e62 compilation – season / saison 2

conscient podcast / balado conscient
conscient podcast / balado conscient
e62 compilation – season / saison 2
/
A compilation of excerpts from 41 conversations (31 in English, 10 in French) in season 2 of the #conscientpodcast. La version française suit l’anglais. 

e21 dufresne : capitalism is over, my conversation with philosopher Dr. Todd Dufresne about reality, grief, art and the climate crisis.

Democracy of Suffering

  • I think capitalism is over, but the problem is we have nothing to replace it with. Here’s when we need artists, and others, to tell us what kind of vision they have for a future that is different than that: a future of play and meaningful work would be one future that I think is not just utopic, but very possible. So there’s a possible future moving forward that could be much better than it is right now, but we’re not going to get there without democracy of suffering as we’re experiencing it now and will at least over the next 20, 30, 40 years until we figure this out, but we need to figure it out quickly.

e22 westerkamp : slowing down through listening, my conversation with composer and listener Hildegard Westerkamp about acoustic ecology and the climate crisis.

Some Hope

  • We need to allow for time to pass without any action, without any solutions and to just experience it. I think that a slowdown is an absolute – if there is any chance to survive – that kind of slowing down through listening and meditation and through not doing so much. I think there’s some hope in that.

e23 appadurai: what does a just transition look like?, my ‘soundwalk’ conversation with climate activist Anjali Appadurai about the just transition and the role of the arts in the climate emergency.

The deeper disease

  • The climate crisis and the broader ecological crisis is a symptom of the deeper disease, which is that rift from nature, that seed of domination, of accumulation, of greed and of the urge to dominate others through colonialism, through slavery, through othering – the root is actually othering – and that is something that artists can touch. That is what has to be healed, and when we heal that, what does the world on the other side of a just transition look like? I really don’t want to believe that it looks like exactly this, but with solar. The first language that colonisation sought to suppress, which was that of indigenous people, is where a lot of answers are held.

e24 weaving : the good, possible and beautiful, my conversation with artist jil p. weaving about community-engaged arts, public art, the importance of the local, etc.

The roles that artists can play

  • The recognition, and finding ways to assist people, in an awareness of all the good, the possible and the beautiful and where those things can lead, is one of the roles that artists can specifically play. 

e25 shaw : a sense of purpose, my conversation with Australian climate activist Michael Shaw about support structures for ecogrief and the role of art.

Listen to what the call is in you

  • It’s a real blessing to feel a sense of purpose that in these times. It’s a real blessing to be able to take the feelings of fear and grief and actually channel them somewhere into running a group or to making a film or doing your podcasts. I think it’s important that people really tune in to find out what they’re given to do at this time, to really listen to what the call is in you and follow it. I think there’s something that’s very generative and supportive about feeling a sense of purpose in a time of collapse.

e26 klein : rallying through art, my conversation with climate emergency activist Seth Klein about his book A Good War : Mobilizing Canada for the Climate Emergency, the newly formed Climate Emergency Unit and his challenge to artists to help rally us to this cause

My challenge to artists today

  • Here would be my challenge to artists today. We’re beginning to see artists across many artistic domains producing climate and climate emergency art, which is important and good to see. What’s striking to me is that most of it, in the main, is dystopian, about how horrific the world will be if we fail to rise to this moment. To a certain extent, that makes sense because it is scary and horrific, but here’s what intrigued me about what artists were producing in the war is that in the main, it was not dystopian, even though the war was horrific. It was rallying us: the tone was rallying us. I found myself listening to this music as I was doing the research and thinking, World War II had a popular soundtrack, the anti-Vietnam war had a popular soundtrack. When I was a kid in the peace and disarmament movement, there was a popular soundtrack. This doesn’t have a popular soundtrack, yet.

é27 prévost : l’énergie créatrice consciente (in French), my conversation with sound artist, musician and radio producer Hélène Prévost about the state of the world and the role of artists in the ecological crisis.

The less free art is, the less it disturbs

  • It is in times of crisis that solutions emerge and that would be my argument. It is in this solution to the crisis that, yes, there is a discourse that will emerge and actions that will emerge, but we can’t see them yet. Maybe we can commission them, as you suggest: Can you make me a documentary on this? or Can you make me a performance that will illustrate this aspect? But for the rest, I think we must leave creative energy be free, but not unconscious. That’s where education, social movements and education, or maybe through action. You see, and I’m going to contradict myself here, and through art, but not art that is servile, but art that is free. I feel like quoting Josée Blanchette in Le Devoir who, a week ago, said ‘the less free art is, the less it disturbs’.

é28 ung : résilience et vulnérabilité (in French), my conversation with educator and philosopher Jimmy Ung about the notion of privilege, resilience, the role of the arts in facilitating intercultural dialogue and learning, education, social justice, etc. 

Practicing resilience

  • Resilience, at its core, is having the ability to be vulnerable and I think often resilience is seen as the ability to not be vulnerable, and for me, the opposite, more like resilience is the ability to be vulnerable and to believe with hope. Maybe we have the ability to bounce back, to come back, to rise again, to be reborn? I think that’s a way of practicing resilience, which is more and more necessary. Because if we want to move forward, if we want to learn and learn to unlearn, we will have to be vulnerable and therefore see resilience as the ability to be vulnerable.

e29 loy, : the bodhisattva path my conversation with professor, writer and Zen teacher David Loy about the bodhisattva path, the role of storytelling, interdependence, nonduality and the notion of ‘hope’ through a Buddhist lens.

The ecological crisis as a kind of the karma

  • Some people would say, OK, we have a climate crisis, so we’ve got to shift as quickly as possible as we can from fossil fuels to renewable sources of energy, which is right. But somehow the idea that by doing that we can just sort of carry on in the way that we have been otherwise is a misunderstanding. We have a much greater crisis here and what it fundamentally goes back to is this sense of separation from the earth, that we feel our wellbeing, therefore, is separate from the wellbeing of the earth and that therefore we can kind of exploit it and use it in any way we want. I think we can understand the ecological crisis as a kind of the karma built into that way of relating and exploiting the earth. The other really important thing, which I end up talking about more often, is I think Buddhism has this idea of the bodhisattva path, the idea that it’s not simply that we want to become awakened simply for our own benefit, but much more so that we want to awaken in order to be a service to everyone. 

e30 maggs : art and the world after this, my conversation with cultural theorist David Maggs about artistic capacity, sustainability, value propositions, disruption, recovery, etc.

Entanglements of relationships

  • Complexity is the world built of relationships and it’s a very different thing to engage what is true or real in a complexity framework than it is to engage in it, in what is a modernist Western enlightenment ambition, to identify the absolute objective properties that are intrinsic in any given thing. Everyone is grappling with the fact that the world is exhibiting itself so much in these entanglements of relationships. The arts are completely at home in that world. And so, we’ve been sort of under the thumb of the old world. We’ve always been a kind of second-class citizen in an enlightenment rationalist society. But once we move out of that world and we move into a complexity framework, suddenly the arts are entirely at home, and we have capacity in that world that a lot of other sectors don’t have. What I’ve been trying to do with this report (Art and the World After This) is articulate the way in which these different disruptions are putting us in a very different reality and it’s a reality in which we go from being a kind of secondary entertaining class to, maybe, having a capacity to sit at the heart of a lot of really critical problem-solving challenges.

e31 morrow : artists as reporters, my conversation with composer, sound artist, performer, and innovator Charlie Morrow about the origins of the conscient podcast, music, acoustic ecology, art and climate, health, hope and artists as journalists. 

In tune with what’s going on in the world

  • I think that artists are for the most part in tune with what’s going on in the world. We’re all reporters, somehow journalists, who translate our message into our art, as art is in my mind, a readout, a digested or raw readout of what it is that we’re experiencing. Our wish to be an artist is in fact, in order to be able to spend our lives doing that process.

é32 tsou : changer notre culture (in French), my conversation (in French) with musician and cultural diplomacy advisor Shuni Tsou about citizen engagement, cultural action, the ecological crisis, arts education, social justice, systemic change, equity, etc,

Cultural change around climate action

  • Citizen engagement is what is needed for cultural change around climate action. It’s really a cultural shift in any setting. When you want to make big systemic changes, you have to change the culture and arts and culture are good tools to change the culture.

e33 toscano : what we’re fighting for, my conversation podcaster and artist Peterson Toscano about the role of the arts in the climate crisis, LGBTQ+ issues, religion, the wonders of podcasting, impacts, storytelling, performance art, etc. 

Where the energy is in a story

  • It’s artists who not only can craft a good story, but also we can tell the story that’s the hardest to tell and that is the story about the impacts of climate solutions. So it’s really not too hard to talk about the impacts of climate change, and I see people when they speak, they go through the laundry list of all the horrors that are upon us and they don’t realize it, but they’re actually closing people’s minds, closing people down because they’re getting overwhelmed. And not that we shouldn’t talk about the impacts, but it’s so helpful to talk about a single impact, maybe how it affects people locally, but then talk about how the world will be different when we enact these changes. And how do you tell a story that gets to that? Because that gets people engaged and excited because you’re then telling this story about what we’re fighting for, not what we’re fighting against. And that is where the energy is in a story.

é34 ramade : l’art qui nous emmène ailleurs (in French), my conversation (in French) with art historian, critic, curator and art and environment expert Bénédicte Ramade on the climate emergency, nature, music, visual arts, ecological art, etc.

With music, you can convey so many things

  • I am thinking of artist-composers who write pieces based on temperature readings that are converted into musical notes. This is also how the issue of global warming can be transmitted, from a piece played musically translating a stable climate that is transformed and that comes to embody in music a climatic disturbance. It is extraordinary. Is felt by the music, a fact of composition, something very abstract, with a lot of figures, statistical curves. We are daily fed with figures and statistical curves about the climate. ‘They literally do nothing to us anymore’. But on a more sensitive level, with the transposition into music, if it is played, if it is interpreted, ah, suddenly, it takes us elsewhere. And when I talk about these works, sometimes people who are more scientific or museum directors are immediately hooked, saying ‘it’s extraordinary with music, you can convey so many things.

e35 salas : adapting to reality, my conversation with Spanish curator + producer Carmen Salas on reality, ecogrief, artists & the climate crisis, arts strategies, curating and her article Shifting Paradigms

Artists need help in this process

  • I find that more and more artists are interested in understanding how to change their practice and to adapt it to the current circumstances. I really believe artists need help in this process. Like we all do. I’m not an environmental expert. I’m not a climate expert. I’m just a very sensitive human being who is worried about what we are leaving behind for future generations. So, I’m doing what I can to really be more ethical with my work, but I’m finding more and more artists who are also struggling to understand what they can do. I think when in a conversation between curators or producers like myself and people like you – thinkers and funders – to come together and to understand the current situation, to accept reality, then we can strategize about how we can put things into place and how we can provide more funding for different types of projects.

e36 fanconi : towards carbon positive work, my conversation with theatre artist and art-climate activist Kendra Fanconi, artistic director of The Only Animal about the role of the arts in the climate emergency, carbon positive work, collaboration and artists mobilization.

Ecological restoration

  • Ben Twist at Creative Carbon Scotland talks about the transformation from a culture of consumerism to a culture of stewardship and we are the culture makers so isn’t that our job right now to make a new culture and it will take all of us as artists together to do that? …  It’s not enough to do carbon neutral work. We want to do carbon positive work. We want our artwork to be involved with ecological restoration. What does that mean? I’ve been thinking a lot about that. What is theatre practice that actually gives back, that makes something more sustainable? That is carbon positive. I guess that’s a conversation that I’m hoping to have in the future with other theatre makers who have that vision.

é37 lebeau : l’art régénératif (in French), my conversation with Écoscéno co-founder and executive director Anne-Catherine Lebeau on collaboration, circular economies, the role of art in the climate crisis, moving from ‘Take Make Waste’ to ‘Care Dare Share’ and creating regenerative art.

From ‘Take Make Waste’ to ‘Care Dare Share’

  • For me, it is certain that we need more collaboration. That’s what’s interesting. Moving from a ‘Take Make Waste’ model to ‘Care Dare Share’. To me, that says a lot. I think we need to look at everything we have in the arts as a common good that we need to collectively take care of. Often, at the beginning, we talked in terms of doing as little harm as possible to the environment, not harming it, that’s often how sustainable development was presented, then by doing research, and by being inspired, among other things, by what is done at the Ellen MacArthur Foundation in England, around circular economies, I realized that they talk about how to nourish a new reality. How do you create art that is regenerative? Art that feeds something.

e38 zenith : arts as medicine to metabolize charge, my conversation with animist somatic practitioner, poet, philosopher, ecologist and clown Shante’ Sojourn Zenith about reality, somatics, ecological grief, rituals, nature, performance and ecological imaginations.

The intensity that’s left in the system

  • Art is the medicine that actually allows us to metabolize charge. It allows us to metabolize trauma. It takes the intensity that’s left in the system, and this goes all the way back to ritual. Art, for me, is a sort of a tributary coming off from ritual that is still sort of consensually allowed in this reality when the direct communication with nature through ritual was silenced, so it comes back to that wider river…

e39 engle : the integral role of the arts in societal change, my conversation with urbanist Dr. Jayne Engle about participatory city planning, design, ecological crisis, sacred civics, artists and culture in societal and civilizational change.

How change occurs

  • The role of artists and culture is fundamental and so necessary, and we need so much more of it and not only on the side. The role of arts and culture in societal and civilizational change right now needs to be much more integral into, yes, artworks and imagination – helping us to culturally co-produce how we live and work together into the future and that means art works – but it also means artists perspectives into much more mainstream institutions, ideas, and thoughts about how change occurs.

e40 frasz : integrated awakeness in daily life, my conversation with researcher and strategic thinker Alexis Frasz about ecological crisis, creative climate action, community arts, Buddhism, leadership and cross-sectoral arts practices. 

