités extrêmes.

note de programme
Claude Schryer, 1981

J’ai déménagé à Montréal en 1982 et j’ai voyagé pour faire des résidences, tournées et productions. J’ai travaillé entre autres sur des projets d’écologie sonore avec le compositeur R. Murray Schafer, qui m’a appris que ‘les paysages sonores sont des compositions musicales continues.’ J’ai aussi travaillé avec le compositeur français Luc Ferrari qui m’a appris ‘comment reconnaître les sons les uns au-dessus des autres et en rapport aux autres, c’est-à-dire, les couches et ça s’apprend par la sensibilité que l’on développe et par la conscience.

Dans un coin (13:40) pour clarinette et bande a été composé en 1983 lorsque j’étais étudiant en maitrise avec alcides lanza à McGill.

Une forme de relation universelle qui peut se développer entre deux êtres quelconques. « Libre et simple – L’excitation de la découverte – Les tentations abondent – Séduisant et séduisant – Échappatoire infructueux.  Pensive, les esprits tentent de s’échapper de l’intérieur – Accepter – Intégrer – Unifier pacifiquement en tant qu’un ». Dans un coin a été réalisée au Studio de musique électronique de l’Université McGill, à Montréal, en 1982-83, à l’aide d’un synthétiseur analogique Moog.  L’œuvre a été créée au Printemps électroacoustique de l’ACREQ en mai 1983 par André Moisan. 

note de programme

J’ai écris Eclogue pour un pré alpin (16:00) en 1985 pour clarinette basse et trombone. C’est une de mes premieres oeuvres ‘écologique’. C’est moi a la clarinette basse. J’ai oublié le nom du tromboniste (je cherche!).

R. Murray Schafer était à Banff pour une production de Princess of the Stars on Two Jack Lake. En plus de la production de Princess, Robert J. Rosen, Schafer et moi-même avons décidé de produire une série de programmes radio écologiques basés sur une musique écrite pour être jouée et enregistrée en plein air : la nature comme théâtre acoustique. J’ai été attiré (séduit) par l’intimité de la radio, la dimension de la musique dans la nature et par la radio en tant qu’écologie et musicécologie.

note de programme

1990…

Durant les années 90, ma démarche artistique était d’écouter, d’enregistrer et d’analyser des paysages sonores afin de produire des créations électroacoustiques et instrumentales pour le concert et la radio.

Marche sonore 1 (33:40) a été crée en 1991-1992 (avec une révision en 1996). C’est une fantaisie radiophonique en français crée à partir le témoignage de 25 personnes sur leur environnement sonore. L’oeuvre est dédié a ma collaboratrice sur ce projet et amie Hélène Prévost.

Marche sonore I est sous-titrée «le matin du monde» et vous comprendrez pourquoi vers la fin de la pièce. Cette promenade s’inspire de la philosophie d’écologie sonore de R. Murray Schafer et du «Projet d’environnement sonore mondial» à Vancouver qui nous propose de respecter l’oreille naturelle et la voix naturelle, de prendre conscience du symbolisme des sons et de connaître les rythmes et les tempi du paysage sonore naturel. J’ai demandé à chaque intervenant dans la pièce de me parler de son environnement sonore immédiat et de partager quelques pensées sur le thème de l’écologie sonore. J’ai «orchestré» leurs réponses en une marche sonore électroacoustique en six mouvements : Allô, Grenouilles, Auto-ville, Couches, Souffle de la terre et Argument électoral. Marche sonore I a été mixée au Studio 14 de la Société Radio-Canada (Hélène Prévost, réalisatrice et Alain Bourcier, montage et mixage) et a été crée en avril 1992 sur la chaîne culturelle FM de Radio-Canada. Marche sonore I  a été réalisé en 1991-92 avec l’appui du programme arts médiatiques (secteur audio) du Conseil des arts du Canada, du Service culturel de l’Ambassade du Canada à Paris et du GRAME à Lyon (James Giroudon et Pierre-Alain Jaffrenou, codirecteurs artistiques). La version originale de Marche sonore I (40:00) a été édité en 1992 par Claude Schryer (avec une conception graphique de Jean-François Denis) sur le CD «Lettre sonore» et a été distribué gratuitement en 1000 copies. Un grand merci à tous les intervenants pour leur généreuse et précieuse collaboration.

note de programme

En 1997, j’ai tenté de décrire sur ma pratique artistique de la façon suivante : ‘Je veux écrire des romans électroacoustiques qui utilisent l’environnement sonore comme langage paramusical. Je veux utiliser le vent comme nom, l’eau comme verbe et le beep-beep d’un camion qui recule comme adjectif. Je veux conjuguer le bruit au futur antérieur et amener l’auditeur au cœur d’une histoire sonore, peut-être sans mots et, peut-être même, sans musique. … 

Claude Schryer, c. 1990

Autrement dit, c’est le contexte sonore qui me fascinait à cette époque (et encore aujourd’hui). J’ai toujours aimé ce qui entoure la musique : les ambiances, les bruits, les espaces vides, les erreurs, les conversations, les bruits aléatoires, etc. Tout, ou presque, sauf (et cela pourrait sembler contradictoire) le produit final dans la salle de concert (sans préjugé envers mes chers collègues musiciens).

