e87 kendra fanconi – on the artist brigade, ben okri, eco-restoration, eco-grief & reauthoring the world

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e87 kendra fanconi – on the artist brigade, ben okri, eco-restoration, eco-grief & reauthoring the world
/
My 2nd #conscientpodcast conversation with theatre artist and art + climate activist Kendra Fanconi in Robert’s Creek, BC about the ‘Artist Brigade’, Ben Okri, eco-restoration, eco-grief & reauthoring the world, with excerpts from e43 haleye30 maggs & é37 lebeau.

Robert’s Creek is on the ancient and unceded territory of the shishalh Nation.  The shishalh people call Robert’s Creek xwesam.  

I’ve known Kendra for many years, first through her work with Radix Theatre then as an arts and environment advocate in the community, notably through The Only Animal company, which she co-founded with Eric Rhys Miller in 2005 and which has created over 30 shows  that ‘take theatre places it has never gone before’. I’ve always admired Kendra’s vision, her calm demeanour, her strategic mind, and deep commitment to environment issues, as you’ll hear on our conversation, which recorded in her kitchen in Robert’s Creek, BC. 

My goal with this series of second conversations is to go deeper into issues from our initial conversation, to hear updates on their work as well as their vision for the future. 

Kendra gave me an update on the ‘Artists Brigade’ project, her perspectives Nigerian novelist and poet Ben Okri’s call to action Artists must confront the climate crisis – we must write as if these are the last days article, ecological restoration, the work of death doula and climate grief advisor Corey Mathews (Hardeman), the impact of eco-anxiety and about reauthoring the world, including excerpts from e43 haleye30 maggs & é37 lebeau.

Links mentioned during our conversation :

I was also moved by this quote from my conversation with Kendra:

I think the climate movement is full of love and care. Those are the people who get involved. Even though we have this sort of vision of the angry activists. I think at the heart of it, it’s about care and love. And so, I found that definition of climate grief and the link of love and loss to be very reassuring and to know that grieving in community, which may be is, I mentioned to you earlier, this sort of love that I have for this climate brethren, artists who care about climate, that I’ve found on how nourishing that is for me. Maybe we all do it together? We’re locked in this love and loss and we’re doing it as a community and versus doing it alone, which I feel like I did do for many years before I got involved in this way. It’s just so much better.

Excerpt from previous conscient episodes used in e87:

 David Haley (e43 haley):

What I have learned to do, and this is my practice, is to focus on making space. This became clear to me when I read, Lila : An inquiry into morals by Robert Pirsig. Towards the end of the book, he suggests that the most moral act of all, is to create the space for life to move onwards and it was one of those sentences that just rang true with me, and I’ve held onto that ever since and pursued the making of space, not the filling of it.

David Maggs (e30 maggs):

Complexity is the world built of relationships and it’s a very different thing to engage what is true or real in a complexity framework than it is to engage in it, in what is a modernist Western enlightenment ambition, to identify the absolute objective properties that are intrinsic in any given thing. Everyone is grappling with the fact that the world is exhibiting itself so much in these entanglements of relationships. The arts are completely at home in that world. And so, we’ve been sort of under the thumb of the old world. We’ve always been a kind of second-class citizen in an enlightenment rationalist society. But once we move out of that world and we move into a complexity framework, suddenly the arts are entirely at home, and we have capacity in that world that a lot of other sectors don’t have. What I’ve been trying to do with this report (Art and the World After This) is articulate the way in which these different disruptions are putting us in a very different reality and it’s a reality in which we go from being a kind of secondary entertaining class to, maybe, having a capacity to sit at the heart of a lot of really critical problem-solving challenges.

Anne-Catherine Lebeau (é37 lebeau.):

Note: translation from the French

For me, it is certain that we need more collaboration. That’s what’s interesting. Moving from a ‘Take Make Waste’ model to ‘Care Dare Share’. To me, that says a lot. I think we need to look at everything we have in the arts as a common good that we need to collectively take care of. Often, at the beginning, we talked in terms of doing as little harm as possible to the environment, not harming it, that’s often how sustainable development was presented, then by doing research, and by being inspired, among other things, by what is done at the Ellen MacArthur Foundation in England, around circular economies, I realized that they talk about how to nourish a new reality. How do you create art that is regenerative? Art that feeds something.

Ocean view at Robert’s Creek, November 24, 2021
Kendra Fanconi, eyes closed, in her Kitchen, Robert’s Creek, BC. November 24, 2021
Kendra (and cat) at bridge over the creek at her house, Robert’s Creek, BC November 24, 2021

*

Ma deuxième conversation #baladoconscient avec Kendra Fanconi, artiste de théâtre et activiste pour l'art et le climat, à Robert's Creek, en Colombie-Britannique, sur la "Brigade des artistes", Ben Okri, l'éco-restauration, l'éco-chagrin et la réécriture du monde, avec des extraits de e43 haleye30 maggs & é37 lebeau.

Robert's Creek se trouve sur le territoire ancien et non cédé de la nation shishalh.  Le peuple shishalh appelle Robert's Creek xwesam.  