A lack of agency

  • There is a lot of awareness and interest in making change and yet change still isn’t really happening, at least not at the pace or scale that we need. It feels to me increasingly like there’s not a lack of awareness, nor a lack of concern, or even a lack of willingness, but actually a lack of agency. I’ve been thinking a lot about the role of arts, and culture and creative practice in helping people not just wake up to the need for change, but actually undergo the entire transformational process from that moment of waking up (which you and I share a language around Buddhist practice). There’s that idea that you can wake up in an instant but integrating the awakeness into your daily life is actually a process. It’s an ongoing thing.

e41 rae : a preparedness mindset my conversation with artist-researcher, facilitator and educator Jen Rae about art and emergency preparedness, community arts, reality, ecological grief, arts and climate emergency in Australia 

How artists step up

  • The thing about a preparedness mindset is that you are thinking into the future and so if one of those scenarios happens, you’ve already mentally prepared in some sort of way for it, so you’re not dealing with the shock. That’s a place as an artist that I feel has a lot of potential for engagement and for communication and bringing audiences along. When you’re talking about realities, accepting that reality, has the potential to push us to do other things. It’s great to hear about Canada Council changing different ways around enabling the arts and building capacity in the arts in the context of the climate emergency. It’ll be interesting to see how artists step up.

e42 rosen : when he climate threat becomes real, my conversation with architect Mark Rosen about what is enough, green buildings, how to change the construction industry, barriers and constraints in finding solutions to the climate crisis and deferred ecological debt.

The idea of enough

  • The idea of enough is very interesting to me. The idea that the planet doesn’t have enough for us on our current trajectory is at the heart of that. The question of whether the planet has enough for everyone on the planet, if we change the way we do things is an interesting way. Can we sustain seven, eight, nine billion people on the planet if everyone’s idea of enough was balanced with that equation? I don’t know, but I think it’s possible. I think that if we’ve shown nothing else as a species, as humans, it’s adaptability and resiliency and when forced to, we can do surprisingly monumental things and changes when the threat becomes real to us.

Constraints

  • One of the things that I find very interesting in my design process as an architect is that if you were to show me two possible building sites, one that is a green field wide open, with nothing really influencing the site flat, easy to build, and then you show me a second site that is a steep rock face with an easement that you can’t build across. Inevitably, it seems to be that the site with more constraints results in a more interesting solution and the idea that constraints can be of benefit to the creative process is one that I think you can apply things that, on the surface, appear to be barriers instead of constraints. Capitalism, arguably, is one of those, if we say we can’t do it because it costs too much, we’re treating it as a barrier, as opposed to us saying the solution needs to be affordable, then it becomes a constraint and we can push against constraints and in doing so we can come up with creative solutions and so, one way forward, is to try and identify these things that we feel are preventing us from doing what we know we need to do and bringing them into our process as constraints, that influence where we go rather than prevent us from going where we need to go.

e43 haley: climate as a cultural issue my conversation with British ecoartist David Haley about ecoart, climate change as a cultural issue, speaking truth to power, democracy, regeneration, morality, creating space and listening.

Deep questions and listening

  • Climate change is actually a cultural issue, not a scientific issue. Science has been extremely good at identifying the symptoms and looking at the way in which it has manifest itself, but it hasn’t really addressed any of the issues in terms of the causes. It has tried to use what you might call techno fix solution focused problem-based approaches to the situation, rather than actually asking deep questions and listening.

A regenerative way of doing and thinking

  • Going back to reality, one of the issues that we are not tackling is that we’re taking a dystopian view upon individual activities that creates guilt, syndromes, and neuroses which of course means that the systems of power are working and in terms of actually addressing the power – of speaking truth to power – we need to name the names, we need to name Standard Oil, IG Farben who now call themselves ESSO, Chevron, Mobil, DuPont, BP, Bayer, Monsanto BASF, Pfizer and so on. These are the people that control the governments that we think we’re voting for and the pretense of democracy that follows them. Until those organizations actually rescind their power to a regenerative way of doing and thinking, we’re stuffed, to put pretty bluntly.

Create the space for life to move onwards

  • What I have learned to do, and this is my practice, is to focus on making space. This became clear to me when I read, Lila : An inquiry into morals by Robert Pirsig. Towards the end of the book, he suggests that the most moral act of all, is to create the space for life to move onwards and it was one of those sentences that just rang true with me, and I’ve held onto that ever since and pursued the making of space, not the filling of it. When I say I work with ecology, I try to work with whole systems, ecosystems. The things within an ecosystem are the elements with which I try to work. I try not to introduce anything other than what is already there. In other words, making the space as habitat for new ways of thinking, habitat for biodiversity to enrich itself, habitat for other ways of approaching things. I mean, there’s an old scientific adage about nature abhors a vacuum, and that vacuum is the space as I see it.

e44 bilodeau : the arts are good at changing culture, my conversation with playwright and climate activist Chantal Bilodeau about theatre, cultural climate action, the role of art in the climate emergency and how to build audiences and networks

Let’s think about it together

  • I think of the arts as planting a seed and activism as being the quickest way you can get from A to B. So activism is like, this is what we’re going to do. We have to do it now. This is a solution. This is what we’re working towards and there’s all kinds of different solutions, but it’s about action. The arts are not about pushing any one solution or telling people, this is what you need to do. It is about saying here’s a problem. Let’s think about it together. Let’s explore avenues we could take. Let’s think about what it means and what it means, not just, should I drive a car or not, but what it means, as in, who are we on this earth and what is our role? How do we fit in the bigger ecosystem of the entire planet? I think the arts are something very good to do that and they are good at changing a culture.

e45 abbott : a compassionate, just and sustainable world, my conversation with filmmaker Jennifer Abbott about her film The Magnitude of all Things, reality, zen, compassion, grief, art and how to ensure a more compassionate, just and sustainable livable world.

Untangling the delusion

  • The notion of reality and the way we grasp reality as humans is so deeply subjective, but it’s also socially constructed, and so, as a filmmaker – and this is relevant because I’m also a Zen Buddhist – from both those perspectives, I try to explore what we perceive as reality to untangle and figure out in what ways are we being diluted? And in what ways do we have clear vision? And obviously the clearer vision we can have, the better actions we take to ensure a more compassionate, just and sustainable livable world. I’m all for untangling the delusion while admitting wholeheartedly that to untangle it fully is impossible.

We’re headed for some catastrophe

  • In terms of why people are so often unable to accept the reality of climate change, I think it’s very understandable, because the scale and the violence of it is just so vast, it’s difficult to comprehend. It’s also so depressing and enraging if one knows the politics behind it and overwhelming. I don’t think we, as a species, deal with things that have those qualities very well and we tend to look away. I have a lot of compassion, including for myself, in terms of how difficult it is to come to terms with the climate catastrophe. It is the end of the world as we know it. We don’t know what exactly the new world is going to look like, but we do know we’re headed for some catastrophe. 

e46 badham : creating artistic space to think, my conversation with Dr Marnie Badham about art and social justice practice Australia and Canada, research on community-engaged arts, cultural measurement, education and how the arts create space for people to think through issues such as the climate emergency.

There’s a lot that the arts can do

  • I think going forward, there’s a lot that the arts can do. Philosophically art is one of the only places that we can still ask these questions, play out politics and negotiate ideas. Further, art isn’t about communicating climate disaster, art is about creating space for people to think through some of these issues.

e47 keeptwo : reconciliation to heal the earth, my conversation with Indigenous writer, editor, teacher and journalist Suzanne Keeptwo about Indigenous rights and land acknowledgements, arts education, cultural awareness and the role of art in the climate emergency.

Original Agreement

  • In the work that I do and the book that I’ve just had published called, We All Go Back to the Land, it’s really an exploration of that Original Agreement and what it means today. So I want to remind Indigenous readers of our Original Agreement to nurture and protect and honor and respect the Earth Mother and all of the gifts that she has for us and then to introduce that Original Agreement to non-indigenous Canadians or others of the world that so that we can together, as a human species, work toward what I call the ultimate act of reconciliation to help heal the earth.

é48 danis : l’art durable (in French), my conversation with author and multidisciplinary artist Daniel Danis on sustainable art, consciousness, dreams, storytelling, territory, nature, disaster and the role of art in the ecological transition

Images of our shared ecology are born

  • It’s like saying that we make art, but it’s an art that, all of a sudden, just like that, is offered. We don’t try to show it, rather, we try to experience something and to make people experience things and therefore, without being in the zone of cultural mediation, but to be in a zone of experiences, of exchanges and therefore that I don’t control. For example, in the theatre, a bubble in which I force the spectator to look and to focus only on what I am telling them, how can we tell ourselves about the planet? How can we tell ourselves about our terrestrial experiences, where we share a place between branches, clay, repair bandages and traces of the earth on a canvas or ourselves lying on the earth? No matter, all the elements that one could bring as possible traces of a shareable experience are present, and from there, all of a sudden, images of our shared ecology are born.

Art must emit waves

  • For me, a manifestation of art must emit waves and it is not seen, it is felt and therefore it requires the being – those who participate with me in my projects or myself on the space that I will manifest these objects there – to be in a porosity of my body that allows that there are waves that occur and necessarily, these waves the, mixed with the earth and that a whole set, we are in cooperation. It is sure that it has an invisible effect which is the wave, and which is the wave of sharing, of sharing, not even of knowledge, it is just the sharing of our existence on earth and how to be co-operators?

e49 windatt : holistic messages, my conversation with Indigenous artist Clayton Windatt of about visual arts, Indigenous sovereignty, decolonization, the arts and social change, communications, artists rights, the climate emergency and hope.

Make a change

  • What if you tasked the arts sector with how to make messages, not about the crisis, but on the shifts in behavior that are necessary on a more meaningful basis. When the pandemic began and certain products weren’t on the shelves at grocery stores, but there was still lots of stuff. There were shortages, but there wasn’t that much shortage. How much would my life really change if half the products in the store were just not here, right and half of them didn’t come from all over in the world? Like they were just: whatever made sense to have it available here and just having less choice. How terrible would that be: kind of not. How can we change behavior on a more holistic level, and have it stick, because that’s what we need to do right now, and I think the arts would be a great vehicle to see those messages hit everybody and make a change.

e50 newton : imagining the future we want, my conversation with climate activist Teika Newton about climate justice, hope, science, nature, resilience, inter-connections and the role of the arts in the climate emergency.

There are no limits

  • There are so many amazing people across this country who are helping to make change and are holding such a powerful vision for what the future can be. We get trapped in thinking about the paradigm limit in which we currently live, we put bounds on what feels like reality and what feels possible. There are no limits, and the arts helps us to push against that limited set of beliefs and helps us to remember that the way that we know things to be right now is not fixed. We can imagine anything. We can imagine the future we want.

We need to love the things around us

  • I see that there are a lot of ways in which people in my community use the landscape in a disrespectful way. Not considering that that’s someone’s home and that a wild place is not just a recreational playground for humans. It’s not necessarily a source of wealth generation. It’s actually a living, breathing entity and a home to other things and a home to us as well. I find that all really troubling that there is that disconnection and it sometimes does make me despair about the future course that we’re on. You know, if we can’t take care of the place that sustains us, if we can’t live with respect for not just our human neighbours, but our wilderness neighbors, I don’t know how well we’re going to fare in the future. We need to love the things around us in order to care for them.

Feel connected to others

  • Having the ability to come together as a community and participate in the collective act of creating and expressing through various media, whether that’s song, the written word, poetry, painting, mosaic or mural making, so many different ways of expressing, I think are really, really valuable for keeping people whole grounded, mentally healthy and to feel connected to others. It’s the interconnection among people that will help us to survive in a time of crisis. The deeper and more complex the web of connections, the better your chances of resilience.

e51 hiser : the emotional wheel of climate, my conversation with educator Dr. Krista Hiser on research about climate education, post-apocalyptic and cli-fi literature, musical anthems, ungrading, art as an open space and the emotional wheel of the climate emergency.

Help them see that reality

  • What motivates me is talking to students in a way that they’re not going to come back to me in 10 years with this look on their face, you know, Dr. Hiser, why didn’t you tell me this? Why didn’t you tell me? I want to be sure that they’re going to leave the interaction that we get to have that they’re going to leave with at least an idea that someone tried to help them see that reality.

The last open space

  • The art space is maybe the last open space where that boxiness and that rigidity isn’t as present.

Knowledge intermediaries

  • The shift is that faculty are really no longer just experts. They are knowledge brokers or knowledge intermediaries. There’s so much information out there. It’s so overwhelming. There are so many different realities that faculty need to interact with this information and create experiences that translate information for students so that students can manage their own information.

Not getting stuck in the grief

  • There’s a whole range of emotions around climate emergency, and not getting stuck in the grief. Not getting stuck in anger. A lot of what we see of youth activists and in youth activism is that they get kind of burned out in anger and it’s not a sustainable emotion. But none of them are emotions that you want to get stuck in. When you get stuck in climate grief, it is hard to get unstuck, so moving through all the different emotions — including anger and including hope — and that idea of an anthem and working together, those are all part of the emotion wheel that exists around climate change.

e52 mahtani : listening and connecting, my conversation with composer Dr. Annie Mahtani about music, sound art, the climate emergency, listening, nature, uncertainty, festivals, gender parity and World Listening Day

That doesn’t mean we should give up

  • If we can find ways to encourage people to listen, that can help them to build a connection, even if it’s to a small plot of land near them. By helping them to have a new relationship with that, which will then expand and help hopefully savour a deeper and more meaningful relationship with our natural world, and small steps like that, even if it’s only a couple of people at a time, that could spread. I think that nobody, no one person, is going to be able to change the world, but that doesn’t mean we should give up. 