Un autre exemple tiré de cette période ‘paysages sonores’ est ma composition électroacoustique Au dernier vivant les biens (65:00), composée en 1998.

Une collection de quarante-neuf méditations environnementales sur le thème de la spiritualité qui nous rappellent la fragilité de notre environnement et l’importance de la conscience, de l’écoute et du silence. Ce projet a originalement été publié comme ‘Lettre sonore II’, un CD non-commerciale à tirage limité (1 000 copies) offert aux abonnés de la revue Musicworks (numéro 70) en 1998. 

note de programme
Riel, Claude, Sabrina, Clara, Octobre 2001

Je me suis marié avec Sabrina Mathews en juin 1998. Notre fils Riel est né aussi en janvier 1998 à Montréal et notre fille Clara est née en octobre 2001 à Ottawa. Clara étudie les sciences et Riel étudie l’histoire. Sabrina est artiste et gestionnaire dans les arts.

2000…

Le chapitre ‘composition électroacoustique’ de ma pratique artistique tire à sa fin le 9 aôut 1999 lorsque j’accepte un poste au Conseil des arts du Canada à Ottawa pour diriger le Bureau Inter-arts (soutient aux activités interdisciplinaires, etc). Je suis devenu le conseiller stratégique principal dans la division des subventions aux arts en 2016 jusqu’à ma retraite en septembre 2020.

1999 : comité consultative ‘interdisciplinarité et performance’ (de gauche a droite) : Ahasiw Maskegon-Iskewe, Haruko Okana, Claude Schryer, Rita McKeough, Robert Faguy, Paul Couillard, Danielle Boutet, Joanne Morrow

2010…

En 2016, je suis prêt à revenir à ma pratique artistique. Je lance www.paysagesonoresimples.ca, une série d’enregistrements audio et vidéo de 3 minutes, qui explorent l’écoute consciente en relation avec ma pratique zen.

2016 : Logo du projet paysagesonoresimples

Les paysages sonores ont toujours été une forme de savoir, de plaisir et de découverte pour moi. Une façon de vivre. J’adore le processus d’enregistrement des paysages sonores.  Je sens le moment présent quand je capte un son ou une image. Je fais confiance à mes instincts créatifs et je produis des expressions artistiques à partir de ces fragments.  Par exemple, l’épisode 74 Sky, enregistré au bord du fleuve Saint-Laurent à Montréal au printemps de 2018 :

J’ai aussi composé trois oeuvres de 57 minute pour Framework Radio durant non-retour a la composition avec des paysages sonores. La version vidéo de la premiere émission est de 2018 et se retrouve sur Youtube:

La deuxième, Pushing. Hearing, Outwards. (57:00), aussi de 2018, est ci-dessous. Le troisième est un montage de ‘marches sonores’ tiré de paysagesonoresimples.

Pushing. Hearing. Outwards. est une série de 11 groupes de 2 enregistrements de paysages sonores qui se chevauchant tiré de la collection paysagesonoresimples.ca, chacun séparé par environ 15 secondes de silence. L’oeuvre s’inspire du roman inachevé Starlight de l’écrivain autochtone Richard Wagamese, notamment à la page 180, où Wagamese écrit (librement traduit) :  » Elle s’est concentrée sur ce minuscule point de lumière et a poussé son audition à travers… ». Cette citation m’a inspiré à explorer l’idée de repousser les limites de nos sens vers d’autres dimensions. Je suggère que vous mettiez de côté toute attente ou tout jugement lorsqu’il écoute de Pushing. Hearing. Outwards. et d’ouvrir votre écoute au-delà des sons eux-mêmes. Pushing. Hearing. Outwards. est disponible en format streaming et en téléchargement gratuit sur http://paysagesonoresimples.ca . Cette œuvre est dédiée à la mémoire de Richard Wagamese, décédé en 2017.

note de programme

Durant cette période je deviens un étudiant au Zen Centre of Ottawa sous la direction du Vénérable Anzan Hoshin roshi, qui nous apprend que ‘le zen est simplement une question de prêter attention à nos expériences réelles et à nos vies telles qu’elles sont’.

2020…

Le chapitre paysagesonoresimples de ma pratique artistique tire à sa fin en juillet 2019 avec une 175e émission. Je prends une pause de mon micro pour réfléchir à la crise climatique. 

En janvier 2020, je lance le balado conscient, voir a propos et je publie le premier épisode, é02 éveil.

Le 23 avril, j’ai donné un atelier au festival BEAST FeAST 2021: Recalibration sur la réalité, l’extinction, le deuil et l’art (en anglais). Vous pouvez voir toutes les présentations du festival ici : Chaîne YouTube de BEAST. Voici mon PowerPoint:

Merci aux artistes et les participants sur ces enregistrements.

Dernière mise a jour le 3 octobre 2021.