Je connais Kendra depuis de nombreuses années, d’abord par son travail avec Radix Theatre, puis en tant que défenseur des arts et de l’environnement dans la communauté, notamment par le biais de la compagnie The Only Animal, qu’elle a cofondée avec Eric Rhys Miller en 2005 et qui a créé plus de 30 spectacles qui “emmènent le théâtre là où il n’est jamais allé auparavant”. J’ai toujours admiré la vision de Kendra, son comportement calme, son esprit stratégique et son profond engagement envers les questions environnementales, comme vous pourrez l’entendre au cours de notre conversation, enregistrée dans sa cuisine à Robert’s Creek, en Colombie-Britannique. 

L’objectif de cette série de secondes conversations est d’approfondir les questions abordées lors de notre première conversation, d’entendre des mises à jour sur leur travail ainsi que leur vision de l’avenir. 

Kendra m’a parlé du projet de la “Brigade des artistes”, de son point de vue sur l’appel à l’action du romancier et poète nigérian Ben Okri, de l’article “Les artistes doivent faire face à la crise climatique – nous devons écrire comme si c’était les derniers jours”, de la restauration écologique, du travail de Corey Mathews (Hardeman), doula de mort et conseiller en matière de deuil climatique, sur la réécriture du monde, y compris des extraits de e43 haleye30 maggs & é37 lebeau.

Liens mentionnés au cours de la conversation 

J’ai également été émue par cette citation tirée de ma conversation avec Kendra :

Je pense que le mouvement climatique est plein d’amour et d’attention. Ce sont les personnes qui s’impliquent. Même si nous avons cette sorte de vision des activistes en colère. Je pense qu’au fond, il s’agit d’amour et de compassion. Et donc, j’ai trouvé cette définition du deuil climatique et le lien entre l’amour et la perte très rassurant et de savoir que le deuil en communauté, qui est peut-être, je vous l’ai dit plus tôt, cette sorte d’amour que j’ai pour ces frères du climat, les artistes qui se soucient du climat, que j’ai trouvé sur la façon dont il est nourrissant pour moi. Peut-être que nous le faisons tous ensemble ? Nous sommes enfermés dans cet amour et cette perte et nous le faisons en tant que communauté plutôt que de le faire seuls, ce que j’ai l’impression d’avoir fait pendant de nombreuses années avant de m’engager de cette manière. C’est tellement mieux.

Extrait de précédents épisodes du balado conscient utilisés dans e87 :

David Haley (e43 haley)

Ce que j’ai appris à faire, et c’est ma pratique, c’est de me concentrer sur la création d’un espace. Cela m’est apparu clairement lorsque j’ai lu la : Lila : An inquiry into morals de Robert Pirsig. Vers la fin du livre, il suggère que l’acte le plus moral de tous est de créer l’espace nécessaire à la vie pour aller de l’avant. C’est l’une de ces phrases qui m’ont semblé vraies, et j’y ai adhéré depuis lors, en cherchant à créer de l’espace, et non à le remplir.

David Maggs (e30 maggs) :

La complexité est le monde construit de relations et c’est une chose très différente de s’engager dans ce qui est vrai ou réel dans un cadre de complexité que de s’y engager, dans ce qui est une ambition occidentale moderniste, de l’époque des Lumières (enlightenment), d’identifier les propriétés objectives absolues qui sont intrinsèques à toute chose donnée. Tout le monde est aux prises avec le fait que le monde s’expose tellement dans ces enchevêtrements de relations. Les arts sont complètement à l’aise dans ce monde. Et donc, nous avons été en quelque sorte sous la coupe de l’ancien monde. Nous avons toujours été une sorte de citoyen de seconde classe dans une société rationaliste de l’époque des Lumières. Mais une fois que nous sortons de ce monde et que nous entrons dans un cadre de complexité, les arts sont tout à fait à leur place et nous avons une capacité dans ce monde que beaucoup d’autres secteurs n’ont pas. Ce que j’ai essayé de faire avec ce rapport (Art and the World After This), c’est d’articuler la manière dont ces différentes perturbations nous placent dans une réalité très différente, une réalité dans laquelle nous passons d’une sorte de classe secondaire de divertissement à, peut-être, une capacité à prendre notre place au cœur de la résolution d’un grand nombre de problèmes vraiment critiques.

Anne-Catherine Lebeau (é37 lebeau) :

Pour moi, c’est sûr que ça passe par plus de collaboration. C’est ça qui est intéressant aussi. Vraiment passer du modèle ‘Take Make Waste’ à ‘Care Dare Share’. Pour moi, ça dit tellement de choses. Je pense qu’on doit considérer tout ce qu’on a dans le domaine artistique comme un bien commun dont on doit collectivement prendre soin. Souvent, au début, on parlait en termes de faire le moins de tort possible à l’environnement, ne pas nuire, c’est souvent comme ça que l’on présente le développement durable, puis en faisant des recherches, et en m’inspirant, entre autres, de ce qui se fait à la Fondation Ellen MacArthur  en Angleterre, en économie circulaire, je me suis rendu compte qu’eux demandent comment faire en sorte de nourrir une nouvelle réalité. Comment créer de l’art qui soit régénératif? Qui nourrisse quelque chose.

Leave a Reply

Your email address will not be published.