Exploration of our soundscapes

  • For the (BEAST) festival we wanted to look at what COVID has done to alter and adjust people’s practice, the way that composers and practitioners have responded to the pandemic musically or through listening and also addressing the wider issues: what does it mean going forwards after this year, the year of uncertainty, the year of opportunity for many? What does it mean going forward to our soundscape, to our environmental practice and listening? We presented that goal for words, as a series of questions, you know, not expecting necessarily any answers, but a way in a way to address it and a way to explore and that’s what the, the weekend of concerts and talks and workshops was this kind of exploration of our soundscapes, thinking about change and thinking about our future.

e53 kalmanovitch : nurturing imagination, my conversation with musician Dr. Tanya Kalmanovitch about music, ethnomusicology, alberta tar sands, arts education, climate emergency, arts policy and how artistic practice can nurture imagination

The content inside a silence

  • One of the larger crises we face right now is actually a crisis of failure of imagination and one of the biggest things we can do in artistic practice is to nurture imagination. It is what we do. It’s our job. We know how to do that. We know how to trade in uncertainty and complexity. We understand the content inside a silence, it’s unlocking and speaking to ways of knowing and being and doing that when you start to try to talk about them in words, it is really challenging because it ends up sounding like bumper stickers, like ‘Music Builds Bridges’. I have a big problem with universalizing discourses in the arts, as concealing structures of imperialism and colonialism.

Grief

  • Normal life in North America does not leave us room for grief. We do not know how to handle grief. We don’t know what to do with it. We push it away. We channel it, we contain it, we compartmentalize it. We ignore it. We believe that it’s something that has an end, that it’s linear or there are stages. We believe it’s something we can get through. Whereas I’ve come to think a lot about the idea of living with lossliving with indeterminacy, living with uncertainty, as a way of awakening to the radical sort of care and love for ourselves, for our fellow living creatures for the life on the planet. I think about how to transform a performance space or a classroom or any other environment into a community of care. How can I create the conditions by which people can bear to be present to what they have lost, to name and to know what we have lost and from there to grieve, to heal and to act in the fullest awareness of loss? Seeing love and loss as intimately intertwined.

Storytelling

  • My idea is that there’s a performance, which is sort of my offering, but then there’s also a series of participatory workshops where community members can sound their own stories about where we’ve come from, how they’re living today and the future in which they wish to live, what their needs are, what their griefs are. So here, I’m thinking about using oral history and storytelling as a practice that promotes ways of knowingdoing and healing … with storytelling as a sort of a participatory and circulatory mechanism that promotes healing. I have so much to learn from indigenous storytelling practices. 

Nature as music

  • We are all every one of us musicians. When you choose what song you wake up to on your alarm or use music to set a mood. You sing a catchy phrase to yourself or you sing a child asleepyou’re making musical acts. Then extend that a little bit beyond that anthropocentric lens and hear a bird as a musician, a creek as a musician and that puts us into that intimate relationship with the environment again.

Alberta

  • I guess this is plea for people to not think about oil sands issues as being Alberta issues, but as those being everyone everywhere issues, and not just because of the ecological ethical consequences of the contamination of the aquiferwhat might happen if 1.4 trillion liters of toxic process water, if the ponds holding those rupture, what might happen nextThat story will still be there, that land and the people, the animals and the plants, all those relationships will still be imperiled, right? So to remember, first of all, that it’s not just an Alberta thing and that the story doesn’t end just because Teck pulled it’s Frontier mining proposal in February, 2020. The story always goes on. I want to honor the particular and the power of place and at the same time I want to uplift the idea that we all belong to that place.

e54 garrett : empowering artists, my conversation with theatre artist Ian Garrett about ethics, theatre, education, role of art in Climate Emergency, Sustainability in Digital Transformation & carbon footprint of Cultural Heritage sector. 

Complete guarantee of extinction

  • I don’t want to confuse the end of an ecologically unsustainable, untenable way of civilization working in this moment with a complete guarantee of extinction. There is a future. It may look very different and sometimes I think the inability to see exactly what that future is – and our plan for it – can be confused for there not being one. I’m sort of okay with that uncertainty, and in the meantime, all one can really do is the work to try and make whatever it ends up being more positive. There’s a sense of biophilia about it.

A pile of burning tires

  • The extreme thought experiment that I like to use in a performance context is: if you had a play in which the audience left with their minds changed about all of their activities, you could say that that is positive. But, if the set that it took place on was a pile of burning tires – which is an objectively bad thing to do for the environment – there is a conversation by framing it as an arts practice as to is there value in having that impact, because of the greater impact. And those sorts of complexities have sort of defined the fusion and different approaches in which to take; it’s not just around metrics.

Individual values towards sustainability

  • The intent of it [the Julie’s Bicycle Creative Green Tools] is not like LEED in which you are getting certified because you have come up with a precise carbon footprint. It’s a tool for, essentially, decision-making in that artistic context, that if you know this information, then you have a better way to consider critically the way that you are making and what you’re making and how you are representing your values and those aspects, regardless of whether or not it is explicitly part of the work. And so there’s lots of tools in which I’ve had the opportunity to have a relationship with which that are really about empowering artists, arts makers, arts collectives to be able to make those decisions so that their individual values towards sustainability – regardless of what they’re actually making – can also be represented and that they can make choices that best represent those regardless of whether or not they’re explicitly creating something for ‘earth day’.

The separation of the artist from the person

  • The separation of the artist from the person and articulating as a profession is a unique thing, whereas an alternative to that could just be that we are expressive and artistic beings that seeks to create and have different talents but turning that into a profession is something that we’ve done to ourselves and so while we do that, we exist within systems, our cultural organizations exist within systems, that have impacts much farther outside of it so that a systems analysis approach is really important.

é55 trépanier : un petit instant dans un espace beaucoup plus vaste (in French), my  conversation with indigenous artist France Trépanier about colonialism, indigenous cultures, ecological transition, time, art, listening, dreams, imagination and this brief moment…

The responsibility to maintain harmonious relationships

  • I think that with this cycle of colonialism, and what it has brought, that we are coming to the end of this century, and with hindsight, we will realize that it was a very small moment in a much larger space, and that we are returning to very deep knowledge. What does it mean to live here on this planet? What does it mean to have the possibility, but also the responsibility to maintain harmonious relationships? I say that the solution to the climate crisis is ‘cardiac’. It will go through the heart. We are talking about love of the planet. That’s the work.

Terra nullius

  • For me, the challenge of the ecological issue or the ecological crisis in which we find ourselves is to understand the source of the problem and not just to put a band-aid on it, not just to try to make small adjustments to our ways of living, but to really look at the very nature of the problem. For me, I think that something happened at the moment of contact, at the moment when the Europeans arrived. They arrived with this notion of property. They talked about Terra Nullius, the idea that they could appropriate territories that were ‘uninhabited’ (I put quotation marks on uninhabited) and I think that was our first collision of worldviews.

Eurocentric vision of artistic practices

  • If we take a longer-term view of how the eurocentric view of artistic practices have imposed itself on the material practices of world cultures, this is going to be a very small moment in history. The idea of disciplines, the way in which the Eurocentric vision imposed categories and imposed a certain elitism of practices. The way it also declassified the material culture of the First Nations, or it was not possible, it was not art. Art objects became either artifacts or crafts. It was completely declassified, we didn’t understand. I think the first people who came here didn’t understand what was in front of them.

The real tragedy

  • The artist Mike MacDonald was telling a story, Mike, who is a Mi’kmaq artist, who is with us now, but who has done remarkable work, a new media artist, he was telling a story once about one of the elders in his community, he was saying that the real tragedy of Canada, it’s not that people have been prevented from speaking their language. The real tragedy is that the newcomers have not adopted the cultures here. So ‘there have been great misunderstandings. 

Rewriting the world

  • I don’t think we need to rewrite anything at all. I think we just need to pay attention and listen. We just need to shut up a little bit for a while. Because it’s in the notion of authoring there is the word ‘author’ which presupposes the word authority and I’m not sure that’s what we need right now. I think it’s the opposite. I think we need to change our relationship to authority. We need to deconstruct that idea when we’re being the decision makers or the masters of anything. I don’t think that’s the right approach. I think you have to listen. I’m not saying that we shouldn’t imagine – I think that imagination is important in this attentive listening – but to think that we are going to rewrite is perhaps a little pretentious.

é56 garoufalis-auger : surmonter les injustices (in French), my conversation with activist Anthony Garoufalis-Auger about sacrifice, injustices, strategies, activism, youth, art, culture, climate emergency and disaster 

Sacrifice

  • It’s going to take sacrifice and it’s going to take a huge commitment to change things, so maybe getting out of our comfort zone will be necessary at this point in history. What’s interesting is looking at the past and the history of humanity. It has taken a lot of effort to change things, but at least we have examples in history where we have come together to overcome injustices. We need to be inspired by this.

We are really heading for disaster

  • The people around me, the vast majority, understand where we are with climate change. There is a complete disconnect with the reality that we see in our mass culture and in the news which is not a constructed reality. What science tells us is reality. We are really heading for disaster. 

é57 roy : ouvrir des consciences (in French), my conversation with artist Annie Roy on socially engaged art, grief, cultural politics, nature, how to open our consciousness, the digital and the place of art in our lives

The contribution of art

  • Is being creative also about getting away from the world, pure to the source as it is, rather than just accepting that we’re small and we should go back to the basics? I don’t know if art brings us back to the essential versus brings us back to drifting completely. Maybe creativity or creation takes us so far away that we imagine ourselves living on Mars in a kind of platform that doesn’t look like anything, or we won’t need the birds, then the storms, then the this and that. We will have recreated a universe from scratch where it is good to live. That could be the contribution of art. I don’t like this art too much.

Opening consciousness 

  • If we are in reality and then we say to ourselves in the current world, it is necessary that it insufflate desire and power towards a better future. But it is not the artist who is going to decide and then that disturbs me. It bothers me to have a weight on my shoulders, to change the world while not having the power to do it, real. The power I have is to open consciousness, to see dreams in the minds of others and to instill seeds of possibility for a future.

On the back of art

  • The artist is a being who lives in his contemporaneity, who absorbs the ‘poop’ in everything that happens and tries to transform it into something beautiful, then powerful for a springboard to go towards better. But we could leave it at that, in the sense that people, how do they use art in their lives? The artist may have all his wills, but what is the place of the art that we make in our lives? Because they are between four walls, in a museum or in very specific places. It’s not always integrated into the flow of the day as something supernatural. It’s a framed moment that we give away like we consume anything else. Then, if you consume art like anything else, like you go to the spa or you go shopping and then you buy a new pair of pants and then it feels good to have gone to a play. Wasn’t that good? Yeah, it’s cool but it’s not going to go any further than anything other than a nice thrill that’s going to last two or three hours and then you’re going to get in your Hummer and go home all the same. I think that’s putting a lot on the back of art.

e58 huddart : the arts show us what is possible, my conversation with Stephen Huddart about dematerialization, nature, culture, capital, supporting grassroots activity, innovation and how the arts can show us what is possible.

Existential crisis

  • This is now an existential crisis, and we have in a way, a conceptual crisis, but just understanding we are and what this is, this moment, all of history is behind us: every book you’ve ever read, every battle, every empire, all of that is just there, right, just right behind us. And now we, we are in this position of emerging awareness that in order to have this civilization, in some form, continue we have to move quickly, and the arts can help us do that by giving us a shared sense of this moment and its gravity, but also what’s possible and how quickly that tipping point could be reached.

Dematerialization

  • I think we have to more broadly, dematerialize and move from a more material culture to some more spiritual culture, a culture that is able to enjoy being here, that experiences an evolutionary shift towards connection with nature, with all of that it entails with the human beings and the enjoyment and celebration of culture and so I think those two perspectives that the arts have an essential and so important and yet difficult challenge before them.

Gabrielle Roy

  • Let’s just say that on the previous $20 bill, there’s a quote from Gabrielle Roy. It’s in micro-type, but it basically says : ‘how could we have the slightest chance of knowing each other without the arts’. That struck me when I read that and thought about the distances, that have grown up between us, the polarization, the prejudices, all of those things, and how the arts create this bridge between peoples, between lonely people, between dreamers and all people and that the arts have that ability to link us together in a very personal and profound and important ways. 

Capital 

  • A lot of my time is really now on how do we influence capital flows? How do we integrate the granting economy with all that it has and all of its limits with the rest of the economy: pension funds, institutional investors of various kinds, family offices and so on, because we need all of these resources to be lining up and integrated in a way that can enable grassroots activity to be seen, supported, nurtured, linked to the broader systems change that we urgently need, and that takes the big capital moving so that’s a space that I’m currently exploring and I’m looking for ways to have that conversation.

e59 pearl : positive tipping points, my conversation with arts organiser Judi Pearl about theatre, climate emergency, collaboration, arts leadership, intersection of arts and sustainability and the newly formed Sectoral Climate Arts Leadership for the Emergency (SCALE)

That gathering place

  • It’s (SCALE, the Sectoral Climate Arts Leadership for the Emergency) a national round table for the arts and culture sector to mobilize around the climate emergency. A few months ago, you and I, and a few others were all having the same realization that while there was a lot of important work and projects happening at the intersection of arts and sustainability in Canada, there lacked some kind of structure to bring this work together, to align activities, to develop a national strategy, and to deeply, deeply question the role of arts and culture in the climate emergency and activate the leadership of the sector in terms of the mobilization that needs to happen in wider society. SCALE is really trying to become that gathering place that will engender that high level collaboration, which hopefully will create those positive tipping points.

é60 boutet : a la recherche d’un esprit collectif (in French), my conversation with arts practice researcher Dr. Danielle Boutet on ecological consciousness, reality, activism, grief, art as a way of life, innovation and spirituality

Unconscious

  • Collectively, we are unconscious. We try to talk about ecological consciousness. If there is a collective psyche, which I believe there is, I do think there is a kind of collective mind, but it is a mind that is unconscious, that is not capable of seeing itself, of reflecting and therefore not capable of meditating, not capable of transforming itself, and therefore subject to its fears and its impulses. I am quite pessimistic about this, in the sense that ecological grief, all grief and all fear is repressed at the moment. There are activists shouting in the wilderness, screaming, and people are listening, but in a fog. It is not enough to bring about collective action. Therefore, our grieving is far from being done, collectively.

Changing our relationship to nature 

  • We need to change our relationship to nature, our way of relating to others, and it’s not the generalizing science that’s going to tell us, it’s this kind of science of the singular and the experience of each person. For me, it is really a great field of innovation, of research and I see that the artists go in this direction. You know, you and I have been watching the changes in the art world since the 1990s. I see it through the artists who talk about it more and more and integrate their reflection in their approach. 

How art can help humans evolve

  • I hear a lot of people calling for artists to intervene and of artists also saying that something must be done, etc. I think that art is not a good vehicle for activism. I’m really sorry for all the people who are interested in this. I don’t want to shock anyone, but sometimes it can risk falling into propaganda or ideology or a kind of facility that I am sorry about, in the sense that I think art can do so much more than that and go so much deeper than that. Art can help humans to evolve. It is at this level that I think that we can really have an action, but I think that we have always had this action, and it is a question of doing it again and again and again.

e61sokoloski: from research to action, my conversation with arts leader Robin Sokoloski about cultural research, arts policy, climate emergency, community-engaged arts, creative solution making and how to create equitable and inclusive organizational structures

Connections to truly impact policy

  • I think that there needs to be greater capacity within the art sector for research to action. When I say that the art sector itself needs to be driving policy. We need to have the tools, the understanding, the training, the connections to truly impact policy and one thing that Mass Culture is really focused on at the moment is how do we first engage the sector in what are the research priorities and what needs to be investigated together and what that process looks like, but then how do you then take that research create it so that it drives change.

Creative Solution Making

  • I’m very curious to see what the arts can do to convene us as a society around particular areas of challenges and interests that we’re all feeling and needing to face. I think it’s about bringing the art into a frame where we could potentially provide a greater sense of creative solution making instead of how we are sometimes viewed, which is art on walls or on stages. I think there’s much more potential than that to engage the arts in society.

Organizational Structures

  • We do have the power as human beings to change human systems and so I think I’m very curious of working with people who are like-minded and who want to operate differently. I often use the organizational structure as an example of that because it is, as we all know is not a perfect model. We complain about it often and yet we always default to it. How can we come together, organize and, and bring ideas to life in different ways by changing that current system, make it more equitable, make it more inclusive, find ways of bringing people in and not necessarily having them commit, but have them come touch and go when they need to and I feel as though there’ll be a more range of ideas brought to the table and just a more enriching experience and being able to bring solutions into reality by thinking of how our structures are set up and how we could do those things differently.

*

Une compilation d'extraits de mes 41 conversations (31 en anglais, 10 en français) lors de la saison 2 du balado conscient. 

e21 dufresne : capitalism is over, ma conversation avec le philosophe Dr. Todd Dufresne sur la réalité, le deuil, l’art et la crise climatique.

Le capitalisme est terminé

  • Je pense que le capitalisme est terminé, mais le problème est que nous n’avons rien pour le remplacer. C’est là que nous avons besoin des artistes, et d’autres personnes, pour nous dire quelle vision ils ont d’un avenir différent de celui-là : un avenir fait de jeux et de travail utile serait un avenir qui, à mon avis, n’est pas seulement utopique, mais très possible. Il y a donc un avenir possible qui pourrait être bien meilleur que ce qu’il est aujourd’hui, mais nous n’y parviendrons pas sans une démocratie de la souffrance telle que nous la vivons actuellement et le fera au moins pendant les 20, 30, 40 prochaines années, jusqu’à ce que nous trouvions une solution, et nous devons la trouver rapidement.

e22 westerkamp : slowing down through listening, ma conversation avec la compositrice et auditrice Hildegard Westerkamp sur les liens entre l’écologie sonore et la crise climatique. 

Un peu d’espoir

  • Nous devons permettre au temps de s’écouler sans action, sans solution et le vivre simplement. Je pense que le ralentissement est une nécessité absolue – s’il nous avons une chance de survivre – cette sorte de ralentissement par l’écoute et la méditation et par le fait de ne pas en faire autant. Je pense qu’il y a un peu d’espoir là-dedans.

e23 appadurai: what does a just transition look like?, ma conversation « promenade sonore » avec l’activiste climatique Anjali Appadurai sur la transition juste et le rôle des arts dans l’urgence climatique.

Les symptômes d’une maladie plus profonde

  • La crise climatique et la crise écologique au sens large sont les symptômes d’une maladie plus profonde, à savoir cette rupture avec la nature, cette graine de la domination, de l’accumulation, de la cupidité et de l’envie de dominer les autres par le biais du colonialisme, de l’esclavage, de l’altérité – la racine est en fait l’altérité – et c’est quelque chose que les artistes peuvent toucher. C’est cela qu’il faut guérir, et lorsque nous aurons guéri cela, à quoi ressemblera le monde de l’autre côté d’une transition juste ? Je ne veux vraiment pas croire que cela ressemble exactement à cela, mais avec du solaire. La première langue que la colonisation a cherché à supprimer était celle des peuples autochtones, et c’est là que se trouvent beaucoup de réponses.

e24 weaving : the good, possible and beautiful, ma conversation avec l’artiste jil p. weaving sur les arts engagés dans la communauté, l’art public, l’importance du local, etc.

Rôles que les artistes peuvent jouer

  • Reconnaître, et trouver des moyens d’aider les gens, à prendre conscience de tout ce qui est bon, possible et beau, et où cela peut mener, est l’un des rôles que les artistes peuvent spécifiquement jouer. 

e25 shaw : a sense of purpose, ma conversation avec l’activiste climatique australien Michael Shaw sur les structures de soutien pour le deuil écologique et le rôle de l’art.

L’appel qui est en eux

  • C’est une vraie bénédiction de ressentir un sens du but en ces temps. C’est une vraie bénédiction d’être capable de prendre les sentiments de peur et de chagrin et de les canaliser quelque part dans la gestion d’un groupe ou dans la réalisation d’un film ou de podcasts. Je pense qu’il est important que les gens se branchent pour découvrir ce qu’il leur est donné de faire en ce moment, qu’ils écoutent vraiment l’appel qui est en eux et qu’ils le suivent. Je pense qu’il y a quelque chose de très générateur et de très positif dans le fait de ressentir un but dans une période d’effondrement.

e26 klein : rallying through art, ma conversation avec le militant de l’urgence climatique Seth Klein à propos de son livre A Good War : Mobilizing Canada for the Climate Emergency, de la structure nouvellement crée Climate Emergency Unit et du défi qu’il lance aux artistes pour nous rallier à cette cause.

Le défi que je lance aux artistes 

  • Voici le défi que je lance aux artistes aujourd’hui. Nous commençons à voir des artistes dans de nombreux domaines artistiques produire de l’art sur le climat et l’urgence climatique, ce qui est important et bon à voir. Par contre, ce qui me capté mon attention, c’est que la plupart de ces œuvres sont dystopiques, elles évoquent l’horreur du monde si nous ne parvenons pas à nous relever. Dans une certaine mesure, cela a du sens car cela est effectivement effrayant et horrible, mais ce qui m’a intrigué dans ce que les artistes produisaient pendant la guerre, c’est que dans l’ensemble, ce n’était pas dystopique, même si la guerre était horrible. Leurs efforts nous ralliaient : le ton nous ralliait. En faisant mes recherches, je me suis surpris à écouter ces musiques et à penser que la Seconde Guerre mondiale avait une bande-son populaire, que la guerre contre le Viêt Nam avait une bande-son populaire. Quand j’étais enfant, dans le mouvement pour la paix et le désarmement, il y avait une bande-son populaire. Ceci n’a pas encore de bande son populaire.

é27 prévost : l’énergie créatrice consciente, ma conversation avec l’artiste sonore, musicienne et réalisatrice radio Hélène Prévost sur l’état du monde et le rôle des artistes face à la crise écologique.

Moins l’art est libre, moins il dérange

  • C’est dans les temps de crise que les solutions émergent et ça serait mon argument. C’est dans cette solution de crises que oui, il y a un discours qui va émerger et des actions qui vont émerger, mais on ne peut pas les entrevoir. Peut-être qu’on peut les commander, comme tu dis : Peux-tu me faire un documentaire là-dessus ou Peux-tu me faire une performance qui va illustrer tel aspect? Mais le resteje pense qu’il faut laisser l’énergie créatrice libre mais pas inconsciente et c’est là où l’éducation, les mouvements sociaux et l’éducation… l’éducation oui, peut-être par l’action, tu vois je vais me contredire, et par l’art, mais pas l’art qui est servile, mais un art qui est libre. J’ai envie de citer Josée Blanchette dans Le Devoir qui, il une semaine, disait ‘moins l’art est libre, moins il dérange.

é28 ung : résilience et vulnérabilité, ma conversation avec le pedagogue et philosophe Jimmy Ung sur la notion du privilège, la résilience, le rôle des arts dans la facilitation du dialogue et de l’apprentissage interculturels, l’éducation, la justice sociale, etc. 

Pratiquer la résilience

  • La résilience, au fond, c’est d’avoir la capacité à être vulnérable et je crois que souvent, la résilience est vue comme la capacité de ne pas être vulnérable, et pour moi, le contraire, c’est plutôt que la résilience est la capacité d’être vulnérable et de croire avec espoir. Peut-être qu’on a la capacité de rebondir, de revenir, de remonter, de renaître. Je crois que c’est une manière de pratiquer la résilience, qui est de plus en plus nécessaire. Parce que si on veut avancer, si on veut apprendre et apprendre à désapprendre et il va falloir être vulnérable et donc de voir la résilience comme étant la capacité d’être vulnérable.

e29 loy, : the bodhisattva path, ma conversation avec le professeur, écrivain et enseignant de zen David Loy sur la voie du bodhisattva, le rôle du conte, la non-dualité, l’interdépendance et la notion d’ »espoir » dans un cadre bouddhiste.

La crise écologique comme une sorte de karma

  • Certains diront que nous sommes confrontés à une crise climatique et que nous devons passer le plus rapidement possible des combustibles fossiles aux sources d’énergie renouvelables, ce qui est juste. Mais l’idée qu’en faisant cela, nous pouvons simplement continuer comme nous l’avons fait jusqu’à présent est un malentendu. Nous sommes confrontés à une crise bien plus grave, et ce qui en ressort fondamentalement, c’est ce sentiment de séparation d’avec la terre, le sentiment que notre bien-être est séparé du bien-être de la terre et que nous pouvons donc l’exploiter et l’utiliser comme bon nous semble. Je pense que nous pouvons comprendre la crise écologique comme une sorte de karma construit dans cette façon de se rapporter à la terre et de l’exploiter. L’autre chose vraiment importante, dont je finis par parler plus souvent, c’est que je pense que le bouddhisme a cette idée de la voie du bodhisattva, l’idée que nous ne voulons pas simplement nous éveiller pour notre propre bénéfice, mais bien plus que nous voulons nous éveiller afin de rendre service à tout le monde. 

e30 maggs : art and the world after this, ma conversation avec le théoricien culturel David Maggs sur les liens entre la capacité artistique et les questions de durabilité, la « réalité », la façon dont le secteur artistique peut repenser sa proposition de valeur unique, la perturbation, le savoir autochtone, le redressement du secteur artistique après la crise COVID, etc. 

Enchevêtrements de relations

  • La complexité est le monde construit de relations et c’est une chose très différente de s’engager dans ce qui est vrai ou réel dans un cadre de complexité que de s’y engager, dans ce qui est une ambition occidentale moderniste, de l’époque des Lumières (enlightenment), d’identifier les propriétés objectives absolues qui sont intrinsèques à toute chose donnée. Tout le monde est aux prises avec le fait que le monde s’expose tellement dans ces enchevêtrements de relations. Les arts sont complètement à l’aise dans ce monde. Et donc, nous avons été en quelque sorte sous la coupe de l’ancien monde. Nous avons toujours été une sorte de citoyen de seconde classe dans une société rationaliste de l’époque des Lumières. Mais une fois que nous sortons de ce monde et que nous entrons dans un cadre de complexité, les arts sont tout à fait à leur place et nous avons une capacité dans ce monde que beaucoup d’autres secteurs n’ont pas. Ce que j’ai essayé de faire avec ce rapport (Art and the World After This), c’est d’articuler la manière dont ces différentes perturbations nous placent dans une réalité très différente, une réalité dans laquelle nous passons d’une sorte de classe secondaire de divertissement à, peut-être, une capacité à prendre notre place au cœur de la résolution d’un grand nombre de problèmes vraiment critiques.

e31 morrow : artists as reporters, ma conversation avec le musicien Charlie Morrow sur les origines du balado conscient, la musique, l’écologie sonore, l’art et le climat, la santé, l’espoir, les artistes en tant que journalistes, etc. 

En lien avec ce qui se passe

  • Je pense que les artistes sont pour la plupart en lien avec ce qui se passe dans le monde. Nous sommes tous des reporters, des journalistes en quelque sorte, qui traduisent notre message dans notre art, car l’art est, selon moi, une lecture, une lecture digérée ou brute de ce que nous vivons. Notre souhait d’être un artiste est en fait de pouvoir passer notre vie à faire ce processus.

é32 tsou : changer notre culture, ma conversation avec la musicienne et conseillère en diplomatie culturelle Shuni Tsou sur l’engagement des citoyens, l’action culturelle, la crise écologique, l’éducation artistique, la justice sociale, les changements systémiques, l’équité, etc.

L’engagement des citoyens

  • L’engagement des citoyens est ce qui est nécessaire pour le changement culturel autour des actions climatiques. C’est vraiment un changement culturel dans n’importe quel milieu. Quand on veut faire des grands changements systémiques, il faut changer la culture et les arts et la culture sont des bons outils pour changer la culture.

e33 toscano : what we’re fighting for, ma conversation avec le producteur de balado et artiste Peterson Toscano sur le rôle des arts dans la crise climatique, des questions LGBTQ+, de la religion, des merveilles du podcasting, des impacts, de la narration, de la performance, etc.

L’énergie dans une histoire

  • Ce sont les artistes qui peuvent non seulement élaborer une bonne histoire, mais aussi raconter l’histoire la plus difficile à raconter, à savoir l’histoire des impacts des solutions climatiques. Il n’est donc pas très difficile de parler des impacts du changement climatique, et je vois des gens qui, lorsqu’ils prennent la parole, dressent la liste de toutes les horreurs qui nous attendent, sans s’en rendre compte, mais ils ferment en fait l’esprit des gens, ils les rejettent parce qu’ils sont dépassés. Et ce n’est pas que nous ne devrions pas parler des impacts, mais il est tellement utile de parler d’un seul impact, peut-être de la façon dont il affecte les gens localement, mais ensuite de parler de la façon dont le monde sera différent lorsque nous mettrons en œuvre ces changements. Et comment raconter une histoire qui va dans ce sens ? Parce que cela suscite l’engagement et l’enthousiasme des gens, car vous racontez alors cette histoire sur ce pour quoi nous nous battons, et non sur ce contre quoi nous nous battons. Et c’est là que se trouve l’énergie dans une histoire.

é34 ramade : l’art qui nous emmène ailleurs, ma conversation avec l’historienne de l’art, critique, commissaire et experte en art et environnement Bénédicte Ramade sur l’urgence climatique, la nature, la musique, les arts visuels, l’art écologique, etc. 

On peut faire passer tellement de choses 

  • Je pense à des artistes-compositeurs qui écrivent des pièces à partir de relevés de températures qui sont convertis en notes de musique. C’est comme ça aussi que peut se transmettre la question du réchauffement climatique, à partir d’une pièce jouée traduisant musicalement un climat stable qui se transforme et vient incarner en musique un dérèglement climatique. C’est extraordinaire. Se ressent par la musique, un fait de composition, quelque chose très abstrait, avec beaucoup de chiffres, des courbes statistiques. On est quotidiennement abreuvé de chiffres et de courbes statistiques à propos du climat. « Elles ne nous font plus rien, littéralement ». Mais sur le plan sensible, avec la transposition en musique, si c’est joué, si c’est interprété ah tout d’un coup, ça nous emmène ailleurs. Et quand je parle de ces travaux-là, parfois des gens plus scientifiques ou des directeurs de musée accrochent tout de suite, en disant « c’est extraordinaire avec la musique, on peut faire passer tellement de choses ».

e35 salas : adapting to reality, ma conversation avec la conservatrice et productrice espagnole Carmen Salas sur la réalité, l’ecogrief, les artistes et la crise climatique, les stratégies artistiques, la conservation et son article Shifting Paradigms.

Les artistes ont besoin d’aide dans ce processus

  • Je constate que de plus en plus d’artistes cherchent à comprendre comment changer leur pratique et à mieux l’adapter aux circonstances actuelles. Je crois vraiment que les artistes ont besoin d’aide dans ce processus. Comme nous en avons tous besoin. Je ne suis pas un expert en environnement, ni un expert en climat. Je suis juste un être humain très sensible qui s’inquiète de ce que nous laissons aux générations futures. Je fais donc ce que je peux pour être plus éthique dans mon travail et je trouve de plus en plus d’artistes qui luttent également pour comprendre ce qu’ils peuvent faire. Je pense que lorsqu’il y a des conversations entre des commissaires ou producteurs comme moi et des gens comme vous, – penseurs et des bailleurs de fonds – pour se réunir et comprendre la situation actuelle, accepter la réalité, alors nous élaborons une stratégie sur la façon dont nous pouvons mettre les choses en place et comment nous pouvons fournir plus de financement pour différents types de projets.

e36 fanconi : towards carbon positive work, ma conversation avec l’artiste de théâtre et activiste art-climat Kendra Fanconi, directrice artistique de The Only Animal sur le rôle des arts dans l’urgence climatique, le travail positif sur le carbone, la collaboration et la mobilisation des artistes.

Restauration écologique

  • Ben Twist, de Creative Carbon Scotland, parle de la transformation d’une culture de consommation en une culture d’intendance. Nous sommes les créateurs de la culture, alors n’est-ce pas notre travail de créer une nouvelle culture, et il nous faudra tous, en tant qu’artistes, pour y parvenir ? … Il ne suffit pas de faire un travail neutre en carbone. Nous voulons faire un travail positif en termes de carbone. Nous voulons que nos œuvres d’art participent à la restauration écologique. Qu’est-ce que cela signifie ? J’ai beaucoup réfléchi à cette question. Quelle est la pratique théâtrale qui redonne réellement, qui rend quelque chose plus durable ? Qui soit positive en termes de carbone. Je suppose que c’est une conversation que j’espère avoir à l’avenir avec d’autres créateurs de théâtre qui ont cette vision.

é37 lebeau : l’art régénératif, ma conversation avec la cofondatrice et directrice exécutive de Écoscéno Anne-Catherine Lebeau sur la collaboration, l’économie circulaire, le rôle des arts dans la crise climatique, comment passer de ‘Take Make Waste’ à ‘Care Dare Share’ et créer de l’art régénératif.

Plus de collaboration

  • Pour moi, c’est sûr que ça passe par plus de collaboration. C’est ça qui est intéressant aussi. Vraiment passer du modèle ‘Take Make Waste’ à ‘Care Dare Share’. Pour moi, ça dit tellement de choses. Je pense qu’on doit considérer tout ce qu’on a dans le domaine artistique comme un bien commun dont on doit collectivement prendre soin. Souvent, au début, on parlait en termes de faire le moins de tort possible à l’environnement, ne pas nuire, c’est souvent comme ça que l’on présente le développement durable, puis en faisant des recherches, et en m’inspirant, entre autres, de ce qui se fait à la Fondation Ellen MacArthur  en Angleterre, en économie circulaire, je me suis rendu compte qu’eux demandent comment faire en sorte de nourrir une nouvelle réalité. Comment créer de l’art qui soit régénératif? Qui nourrisse quelque chose.

e38 zenith : arts as medicine to metabolize charge, ma conversation avec la praticienne somatique animiste, poète, philosophe, écologiste et clown Shante’ Sojourn Zenith sur la réalité, la somatique, le deuil écologique, les rituels, la nature, la performance et les imaginations écologiques.

Métaboliser les traumatismes

  • L’art est le médicament qui nous permet de métaboliser la charge. Il nous permet de métaboliser les traumatismes. Il prend l’intensité qui reste dans le système, et cela remonte jusqu’au rituel. L’art, pour moi, est une sorte d’affluent provenant du rituel qui est encore autorisé de manière consensuelle dans cette réalité lorsque la communication directe avec la nature par le biais du rituel a été réduite au silence. Donc on en revient à cette rivière plus large…

e39 engle : the integral role of the arts in societal change, ma conversation avec l’urbaniste Dr. Jayne Engle sur la planification urbaine participative, le design, la crise écologique, le civisme sacré, les artistes et la culture dans le changement sociétal et civilisationnel.

Perspectives d’artistes

  • Le rôle des artistes et de la culture est fondamental et tellement nécessaire, et nous en avons tellement besoin, et pas seulement en périphérie. Le rôle des arts et de la culture dans le changement sociétal et civilisationnel actuel doit être beaucoup plus intégré dans, oui, les œuvres d’art et l’imagination – nous aider à coproduire culturellement la façon dont nous vivrons et travaillerons ensemble dans le futur et cela signifie des œuvres d’art – mais aussi avec des perspectives d’artistes dans des institutions, des idées et des pensées beaucoup plus générales sur la façon dont le changement se produit.

e40 frasz : integrated awakeness in daily life, ma conversation avec Alexis Frasz, chercheur et penseur stratégique sur la crise écologique, l’action climatique créative, les arts communautaires, le #bouddhisme, le #leadership et les pratiques artistiques intersectorielles.

Un manque d’action

  • Il y a beaucoup de sensibilisation et d’intérêt pour le changement et pourtant le changement ne se produit toujours pas vraiment, du moins pas au rythme ou à l’échelle dont nous avons besoin. J’ai de plus en plus l’impression qu’il ne s’agit pas d’un manque de sensibilisation, ni d’un manque d’intérêt, ni même d’un manque de volonté, mais plutôt d’un manque d’action. J’ai beaucoup réfléchi au rôle des arts, de la culture et des pratiques créatives pour aider les gens à ne non seulement se contenter de s’éveiller à la nécessité du changement, mais à subir tout le processus de transformation à partir de ce moment d’éveil (dont toi et moi partageons le langage autour de la pratique bouddhiste). Il y a cette idée que l’on peut se réveiller en un instant, mais de savoir comment intégrer cette prise de conscience dans nos vies quotidiennes est en fait un processus. C’est un processus continu.

e41 rae : a preparedness mindset, ma conversation avec l’artiste-chercheur, animateur et éducateur Jen Rae sur l’art et la préparation à l’urgence, les arts communautaires, la réalité, le deuil écologique, les arts et l’urgence climatique en Australie.

Comment les artistes s’engagent

  • Ce qu’il y a de bien avec l’état d’esprit de préparation, c’est qu’on pense à l’avenir et que si l’un de ces scénarios se produit, on s’y est déjà préparé mentalement d’une certaine manière, ce qui fait qu’on n’a pas à subir le choc. En tant qu’artiste, je pense que c’est un endroit où il y a beaucoup de potentiel pour l’engagement, la communication et la participation du public. Quand on parle de réalités, accepter cette réalité peut nous pousser à faire d’autres choses. C’est formidable d’entendre que le Conseil des arts du Canada a changé sa façon d’aider les arts et de renforcer les capacités dans le domaine des arts dans le contexte de l’urgence climatique. Il sera intéressant de voir comment les artistes s’engagent.

e42 rosen : when he climate threat becomes real, ma conversation avec l’architecte Mark Rosen sur ce qui est suffisant, la construction écologique, comment changer l’industrie de la construction, les obstacles et les contraintes dans la recherche de solutions à la crise climatique et la dette écologique différée.

Capacité d’adaptation et de résilience

  • L’idée d’en avoir assez est très intéressante pour moi. L’idée que la planète n’a pas assez pour nous sur notre trajectoire actuelle est au cœur de cette question. La question de savoir si la planète en a assez pour tous ses habitants, si nous changeons notre façon de faire les choses, est intéressante. Pourrions-nous faire vivre sept, huit ou neuf milliards de personnes sur la planète si l’idée que chacun se fait de ce qui suffit était équilibrée par cette équation ? Je ne sais pas, mais je pense que c’est possible. Je pense que si nous n’avons rien montré d’autre en tant qu’espèce, en tant qu’humains, c’est notre capacité d’adaptation et de résilience et quand nous y sommes forcés, nous pouvons faire des choses et des changements étonnamment monumentaux quand la menace devient réelle pour nous.

Contraintes

  • L’une des choses que je trouve très intéressantes dans mon processus de conception en tant qu’architecte est que si vous me montrez deux sites de construction possibles, l’un est un champ vert grand ouvert, sans rien qui influence vraiment le site plat, facile à construire, et puis vous me montrez un deuxième site qui est une paroi rocheuse abrupte avec une servitude que vous ne pouvez pas construire à travers. Inévitablement, il semble que le site présentant le plus de contraintes aboutisse à une solution plus intéressante et l’idée que les contraintes peuvent en fait être bénéfiques au processus créatif est une idée que je pense que vous pouvez appliquer à des choses qui, à première vue, semblent être des obstacles plutôt que des contraintes. Le capitalisme, sans doute, est l’un de ceux-là, si nous disons que nous ne pouvons pas le faire parce que ça coûte trop cher, nous le traitons comme une barrière, au lieu de dire que la solution doit être abordable, alors il devient une contrainte et nous pouvons pousser contre les contraintes et ce faisant, nous pouvons trouver des solutions créatives et ainsi de suite, une façon d’aller de l’avant, c’est d’essayer d’identifier ces choses qui, selon nous, nous empêchent de faire ce que nous savons que nous devons faire et de les intégrer dans notre processus comme des contraintes, qui influencent ce que nous faisons plutôt que de nous empêcher d’aller là où nous devons aller.

e43 haley: climate as a cultural issue, ma conversation avec l’éco-artiste britannique David Haley sur l’art écologique, le changement climatique en tant que question culturelle, dire la vérité au pouvoir, la démocratie, la régénération, la moralité, la création d’espaces et l’écoute.

Poser des questions profondes et écouter

  • Le changement climatique est en fait une question culturelle, et non une question scientifique. La science a été extrêmement efficace pour identifier les symptômes et examiner la façon dont il se manifeste, mais elle n’a pas vraiment abordé les questions relatives aux causes. Elle a essayé d’utiliser ce que l’on pourrait appeler des approches ‘techno-solutions’, centrées sur les problèmes, plutôt que de poser des questions profondes et d’écouter.

S’attaquer réellement au pouvoir

  • Pour revenir à la réalité, l’un des problèmes que nous n’abordons pas est que nous adoptons une vision dystopique des activités individuelles qui crée de la culpabilité, des syndromes et des névroses, ce qui signifie bien sûr que les systèmes de pouvoir fonctionnent et, pour ce qui est de s’attaquer réellement au pouvoir – de dire la vérité au pouvoir – nous devons nommer les noms, nous devons nommer la Standard Oil, IG Farben qui s’appelle maintenant ESSO, Chevron, Mobil, DuPont, BP, Bayer, Monsanto BASF, Pfizer, etc. Ce sont ces gens qui contrôlent les gouvernements pour lesquels nous pensons voter et le simulacre de démocratie qui les suit. Tant que ces organisations n’auront pas abandonné leur pouvoir au profit d’une manière régénératrice de faire et de penser, nous sommes fichus, pour dire les choses crûment.

Systèmes entiers

  • Ce que j’ai appris à faire, et c’est ma pratique, c’est de me concentrer sur la création d’un espace. Cela m’est apparu clairement lorsque j’ai lu: Lila : An inquiry into morals de Robert Pirsig. Vers la fin du livre, il suggère que l’acte le plus moral de tous est de créer l’espace nécessaire à la vie pour aller de l’avant. C’est l’une de ces phrases qui m’ont semblé vraies, et j’y ai adhéré depuis lors, en cherchant à créer de l’espace, et non à le remplir. Quand je dis que je travaille avec l’écologie, j’essaie de travailler avec des systèmes entiers, des écosystèmes. Les choses au sein d’un écosystème sont les éléments avec lesquels j’essaie de travailler. J’essaie de ne rien introduire d’autre que ce qui est déjà là. En d’autres termes, faire de l’espace un habitat pour de nouvelles façons de penser, un habitat pour que la biodiversité s’enrichisse, un habitat pour d’autres façons d’aborder les choses. Il y a un vieil adage scientifique qui dit que la nature a horreur du vide, et ce vide est l’espace tel que je le vois.

e44 bilodeau : the arts are good at changing culture, ma conversation avec la dramaturge et militante pour le climat Chantal Bilodeau sur le théâtre, l’action culturelle pour le climat, le rôle de l’art dans l’urgence climatique et comment construire des publics et des réseaux.

Les voies que nous pourrions emprunter

  • Pour moi, les arts sont un moyen de semer une graine et le militantisme est le moyen le plus rapide d’aller de A à B. Le militantisme, c’est comme : voilà ce que nous allons faire. Nous devons le faire maintenant. C’est une solution, c’est ce à quoi nous travaillons et il y a toutes sortes de solutions différentes, mais il s’agit d’action. Les arts n’ont pas pour but de promouvoir une solution particulière ou de dire aux gens que c’est ce qu’ils doivent faire, mais de dire qu’il y a un problème. Réfléchissons-y ensemble. Explorons les voies que nous pourrions emprunter. Réfléchissons à ce que cela signifie et ce que cela veut dire, pas seulement, dois-je conduire une voiture ou non, mais ce que cela veut dire, comme dans, qui sommes-nous sur cette terre et quel est notre rôle. Comment nous situons-nous dans le grand écosystème de la planète entière ? Je pense que les arts sont un excellent moyen de le faire et qu’ils sont capables de changer une culture.

e45 abbott : a compassionate, just and sustainable world, ma conversation avec la cinéaste Jennifer Abbott à propos de son film The Magnitude of all Things, de la réalité, du zen, de la compassion, du deuil, de l’art et de la manière d’assurer un monde habitable plus compatissant, plus juste et plus durable.

Comprendre en quoi nous avons été trompés

  • La notion de réalité et la façon dont nous appréhendons la réalité en tant qu’êtres humains sont profondément subjectives, mais aussi socialement construites, et donc, en tant que cinéaste – et c’est pertinent parce que je suis aussi un bouddhiste zen – j’essaie d’explorer ce que nous percevons comme la réalité pour démêler et comprendre en quoi nous avons été trompés? Et dans quelle mesure avons-nous une vision claire ? Et évidemment, plus nous avons une vision claire, meilleures sont les actions que nous entreprenons pour garantir un monde plus compatissant, plus juste et plus vivable. Je suis tout à fait d’accord pour démêler l’illusion tout en admettant de tout cœur qu’il est impossible de la démêler complètement.

Incapables d’accepter la réalité du changement climatique

  • Si l’on veut savoir pourquoi les gens sont si souvent incapables d’accepter la réalité du changement climatique, je pense que c’est très compréhensible, car l’ampleur et la violence de ce phénomène sont si vastes qu’elles sont difficiles à comprendre. C’est également si déprimant et fâchant si l’on connaît les politiques qui se cachent derrière et qui sont écrasantes. Je ne pense pas qu’en tant qu’espèce, nous gérons très bien les choses qui ont ces qualités et nous avons tendance à détourner le regard. J’ai beaucoup de compassion, y compris pour moi-même, quant à la difficulté d’accepter la catastrophe climatique. C’est la fin du monde tel que nous le connaissons. Nous ne savons pas exactement à quoi ressemblera le nouveau monde, mais nous savons que nous nous dirigeons vers une certaine catastrophe. 

e46 badham : creating artistic space to think, ma conversation avec le Dr Marnie Badham sur l’art et la pratique de la justice sociale en Australie et au Canada, la recherche sur les arts engagés dans la communauté, la mesure culturelle, l’éducation et la façon dont les arts créent un espace pour que les gens puissent réfléchir à des questions telles que l’urgence climatique.

Les arts peuvent faire beaucoup de choses

  • Je pense qu’à l’avenir, les arts peuvent faire beaucoup de choses. D’un point de vue philosophique, l’art est l’un des seuls endroits où nous pouvons encore poser ces questions, élaborer des enjeux politiques et négocier des idées. De plus, l’art n’a pas pour but de communiquer une catastrophe climatique, l’art a pour but de créer un espace pour que les gens puissent réfléchir à certaines de ces questions.

e47 keeptwo : reconciliation to heal the earth, ma conversation avec l’écrivaine, rédactrice, enseignante et journaliste autochtone Suzanne Keeptwo sur les droits et la reconnaissance des terres Autochtones, l’éducation artistique, la sensibilisation culturelle et le rôle de l’art dans l’urgence climatique.

Accord Originel

  • Dans le travail que je fais et dans le livre que je viens de publier, intitulé We All Go Back to the Landil s’agit vraiment d’une exploration de cet Accord Originel et de ce qu’il signifie aujourd’hui. Je veux donc rappeler aux lecteurs Autochtones notre Accord Originel pour nourrir, protéger, honorer et respecter la Mère Terre et tous les dons qu’elle nous a faits, puis présenter cet Accord Originel aux Canadiens non autochtones ou à d’autres personnes dans le monde, afin que nous puissions ensemble, en tant qu’espèce humaine, travailler à ce que j’appelle l’acte ultime de réconciliation pour aider à guérir la terre.

é48 danis : l’art durable, ma conversation avec l’auteur et artiste multidisciplinaire Daniel Danis sur l’art durable, la conscience, les rêves, la narration, le territoire, la nature, les catastrophes et le rôle de l’art dans la transition écologique.

Des images de notre partage de l’écologie

  • C’est comme dire qu’on fait de l’art, mais c’est un art qui, tout d’un coup, juste comme ça, est déposé. On n’essaie pas de le montrer, mais plutôt, on essaie de vivre quelque chose et de faire vivre des choses avec les gens et donc, sans être dans la zone de médiation culturelle, mais d’être dans une zone d’expériences, d’échanges et donc que je ne contrôle pas, comme, par exemple, au théâtre, une bulle dans lequel je contrains le spectateur à regarder et à focaliser uniquement sur ce que je suis en train de lui raconter. Comment on peut se raconter la planète, comment on peut se raconter l’expérience terrestre quand on partage un lieu entre branches, glaise, pansement de réparation, des traces de la terre sur une toile ou soi-même couchée sur la terre? Peu importe, tous les éléments que l’on pourrait apporter comme traces possibles d’une expérience partageable et de là, tout d’un coup, naît des images de notre partage de l’écologie.

Comment être des coopérants?

  • Pour moi, une manifestation de l’art doit émettre des ondes et ça ne se voit pas, ça se ressent et donc ça demande à l’être – ceux qui participent avec moi dans mes projets ou moi-même sur l’espace que je vais manifester ces objets là – d’être dans une porosité de mon corps qui permet qu’il y ait des ondes qui se produisent et forcément, ces ondes-là, mélangé à la terre et que tout un ensemble, on est en coopération. C’est sûr que ça a un effet invisible qui est l’onde et qui est l’onde du partage, du partage, même pas du savoir, c’est juste le partage de notre existence sur terre et comment être des coopérants?

e49 windatt, ma conversation avec l’artiste autochtone Clayton Windatt sur les arts visuels, la souveraineté autochtone, la décolonisation, les arts et le changement social, les communications, les droits des artistes, l’urgence climatique et l’espoir.

Apporter un changement

  • Imaginez, si vous chargiez le secteur artistique de faire passer des messages, non pas sur la crise, mais sur les changements de comportement qui sont nécessaires de manière plus significative. Lorsque la pandémie a commencé, certains produits n’étaient pas sur les étagères des épiceries, mais il y avait encore beaucoup de choses. Il y avait des pénuries, mais pas tant que ça. Dans quelle mesure ma vie changerait-elle vraiment si la moitié des produits du magasin n’étaient tout simplement pas là, et si la moitié d’entre eux ne provenaient pas du monde entier ? Par exemple, tout ce qui a un sens d’être disponible ici et avoir moins de choix. Ce ne serait pas terrible : pas du tout. Comment pouvons-nous changer les comportements à un niveau plus holistique, et faire en sorte que cela soit durable, parce que c’est ce que nous devons faire maintenant, et je pense que les arts sont un excellent véhicule pour voir ces messages toucher tout le monde et apporter un changement.

e50 newton : imagining the future we want, ma conversation avec l’activiste climatique Teika Newton sur la justice climatique, l’espoir, la science, la nature, la résilience, les inter-connexions et le rôle des arts dans l’urgence climatique.

Il n’y a pas de limites

  • Il y a tant de personnes extraordinaires dans ce pays qui contribuent au changement et qui ont une vision si puissante de ce que l’avenir peut être. Nous sommes pris au piège en pensant à la limite du paradigme dans lequel nous vivons actuellement, nous mettons des limites à ce qui semble être la réalité et à ce qui semble possible. Il n’y a pas de limites, et les arts nous aident à repousser cet ensemble limité de croyances et nous aident à nous rappeler que la façon dont nous savons que les choses sont actuellement n’est pas fixe. Nous pouvons tout imaginer. Nous pouvons imaginer le futur que nous voulons.

Aimer les choses qui nous entourent

  • Je vois qu’il y a beaucoup de façons dont les gens de ma communauté utilisent le paysage de manière irrespectueuse. Ils ne tiennent pas compte du fait que c’est la maison de quelqu’un et qu’un endroit sauvage n’est pas seulement un terrain de jeu pour les humains. Ce n’est pas nécessairement une source de création de richesse. Il s’agit en fait d’une entité vivante, qui respire, qui abrite d’autres choses et qui nous abrite aussi. Je trouve tout cela vraiment troublant, cette déconnexion, et cela me désespère parfois quant à la voie que nous suivons. Vous savez, si nous ne pouvons pas prendre soin de l’endroit qui nous nourrit, si nous ne pouvons pas vivre dans le respect non seulement de nos voisins humains, mais aussi de nos voisins sauvages, je ne sais pas comment nous allons nous en sortir à l’avenir. Nous devons aimer les choses qui nous entourent afin d’en prendre soin.

Connectés aux autres

  • La capacité de se réunir en tant que communauté et de participer à l’acte collectif de création et d’expression par le biais de divers médias, que ce soit la chanson, l’écriture, la poésie, la peinture, la mosaïque ou la réalisation de fresques, autant de moyens d’expression différents, est, je pense, très précieuse pour que les gens restent ancrés dans la réalité, en bonne santé mentale et se sentent connectés aux autres. C’est l’interconnexion entre les gens qui nous aidera à survivre en temps de crise. Plus le réseau de connexions est profond et complexe, meilleures sont les chances de résilience.

e51 hiser : the emotional wheel of climate, ma conversation avec le Dr. Krista Hiser, éducatrice, sur la recherche en matière d’éducation climatique, la littérature post-apocalyptique et cli-fi, les hymnes musicaux, la non-notation, l’art comme espace ouvert et la roue émotionnelle de l’urgence climatique.

Aider à voir cette réalité

  • Ce qui me motive, c’est de parler aux étudiants d’une manière telle qu’ils ne reviendront pas vers moi dans dix ans avec ce regard sur leur visage, vous savez, Dr Hiser, pourquoi ne m’avez-vous pas dit ça ? Pourquoi ne me l’avez-vous pas dit ? Je veux être sûre qu’ils quitteront l’interaction que nous aurons et qu’ils repartiront avec au moins l’idée que quelqu’un a essayé de les aider à voir cette réalité.

Le dernier espace ouvert

  • L’espace d’art est peut-être le dernier espace ouvert où le caractère fermé et la rigidité ne sont pas aussi présents.

Réalités différentes

  • Le changement réside dans le fait que les professeurs ne sont plus seulement des experts. Ils sont des courtiers ou des intermédiaires du savoir. Il y a tellement d’informations qui circulent. C’est tellement écrasant. Il y a tellement de réalités différentes que les professeurs doivent interagir avec cette information et créer des expériences qui traduisent l’information pour les étudiants afin que ceux-ci puissent gérer leur propre information.

Gamme d’émotions autour de l’urgence climatique

  • Il y a toute une gamme d’émotions autour de l’urgence climatique et il ne faut pas s’enliser dans le chagrin. Ne pas s’enfermer dans la colère. Une grande partie de ce que nous voyons chez les jeunes activistes et dans l’activisme des jeunes, c’est qu’ils s’épuisent dans la colère et ce n’est pas une émotion durable. Mais aucune d’entre elles n’est une émotion dans laquelle vous voulez rester coincé. Lorsque vous êtes coincé dans le chagrin climatique, il est difficile de se décoincer, donc passer par toutes les différentes émotions – y compris la colère, l’espoir – et cette idée d’un hymne et de travailler ensemble, tout cela fait partie de la roue des émotions qui existe autour du changement climatique.

e52 mahtani : listening and connecting, ma conversation avec la compositrice Dr Annie Mahtani sur la musique, l’art sonore et l’urgence climatique, l’écoute, la nature, l’incertitude, les festivals, la parité des sexes et la Journée mondiale de l’écoute.

Encourager les gens à écouter

  • Si nous pouvons trouver des moyens d’encourager les gens à écouter, cela peut les aider à établir un lien, même si c’est seulement avec une petite parcelle de terrain près de chez eux. En les aidant à avoir une nouvelle relation avec celle-ci, qui s’étendra ensuite et les aidera à savourer une relation plus profonde et plus significative avec notre monde naturel, et des petits pas comme ça, même si ce n’est que quelques personnes à la fois, cela pourrait se propager. Je pense que personne, pas une seule personne, ne sera capable de changer le monde, mais cela ne veut pas dire que nous devons abandonner. 

Une réflexion sur le changement et sur notre avenir

  • Pour le festival (BEAST), nous voulions examiner ce que le COVID a fait pour modifier et ajuster la pratique des gens, la façon dont les compositeurs et les praticiens ont répondu à la pandémie musicalement ou par l’écoute, et aussi aborder des questions plus larges : qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir après cette année, l’année de l’incertitude, l’année de l’opportunité pour beaucoup ? Que signifie l’avenir de notre paysage sonore, de notre pratique environnementale et de notre écoute ? Nous avons présenté cet objectif sous forme de mots, comme une série de questions, sans attendre nécessairement de réponses, mais comme une façon de l’aborder et de l’explorer, et c’est ce que le week-end de concerts, de discussions et d’ateliers a permis de faire : une sorte d’exploration de nos paysages sonores, une réflexion sur le changement et sur notre avenir.

e53 kalmanovitch : nurturing imagination, ma conversation avec la musicienne Dr. Tanya Kalmanovitch sur la musique, l’ethnomusicologie, les sables bitumineux de l’Alberta, l’éducation artistique, l’urgence climatique, la politique artistique et la façon dont la pratique artistique peut nourrir l’imagination.

Négocier l’incertitude et la complexité

  • L’une des plus grandes crises auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui est en fait une crise d’échec de l’imagination et l’une des plus grandes choses que nous pouvons faire dans la pratique artistique est de nourrir l’imagination. C’est ce que nous faisons. C’est notre travail. Nous savons comment le faire. Nous savons comment négocier l’incertitude et la complexité. Nous comprenons le contenu à l’intérieur d’un silence, il s’agit de débloquer et de parler à des façons de connaître et d’être et de faire que lorsque vous commencez à essayer d’en parler avec des mots, c’est vraiment un défi parce que cela finit par ressembler à des autocollants pour pare-chocs, comme “La musique construit des ponts”. J’ai un gros problème avec les discours universalisant dans les arts, qui cachent des structures d’impérialisme et de colonialisme.

Sur le deuil

  • La vie normale en Amérique du Nord ne nous laisse pas de place pour le deuil. Nous ne savons pas comment gérer le deuil. Nous ne savons pas quoi en faire. Nous le repoussons. Nous le canalisons, nous le contenons, nous le compartimentons. Nous l’ignorons. Nous croyons que c’est quelque chose qui a une fin, que c’est linéaire ou qu’il y a des étapes. Nous croyons que c’est quelque chose que nous pouvons traverser. Alors que j’ai beaucoup réfléchi à l’idée de vivre avec la perte, de vivre avec l’indétermination, de vivre avec l’incertitude, comme un moyen de s’éveiller à une sorte de soin et d’amour radical pour nous-mêmes, pour nos compagnons les créatures vivantes, pour la vie sur la planète. Je réfléchis à la manière de transformer une salle de spectacle, une salle de classe ou tout autre environnement en une communauté de soins. Comment puis-je créer les conditions permettant aux gens de supporter d’être présents à ce qu’ils ont perdu, de nommer et de connaître ce que nous avons perdu et, à partir de là, de faire le deuil, de guérir et d’agir dans la pleine conscience de la perte ? Voir l’amour et la perte comme étant intimement liés.

À propos de la narration

  • Mon idée est qu’il y a un spectacle, qui est en quelque sorte mon offre, mais qu’il y a aussi une série d’ateliers participatifs où les membres de la communauté peuvent raconter leurs propres histoires sur nos origines, la façon dont ils vivent aujourd’hui et le futur dans lequel ils souhaitent vivre, quels sont leurs besoins, quels sont leurs deuils. Donc, ici, je pense à l’utilisation de l’histoire orale et de la narration comme une pratique qui promeut des façons de savoir, de faire et de guérir … avec la narration comme une sorte de mécanisme participatif et circulatoire qui favorise la guérison. J’ai tant à apprendre des pratiques indigènes de narration. 

La nature comme musique

  • Nous sommes tous, chacun d’entre nous, des musiciens. Lorsque vous choisissez la chanson sur laquelle vous vous réveillez avec votre alarme ou que vous utilisez la musique pour créer une ambiance. Vous vous chantez une phrase accrocheuse ou vous chantez à un enfant qui s’endort : vous faites des actes musicaux. Si l’on va un peu au-delà de cette optique anthropocentrique et que l’on entend un oiseau comme un musicien, un ruisseau comme un musicien, on retrouve cette relation intime avec l’environnement.

Sur l’Alberta

  • Je suppose que c’est un plaidoyer pour que les gens ne pensent pas aux sables bitumineux comme étant des problèmes de l’Alberta, mais comme étant des problèmes de tout le monde, partout, et pas seulement à cause des conséquences écologiques et éthiques de la contamination de l’aquifère, de ce qui pourrait arriver si 1,4 trillion de litres d’eau de traitement toxique, si le bassin qui les retient se rompt, ce qui pourrait arriver ensuite… Mais l’histoire sera toujours là, la terre et les gens, les animaux et les plantes, toutes ces relations seront toujours en danger, n’est-ce pas ? Il faut donc se rappeler, tout d’abord, que ce n’est pas seulement une affaire albertaine et que l’histoire ne se termine pas simplement parce que Teck a retiré sa proposition d’exploitation minière (Frontier mine) en février 2020. L’histoire continue toujours. Je veux honorer le caractère particulier et le pouvoir d’un lieu et, en même temps, je veux renforcer l’idée que nous appartenons tous à ce lieu.

e54 garrett : empowering artists, ma conversation avec l’artiste de théâtre Ian Garrett sur l’éthique, le théâtre, l’éducation, le rôle de l’art dans l’urgence climatique, la durabilité dans la transformation numérique et l’empreinte carbone du secteur du patrimoine culturel. 

Civilisation écologiquement non viable

  • Je ne veux pas confondre la fin d’un mode de civilisation écologiquement non viable, intenable, fonctionnant en ce moment, avec une garantie totale d’extinction. Il y a un avenir. Il peut sembler très différent et parfois je pense que l’incapacité à voir exactement ce qu’est ce futur – et notre plan pour cela – peut être confondue avec le fait qu’il n’y en a pas. Je suis plutôt d’accord avec cette incertitude et, en attendant, tout ce que l’on peut faire, c’est de travailler pour essayer de faire en sorte que l’avenir, quel qu’il soit, soit plus positif. Il y a un sentiment de biophilie.

Un tas de pneus en feu 

  • L’expérience de pensée extrême que j’aime utiliser dans le contexte d’une performance est la suivante : si vous avez une pièce de théâtre dans laquelle le public part en ayant changé d’avis sur toutes ses activités, vous pouvez dire que c’est positif. Mais si le décor sur lequel elle se déroule est un tas de pneus en feu – ce qui est objectivement une mauvaise chose pour l’environnement – il y a une conversation en l’encadrant comme une pratique artistique pour savoir s’il y a une valeur à avoir cet impact, à cause de l’impact plus grand. Et ces complexités ont en quelque sorte défini la fusion et les différentes approches à adopter ; il ne s’agit pas seulement de mesures.

Valeurs individuelles en matière de durabilité

  • L’objectif [des outils verts créatifs de la bicyclette de Julie] n’est pas d’obtenir la certification LEED parce que vous avez établi une empreinte carbone précise. Il s’agit essentiellement d’un outil d’aide à la décision dans un contexte artistique. En effet, si vous connaissez ces informations, vous serez mieux à même d’examiner d’un œil critique la manière dont vous créez, ce que vous faites et comment vous représentez vos valeurs et ces aspects, qu’ils fassent ou non explicitement partie de votre travail. Il existe donc un grand nombre d’outils avec lesquels j’ai eu l’occasion d’établir une relation et qui visent à donner aux artistes, aux créateurs d’art et aux collectifs artistiques les moyens de prendre ces décisions afin que leurs valeurs individuelles en matière de durabilité – indépendamment de ce qu’ils font réellement – puissent également être représentées et qu’ils puissent faire les choix qui les représentent le mieux, qu’ils créent explicitement ou non quelque chose pour la “Journée de la Terre”.
  •  

La séparation de l’artiste de la personne et l’articulation en tant que profession

  • La séparation de l’artiste de la personne et l’articulation en tant que profession est une chose unique, alors qu’une alternative à cela pourrait simplement être que nous sommes des êtres expressifs et artistiques qui cherchent à créer et ont différents talents, mais transformer cela en une profession est quelque chose que nous nous sommes fait à nous-mêmes et donc pendant que nous faisons cela, nous existons au sein de systèmes, nos organisations culturelles existent au sein de systèmes, qui ont des impacts beaucoup plus loin à l’extérieur, de sorte qu’une approche d’analyse des systèmes est vraiment importante.

é55 trépanier : un petit instant dans un espace beaucoup plus vaste, ma conversation avec l’artiste autochtone France Trépanier sur le colonialisme, cultures autochtones, transition écologique, temps, art, écoute, rêves, imagination et ce petit instant…

Vivre ici sur cette planète

  • Je pense que ce cycle du colonialisme, et de ce que ça a apporté, on est en train d’arriver à la fin de ce cycle là aussi, et avec le recul, on va s’apercevoir que cela a été un tout petit instant dans un espace beaucoup plus vaste, et qu’on est en train de retourner à des connaissances très profondes. Qu’est-ce que ça veut dire de vivre ici sur cette planète? Ce que ça implique comme possibilité, mais comme responsabilité aussi de maintenir les relations harmonieuses? Moi, je dis que suis la solution à la crise climatique c’est cardiaque. Ça va passer par le cœur. On parle d’amour avec la planète. C’est ça, le travail.

Terra nullius

  • Pour moi, le défi de l’enjeu écologique ou de la crise écologique dans laquelle on se trouve, c’est de bien comprendre la source du problème et de pas juste de mettre un pansement, de pas juste essayer de faire des petits ajustements sur nos manières de vivre, mais de vraiment porter un regard sur la nature même du problème et pour moi, je pense qu’il s’est passé quelque chose au moment du contact, au moment où les Européens sont arrivés. Ils sont arrivés avec cette notion-là de propriété. On parle de terra nullius, l’idée qu’ils pouvaient s’approprier les territoires qui étaient ‘inhabités’ (je mets des guillemets sur inhabités) et je pense que ça a été notre première collision de vision du monde.

Vision éurocentrique des pratiques artistiques

  • En fait, si on prend encore une vue allongée de la façon dont la vision éurocentrique des pratiques artistiques s’est imposée sur les pratiques matérielles des cultures du monde. Ça va être un tout petit instant dans l’histoire. Cette idée des disciplines, la manière dont la vision eurocentrique a imposé des catégories, a imposé un certain élitisme des pratiques. La manière dont il a déclassifié aussi la culture matérielle des Premières Nations ou ce n’était pas possible, ce n’était pas de l’art. Les objets d’art devenaient soit des artefacts ou de l’artisanat. On a complètement déclassifié, on n’a pas compris. Je pense que les premiers arrivants ici n’ont pas compris ce qui était en face d’eux.

La vraie tragédie

  • L’artiste Mike MacDonald racontait une histoire, Mike, qui est un artiste Mi’kmaq, qui plus est avec nous maintenant, a fait du travail remarquable, un artiste des nouveaux médias, il y racontait une fois un des ainés dans sa communauté. Il disait que la vraie tragédie du Canada n’est pas qu’on a empêché les gens de parler leur langue. La vraie tragédie, c’est que les nouveaux venus n’ont pas adopté les cultures d’ici. Donc il y a eu des grandes mésententes. 

Réécrire le monde?

  • Je pense qu’on n’a pas besoin de rien réécrire du tout. Je pense qu’on a juste besoin de porter attention et d’écouter. On a juste besoin de la fermer un peu pour un petit bout. Parce que dans la notion de ‘authoring’, il y a le mot ‘author’ et cela présuppose le mot autorité (authority) et je ne suis pas certaine que c’est de ça dont on a besoin maintenant. Je pense que c’est l’inverse. Je pense qu’il faut changer notre rapport à l’autorité. Il faut déconstruire cette idée là quand on est en train d’être les décideurs ou les maîtres de quoi que ce soit. Je ne pense pas que c’est la bonne approche. Je pense qu’il faut écouter. Je ne dis pas qu’il ne faut pas imaginer – je pense que l’imagination c’est important dans cette écoute attentive – mais de penser qu’on va réécrire, c’est peut-être un peu prétentieux.

é56 garoufalis-auger : surmonter les injustices, ma conversation avec l’activiste Anthony Garoufalis-Auger sur sacrifices, injustices, stratégies, activisme, jeunes, art, culture, transition écologique, catastrophe 

Sacrifices

  • Ça va prendre des sacrifices et ça va prendre une implication énorme pour changer des choses, donc peut être sortir de notre zone de confort sera nécessaire à ce point-ci dans l’histoire. Ce qui est le fun est de regarder tout le passé et l’historique de l’humanité. Cela a pris beaucoup d’efforts pour changer les choses, mais au moins, on a des exemples dans l’histoire qu’en se mettant ensemble on a été capable de surmonter des injustices. Il faut se s’inspirer de ça.

On s’en va vraiment vers la catastrophe

  • Les gens autour de moi, la grande majorité, comprennent ou on est en rendu avec les changements climatiques. Il y a une complète déconnexion avec la réalité qu’on voit dans notre culture de masse et dans les nouvelles. Ceci n’est pas une réalité construite. Ce que la science nous dit est la réalité. On s’en va vraiment vers la catastrophe.

é57 roy : ouvrir des consciences, ma conversation avec l’artiste Annie Roy sur l’art socialement engagé, le deuil, les politiques culturelles, la nature, comment ouvrir notre conscience, le numérique et la place de l’art dans nos vies

Revenir à l’essentiel

  • Être créatif, c’est tu aussi s’éloigner du monde, pure à la source telle qu’il est, plutôt que de juste accepter aussi qu’on bien petit et on devrait revenir à l’essentiel? Je ne sais pas si l’art nous ramène à l’essentiel versus nous ramène à dériver complètement. Peut-être que la créativité ou la création, ça nous amène tellement loin qu’on s’imagine vivre sur Mars dans une espèce de plateformes pas d’allure dénuée, ou est-ce qu’on n’aura plus besoin des oiseaux, puis des tempêtes, puis des ci et des ça. On va avoir recréé un univers de toutes pièces où est-ce qu’il fait dont bon vivre. Ça pourrait être ça, l’apport de l’art. Moi, je ne l’aime pas trop cet art-là. 

Ouvrir des consciences

  • Si on est dans le réelle et puis qu’on se dit dans le monde actuel, il faut que cela vienne insuffler du désir, de la puissance vers un avenir meilleur. Mais ce n’est pas l’artiste qui va décider et puis ça me dérange. Ça me dérange d’avoir un poids sur les épaules, de changer le monde tout en n’ayant pas le pouvoir de le faire, réel. Le pouvoir que j’ai, c’est d’ouvrir des consciences, de voir du rêve dans l’esprit des autres et d’insuffler des graines de possibles d’un avenir.

Sur le dos de l’art

  • L’artiste est un être qui vit dans sa contemporanéité, qui absorbe le ‘caca’ à tout ce qui se passe et qui essaie de le transformer en quelque chose de beau, puis de puissant pour un tremplin pour aller vers mieux. Mais on pourrait en rester là, dans le sens que les gens, comment ils utilisent l’art dans leur vie? L’artiste a peut-être toutes ses volontés, mais c’est quoi la place de l’art qu’on fait dans nos vies? Parce qu’ils sont entre quatre murs, dans un musée ou dans des lieux super spécifiques. Ce n’est pas toujours intégré dans le flux de la journée comme quelque chose de super naturel. C’est un moment bien cadré qu’on donne comme on consomme n’importe quoi d’autre. Puis, si on consomme de l’art comme n’importe quoi d’autre, comme on va au spa ou comme on va magasiner et puis qu’on s’achète un nouveau pantalon, puis que ça fait du bien d’être allé voir une pièce de théâtre, n’était-ce pas bon? Ouais, c’est cool mais ça n’ira pas plus loin que n’importe quoi d’autre qu’une belle émotion qui va durer deux ou trois heures et puis tu vas prendre ton Hummer pour retourner chez toi pareil. Je trouve que c’est mettre beaucoup sur le dos de l’art.

e58 huddart : the arts show us what is possible, ma conversation avec Stephen Huddart sur la dématérialisation, la nature, la culture, le capital, le soutien aux activités de base, l’innovation et la façon dont les arts peuvent nous montrer ce qui est possible.

Crise existentielle

  • C’est maintenant une crise existentielle, et nous avons, d’une certaine manière, une crise conceptuelle, mais le simple fait de comprendre ce que nous sommes et ce que c’est, ce moment, toute l’histoire est derrière nous : chaque livre que vous avez lu, chaque bataille, chaque empire, tout cela est juste là, juste, juste derrière nous. Et maintenant, nous sommes dans cette position de prise de conscience émergente que pour que cette civilisation, sous une certaine forme, continue, nous devons agir rapidement, et les arts peuvent nous aider à le faire en nous donnant un sens partagé de ce moment et de sa gravité, mais aussi de ce qui est possible et de la rapidité avec laquelle ce point de basculement pourrait être atteint.

Dématérialisation

  • Je pense que nous devons, de manière plus générale, nous dématérialiser et passer d’une culture plus matérielle à une culture plus spirituelle, une culture capable d’apprécier le fait d’être ici, qui connaît un changement évolutif vers la connexion avec la nature, avec tout ce que cela implique pour les êtres humains, ainsi que le plaisir et la célébration de la culture, et donc je pense que ces deux perspectives que les arts ont un défi essentiel et tellement important et pourtant difficile à relever.

Gabrielle Roy

  • Disons que sur le précédent billet de 20 dollars, il y a une citation de Gabrielle Roy. Elle est en très  petits caractères, mais elle dit en substance : “comment pourrions-nous avoir la moindre chance de nous connaître sans les arts”. Cela m’a frappé lorsque j’ai lu cette citation et que j’ai pensé aux distances qui se sont creusées entre nous, à la polarisation, aux préjugés, à toutes ces choses, et au fait que les arts créent ce pont entre les peuples, entre les personnes seules, entre les rêveurs et tous les gens, et que les arts ont cette capacité de nous relier les uns aux autres d’une manière très personnelle, profonde et importante. 

Capital 

  • Je consacre maintenant beaucoup de temps à la question de savoir comment influencer les flux de capitaux. Comment intégrer l’économie de la subvention, avec tout ce qu’elle a et toutes ses limites, au reste de l’économie : les fonds de pension, les investisseurs institutionnels de toutes sortes, les bureaux de famille et ainsi de suite, parce que nous avons besoin que toutes ces ressources s’alignent et s’intègrent de manière à permettre aux activités de base d’être vues, soutenues, nourries, liées au changement de système plus large dont nous avons besoin de toute urgence, et cela nécessite le déplacement du grand capital.

e59 pearl : positive tipping points, ma conversation avec l’organisatrice artistique Judi Pearl à propos du théâtre, de l’urgence climatique, de la collaboration, du leadership artistique, de l’intersection des arts et de la durabilité et de la nouvelle organisation Sectoral Climate Arts Leadership for the Emergency (SCALE) (Leadership Sectoriel des arts sur l’urgence pour la transition écologique (LeSAUT)

Lieu de rassemblement

  • C’est (LeSAUT, Leadership sectoriel des arts sur l’urgence de la transition écologique) une table ronde nationale permettant au secteur des arts et de la culture de se mobiliser autour de l’urgence climatique. Il y a quelques mois, vous, moi et d’autres personnes avons fait le même constat : alors qu’il y avait beaucoup de travail et de projets importants à l’intersection des arts et de la durabilité au Canada, il manquait une sorte de structure pour rassembler ce travail, pour aligner les activités, pour développer une stratégie nationale et pour questionner profondément le rôle des arts et de la culture dans l’urgence climatique et activer le leadership du secteur en termes de mobilisation qui doit se produire dans la société au sens large. LeSAUT essaie vraiment de devenir ce lieu de rassemblement qui engendrera cette collaboration de haut niveau, qui, espérons-le, créera ces points de basculement positifs.

é60 boutet : a la recherche d’un esprit collectif, ma conversation avec la chercheure en pratique des arts, Dr. Danielle Boutet sur la conscience écologique, la réalité, l’activisme, le deuil, l’art comme mode de vie, l’innovation et la spiritualité

Le deuil il est loin d’être fait

  • Collectivement, on est inconscient. On cherche à parler de la conscience écologique. On cherche à parler de ça, mais en réalité… S’il y a une psyché collective, ce que je crois, je pense qu’il y a une espèce d’esprit collectif, mais c’est un esprit qui est inconscient, qui n’est pas capable de se voir aller, de se réfléchir et donc pas capable de méditer, pas capable de se transformer, donc soumis à ses peurs et ses pulsions. Je suis assez pessimiste par rapport à ça, mais c’est que le deuil écologique, tout le chagrin et toute la peur est refoulée présentement. Il y a des activistes qui crient dans le désert, qui hurlent, et les gens entendent, mais comme dans un brouillard. Ce n’est pas suffisant pour amener à une action collective. Donc, le deuil il est loin d’être fait, collectivement.

Changer notre rapport à la nature 

  • Il faut arriver à changer notre rapport à la nature, notre façon d’entrer en relation avec les autres et ce n’est pas là la science généralisant qui va nous dire, c’est cette espèce de science du singulier et de l’expérience de chacun. Pour moi, c’est vraiment un grand domaine d’innovation, de recherche et je vois que les artistes s’en vont dans cette direction. Tu sais, toi et moi, on observe les changements dans le monde de l’art depuis les années 1990. Moi, je vois ça à travers les artistes qui en parlent de plus en plus et intègrent de plus en plus leur réflexion dans leur démarche. 

Comment l’art peut aider les humains à évoluer

  • J’entends beaucoup des gens qui appellent les artistes à intervenir, des artistes aussi qui disent qu’il faut faire quelque chose, etc. Je trouve que l’art ce n’est pas un bon véhicule pour l’activisme. Je suis vraiment désolé pour tous ceux qui s’intéressent à ça. Je ne veux pas choquer personne, mais parfois ça peut risquer de tomber dans la propagande ou de tomber dans l’idéologie ou dans une sorte de facilité qui me désole au sens où je pense que l’art peut faire tellement plus que ça et aller tellement plus profondément que ça. L’art peut aider les humains à évoluer. C’est à ce niveau-là que je pense qu’on était comment on pourrait vraiment avoir une action, mais je pense qu’on l’a toujours eu cette action-là et il suffit de la relancer encore et encore et encore.

e61sokoloski: from research to action, ma conversation avec le leader artistique Robin Sokoloski sur la recherche culturelle, la politique artistique, l’urgence climatique, les arts engagés dans la communauté, l’élaboration de solutions créatives et la manière de créer des structures organisationnelles équitables et inclusives.

Avoir un véritable impact sur la politique

  • Je pense qu’il doit y avoir une plus grande capacité dans le secteur de l’art pour que la recherche se transforme en action. Quand je dis que le secteur artistique lui-même doit être le moteur de la politique. Nous devons avoir les outils, la compréhension, la formation, les connexions pour avoir un véritable impact sur la politique et une chose sur laquelle Mass Culture se concentre vraiment en ce moment est de savoir comment engager d’abord le secteur dans les priorités de recherche et ce qui doit être étudié ensemble et à quoi ressemble ce processus, mais ensuite comment prendre cette recherche et la créer pour qu’elle conduise au changement.

L’élaboration de solutions créatives

  • Je suis très curieux de voir ce que les arts peuvent faire pour nous rassembler en tant que société autour de domaines particuliers de défis et d’intérêts que nous ressentons tous et auxquels nous devons faire face. Je pense qu’il s’agit d’amener l’art dans un cadre où nous pourrions potentiellement fournir un plus grand sens de la création de solutions créatives au lieu de la façon dont nous sommes parfois perçus, qui est l’art sur les murs ou sur les scènes. Je pense qu’il y a beaucoup plus de potentiel que cela pour engager les arts dans la société.

Structures organisationnelles

  • En tant qu’êtres humains, nous avons le pouvoir de changer les systèmes humains et je suis donc très curieux de travailler avec des personnes qui partagent les mêmes idées et qui veulent fonctionner différemment. J’utilise souvent la structure organisationnelle comme un exemple de cela parce que, comme nous le savons tous, ce n’est pas un modèle parfait. Nous nous en plaignons souvent et pourtant nous y recourons toujours. Comment pouvons-nous nous rassembler, nous organiser et donner vie à des idées de manière différente en changeant le système actuel, en le rendant plus équitable, plus inclusif, en trouvant des moyens de faire venir des gens et de ne pas nécessairement les faire s’engager, mais de les faire venir et repartir quand ils en ont besoin et j’ai l’impression qu’il y aura une plus grande variété d’idées apportées à la table, une expérience plus enrichissante et la possibilité d’apporter des solutions dans la réalité en pensant à la manière dont nos structures sont mises en place et comment nous pourrions faire ces choses différemment.

Un grand merci a tous mes invités cette saison.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *